Partagez | .
 

 Les mains sales (Aries)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

MessageSujet: Les mains sales (Aries)   Mer 31 Déc - 14:58

Aries Krieger
Papers please
Nom complet : Aries Krieger

Âge : Trente-sept ans

Statut : Marié à Esther Krieger, père de Žemarov
(né en mars 2227, adopté en 2229) Krieger

Nationalité : Danois

Groupe & Rang : High Ground, Order

Métier : Commandant aux factions d'exploration



Who are you

Depuis quand résidez-vous au dôme ?
C'est le privilège d'une poignée. Alors que, quatre générations plus tôt, un Krieger portait le matricule au cou : naître au Dôme, comme le père et son père avant lui.  Et là de le sortir du ventre, dans la paix d'Arcadia. Le gosse d'un beta connaît le privilège de sa naissance. Donc naître pour le Dôme, pour le servir. Puis mourir pour le Dôme. Parce que c'est le foyer, parce que c'est la patrie ; à peu près tout ce que l'on a, sinon tout ce que l'on est.

Que pensez-vous du Dôme ?
On ne juge pas la femme qui nous fabrique. On ne juge pas le père qui nous façonne. C’est de même pour le Dôme ; il est le tiers-parent, et probablement le plus impérieux de tous. Il peut tout exiger de nous. Il peut aussi tout nous prendre. On ne juge pas le Dôme. On le vénère. Il nous nourrit. Il nous protège. Et il ne demande qu’une seule chose en retour : notre vie toute entière. Une leçon qu’Aries a mieux ingérée que quiconque, un credo qu’il a de vautré dans le crâne ; ça ne s’efface pas, ça reste ; c’est là, toujours et constamment ; ça se décline parfois, ça transige même un peu. Mais le Dôme gagne chaque fois. Il emporte de l’Humanité pour y placer de la dévotion. C'est votre mère et votre père, après tout.

Quelle est votre mission au sein de la communauté ?
Apparenté à la milice sur deux générations, Aries, c'est le premier qu'on voit sortir du Dôme lorsqu'il le faut. La première ligne. Il a toujours joué la première ligne. Ce qu'on a honoré d'un grade de commandant aux factions d'exploration – probablement la plus grande distinction qu'il escomptait recevoir : un permis de sortir, un permis d'affronter la mort et de protéger la vie. Il vaut probablement dix volontaires, à se jeter comme ça, dans la gueule du dehors. Et lorsqu'il en revient, cloîtré une saison, deux saisons ou même trois, c'est encore lui qu'on voit d'abord aux portes. Aries n'est que le serviteur de sa communauté, un protecteur.

Croyez-vous au Dôme et à l'Animus Vox ?
Songer, rien qu'un instant fugace, que le Dôme n'est pas tout, et que l'Animus Vox ne pourvoie pas au reste, le rendrait si piteusement confus. Il prendrait le visage de ces enfants stupides, auxquels le monde s'est révélé sans qu'ils aient réalisé leurs années. Ça ne se peut pas. Ça ne se peut tout simplement pas. C'est l'âme, comprenez-vous, l'âme de ce fragment d'Humanité, qui survit, quand tous les autres meurent. Aries mourrait pour le Dôme. Aries mourra pour le Dôme. Il n'est ni stupide ni fuyant. Il a pour lui ce qu'il doit. Ce qu'il doit faire. Ce qu'il doit être. Comme c'est le cas pour chacun. Ne pas croire au Dôme... quelle perdition.

Que pensez-vous de l'extérieur ?
Comme tous ceux qui l'ont vu, tous ceux qui l'ont vécu, il dirait qu'il a peur de ces terres hostiles dont il ne voit jamais la fin. Une peur saine, et constructive. Une peur qui le dote des meilleures intentions à l'égard de ses pairs. Voir ce que les autres possèdent pour se satisfaire volontiers de tout ce que l'on possède. C'est probablement quelque chose que tous les habitants du Dôme, de quelque condition qu'ils soient, devraient voir, même une fois. Pour se souvenir d'être reconnaissant. Clément aussi. Cent vies ne suffiraient pas à payer la dette incroyable d'être si bien protégé depuis l'Intérieur.


Aries, il est froid en dehors et brûlant en-dedans. Il déborde de ces eaux qu'on ne peut pas nommer. C'est peut-être du courage. C'est peut-être de la hargne. Ou bien de la colère. On n'est pas bien sûr de ce qu'il est. Et c'est là ce qu'il veut. Plus que de lui plaire, ça le console. Il se figure probablement que ça le protège, que c'est là la première de ses armures. Pour qu'on ne voit pas combien il est pétrifié, combien il est saisi par l'horreur. Il joue l'exemplaire. Jadis, il aurait pris le nom d'Alekseï Stakhanov. Une vie d'esclavage volontaire, de servitude plaisante. Du fanatisme, presque. Une vocation manquée dans la garde religieuse, peut-être. Aries, c'est le mécanique poussé au vice, c'est l'humain qui s'oublie et le devoir qui supplante l'homme. Quand, bordel, un jour plutôt qu'un autre... c'est quoi ce putain de chaos ? On n'a plus maîtrise ni contrôle. Plus de filtre. On sent, on sent tout, et à sa juste puissance. Oh, sûr que ça pourrait le détruire. Mais la nature humaine est le dernier de ses apprentissages.


On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut.

« Il paraît qu'il a juste été incapable de sortir un mot. » Ils sont trois, retranchés à l'arrière de la caserne, à s'échanger l'ombre d'un rictus. Ils passent leur équipement, s'observent à la dérobée. Ils s'assurent, de la sorte, que les deux autres font comme il convient de le faire ; ils se sécurisent, bientôt crachés qu'ils seront au milieu des parias et mendiants. Pourtant, on ne sent pas de fébrilité sous la peau de ces hommes-là. Aucune. Il n'y a pas de crainte, dans ce devoir qu'ils s'en vont accomplir. Ils ont vu pire. Ils ont vu pire – ont vécu pire. Ils sont du contingent d'exploration ; ceux qu'on envoie dehors sans plus besoin de les entendre souffler leurs vœux. Alors Cerberus Hall... ça les effleure comme de la mécanique, des protocoles. Des dynamiques prévisibles. Ils peuvent certainement s'autoriser cette récréation de vestiaire, ce commérage puéril, impropre à leurs fonctions. « Général, de la Milice ? lance Aries, dont les doigts, empressés et crispés, manquent par deux fois la boucle de sa chaussure. » Vitaly, qui connaît bien ce détachement, hausse les épaules à sa droite. « Ils l'ont annoncé tout à l'heure. Personne n'avait l'air franchement surpris, sauf lui – qui le savait déjà, bien sûr. Un putain de comédien, not' nouveau général. » Un sourire à son commandant, qui fiche la matraque à sa ceinture – et son élan ne s'est pas apaisé. « Mikhaïl Domne ? qu'il relance par excès. Il a peur de l'Extérieur comme un immigré des humeurs de Milošević... » On le frappe à l'épaule. Ça prend des airs de plaisanterie. Mais ça ne l'amuse pas. Cette hiérarchie, précisément celle-là, plus que de le contrarier, l'agace. Il s'efforce de n'en rien dit, mais on le connaît trop bien alentours. « Quoi, t'es jaloux du poste de prince des planqués ? » Aries repousse la familiarité, rangeant la lame à portée de phalanges. Il n'a pas à émettre d'avis. Il n'a pas à avoir d'avis. Ça n'est pas son rôle. Ça n'est pas son job. Ça n'est pas son devoir. On n'interroge pas les miliciens. On leur ordonne. « Il est comme tous les autres alphas, renchérit Vitaly comme l'on crache sur le sol. » Naturellement, ça se redresse de l'autre côté de la pièce, et ça siffle avec ça : « Fais attention à ce que tu dis, qu'on l'avertit à gauche. » « Toi, c'est différent, Krieger, qu'il se défend sans s'inquiéter. T'es sorti combien de fois ?... la moitié de ta vie, sûrement. » Le tiers l'approuve. Et ils sourient ensemble. Mais l'autre ne sourit pas. « Tu feras comme ton père, pas vrai ? Tu mourras, là, dehors. » « Ça suffit. » « Y'a aucun mal à ça, Aries ! On rêve tous d'être toi ! ce super milicien, juste avec les immigrés, déférents avec le gratin, marié à Madame Aries Krieger - » « Finissez de vous préparer, d'accord ? » On ravale un sourire. On n'a pas le choix de le faire. « A vos ordres, Commandant. Mais, avoue... avant que je parle de ta femme, ça t'excitait, hein... ? BORDEL, tu fais mal ! »


Il me semble parfois que mon sang coule à flot, ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots. Je l'entends bien qui coule avec un long murmure, mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

Il y fait froid, dans ces étranges endroits. Il fait froid sous les côtes, et à l'endroit du coeur. « Je t'en supplie, qu'il souffre de la bile à l'assaut de sa gorge. » Le dessin d'un rictus dévore la lippe et cherche à rire de lui. « Tu me supplies, maintenant ? » Elle est terrible. Impitoyable. Elle se défend surtout d'être blessée en mordant à son tour. Mais que ses lèvres tremblent, aussi. Pour lui, ce sont ses mains. Elles vacillent, elles hésitent. Elles ignorent s'il faut s'enfoncer ou s'extirper des poches. Elles tordent le tissu et s'en remplissent les paumes ; se sentir plein de quelque chose, se sentir plein de n'importe quoi. « Pitié, Esther, que ça soupire depuis ses entrailles disloquées. » Elle fait non de la tête, elle lui fait non de son visage blafard. Le bonheur la déserte. La beauté avec lui. Les larmes triomphent de ce qui fût jadis. Les larmes triomphent de la femme qu'il connaît. « C-comment peux-tu me demander une chose pareille, Aries, et me regarder dans les yeux ? » Elle gifle, d'un revers de phalanges, pour retenir l'ensemble de ses sanglots – ces eaux qui veulent la submerger, qui espèrent la noyer. Puisqu'elle ne sait comment refuser. Puisqu'elle ne peut accepter non plus. Comment le pourrait-elle ? Est-il seulement possible... ? Le choix est trop cruel. Et c'est aussi qu'il s'est précipité aux devants d'eux sans les en avertir. « Tu ne comprends pas, souffle l'époux. » Elle a tendu la main, l'espoir certain de lui battre la joue. Encore. Il interrompt la course de ce poignet qui le menace et le retient d'une violence savante, qui caresse plus qu'elle ne meurtrit. « Ils te tueront. » Elle se débat, et l'étreinte se resserre. Il la détient. « Même pire, ils t'exileront. Tu entends ça ? Ils te jetteront à l'extérieur... » « Lâche-moi. » « Non, qu'Aries s'entend répondre. Moi, j'ai vu, je l'ai vu, l'extérieur. Je l'ai vu cent fois. » Il pleure, sans doute, contre son front. Il pleure en oubliant de regarder ces mains qui tentent de le repousser. « Si tu savais ce qu'ils font, là, dehors - tu n'hésiterais pas. Mieux vaut ça, mieux vaut tout, certainement, que là-bas. » Elle frappe, les doigts repliés en un poing, cependant qu'il ne sent que la moitié des coups. Il ne fait que la voir, comme s'il fallait qu'elle disparaisse. Il faut, en tous les cas, que cette détermination la quitte. Il faut que tout ça disparaisse - et la colère, et le désespoir, et la tristesse, et la vie. « Mais s'ils ne l'apprennent jamais ? » « Ils l'apprendront. Ils l'apprennent toujours. » Pour ne pas confesser : je l'apprends toujours ; moi, ce que je suis, ce que j'ai fait ; ce que je fais pour le Dôme, et d'abord pour le Dôme. « Mais si je le donne, proteste-t-elle encore, nie-t-elle encore. A quelqu'un. » « Tu chercheras à le voir, que son époux sentence immédiatement. Et ils sauront. Et ce sera pire. » Elle lève les yeux vers lui, des yeux ruisselant de misère. Son visage a changé. C'est elle qui le supplie. Qu'il y ait une solution, n'importe quelle issue qui leur soit favorable. Rien qu'elle ne trouve dans les traits de son mari. Rien qu'elle ne trouve chez celui qui, elle le pensait, était capable de tout.

***
Il y a tellement de sang. Ses mains en sont couvertes. Les stries de la paume ruissellent de tout ce que les hommes devinent, de tout ce que les pères ne voient qu'à peine. Et c'est là, ça macule, et les tissus et les peaux ; ça va d'elle jusqu'à lui, et de lui jusqu'à elle ; ça leur soulève l'estomac et ça les détruit depuis le coeur. Enfin, de ces tréfonds âcres et carmins, Aries reprend ses doigts. Et ces doigts sales portant l'enfant. Ce qui serait devenu son enfant. Une fille. Ils auraient eu une fille. Il aurait eu une fille.  


Ici, disait une maxime populaire, l'on pouvait dégainer et
faire feu dans n'importe quelle direction en étant certain
de ne jamais atteindre un honnête homme.

De ce côté du Dôme, la nuit a un goût âcre. En inclinant doucement le tesson du miroir, il aperçoit la silhouette langoureuse, découpée dans la tôle et la pénombre. Cette silhouette. Celle d'Ethel Roos. Âge : vingt-deux ans. Physique : caucasienne, blonde, un mètre soixante-huit, et le teint pâle. Fille de Dietrich et Liesel Roos, immigrés de seconde génération. Antécédents : trafics, trouble à l'ordre établi, prostitution. Prostitution. Plus il l'observe, plus le miroir décrit sa courbe. Bientôt, l'image s'éteint. Et, cependant, Aries poursuit de retracer les éléments qu'il a savamment collectés à son sujet. Lieux de passage. Numéro de matricule. Fréquentations. Relations avec ses parents : mauvaises. Fuyante, la gamine. La catin. Et ce rire tapageur, qu'elle déploie ça et là. Le miroir se relève pesamment, et lui incline la tête. Ethel dessine, avec ce panache dégradant, des cercles autour des taudis, et des hommes. Tout est précisément comme on le lui a raconté. Elle est là, à arpenter les caniveaux du Dôme, la démarche incertaine et pourtant racoleuse. Un type s'arrête à côté d'elle. Et ils s'éloignent. Aries a déjà passé son abri, pris dans le sillage qu'ils tracent dans Shantytown : il est certain, certain de lui. Et lorsque les deux amants d'un soir s'arrêtent, il se rabat, et il patient. Il faudrait bien dix, ou peut-être quinze, minutes, au gars pour finir de la dégrader. Et pendant qu'il scrute la zone d'ombres laissée par ceux qui viennent de disparaître, le milicien compte les secondes. Encore dix, neuf... une seconde. Elle sort. Il part. Et, aussitôt, Aries s'approche, le pas pesant. Elle voit bien qu'on s'avance vers elle mais, privilège de sa vertu, elle ne recule jamais. Il arrive qu'elle minaude déjà : « Je peux quelque chose pour toi ? » Il se tait. Il la scrute. Et puis, inlassable, elle l'invite à s'évanouir dans un recoin, plus profond, plus sordide aussi. Lorsqu'elle a les mains à la ceinture, et lui le dos contre une poubelle vomissante d'immondices, elle frémit. Et elle recule, la belle. Pour cette fois, elle recule. Elle recule de sentir la morsure d'une lame sur sa peau. Elle a le temps d'un soupir, de ces soupirs qui meurent, qu'il acharne le métal sur la tempe.

De ce côté du Dôme, la nuit a un goût âcre. Et pourtant savoureux. Et le corps écorché de cette femme a les effluves de l'habitude... dans cette odeur de sang, personne ne bouge. En vérité, personne ne sait. Ceux qui errent, en cette heure, ne vont pas s'arrêter. Or, si quelqu'un le faisait, si ce quelqu'un osait, il reconnaîtrait Aries, Aries Krieger, commandant aux factions d'exploration, commandant de la milice ; ce dévot prometteur, ce procédurier incroyable, pourtant affairé qu'il se trouve à achever une simple gosse contre la rudesse du sol crasse. « S'il vous plait. Pitié... » Ethel Roos ne peut plus marcher. Il a frappé à la base de sa colonne. Elle peut seulement gémir. Ramper. Sur des centimètres gaspillés, qu'il lui arrache en la traînant encore. « Arrêtez, arrêtez, qu'elle suffoque. J'ai rien fait. » Il poursuit les esquisses des cercles qui le rapprochent. Il la lie de ses mains aux poignets, la repousse en arrière, étalent de son sang sur sa bouche. Elle pleure, bien sûr. Elle pleure, alors il pousse l'index entre les lèvres frémissante et affirme la pression jusqu'à comprimer tout à fait la gorge. Ethel suffoque. Son corps s'agite sans pouvoir se libérer. Elle agonise lorsqu'il la libère. Elle crache de son sang aussitôt qu'il se relève. « Vous êtes si nombreux. » Trop de larmes l'assaille pour qu'elle ose demander. Or, c'est ce qu'il attend. Comme elle le voit revenir, comme elle le voit brusquement revenir, elle hurle dans un sanglot : « Qui ? Vous, qui ? » Son articulation doit lui causer la plus grande des brûlures. « Les immigrés, qu'il sourit sans bonheur. Les immigrés, naturellement. » Il s'accroupit devant elle, les doigts promenés dans le carmin. « Des qui pleurent. Des qui accouchent. Des qui dissimulent leurs crimes entre leurs cuisses immondes... » Il siffle et il attrape la gorge. Elle fixe bien trop la lippe qu'il mord de fureur pour se protéger de l'atteinte. Elle étouffe encore. « On ne peut pas tous vous tuer. On ne peut pas... » La pression s'accentue. Pourtant, elle le supplie. Elle le supplie d'une voix qui s'étiole, d'une voix qui se meurt. Les larmes. Le sang. Tout ce confond dans cette gorge qu'il éreinte de son étreinte. « J-j'ai rien fait, qu'elle gémit comme l'on s'accorde les derniers sacrements. » Elle est morte avant qu'il n'ait répondu. Elle est morte bien avant qu'il ne relâche. Elle est morte quand il se penche sur ce visage cristallisé par l'effroi. Il la baise au front et il baisse les paupières : « Va dire ça à ma fille. »

Behind the Character
Isleif
IRL, j'ai mille-sept-cent-trente-quatre ans. Je suis là 7 jours par semaine. J'ai connu After Us grâce à moi-même (normal, attends, j'ai pas b'soin qu'on me la tienne quand, hm) et j'utilise milo ventimiglia comme avatar.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 38 ans.
Origines : Serbo-croates.
Métier : Haut-juge à l'immigration.
Indulgences : 1848
Localisation : Migdal tower.
Avatar : Fassy Fapy
Souvenirs : 527
Double compte : Huxley Rezh

Your identity
Situation: Marié.
Croyances: Lunatiques.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Mer 31 Déc - 15:31

T'as les mains sales ouais, petit saligaud
Bienvenue officiellement vieille pie.
Bon courage pour le reste de ta fiche OwO

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t49-never-regret-thy-fall-o-icarus-of-the-fearless-flight-for-the-greatest-tragedy-of-them-all-is-never-to-feel-the-burning-light http://after-us.forumactif.com/t76-we-all-make-choices-but-in-the-end-our-choices-make-us-bilal http://after-us.forumactif.com/t89-another-way-to-die-bilal

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Mer 31 Déc - 17:34

Mais. Chut. Ne dis rien ! Je pensais pouvoir finir ma fiche pour aujourd'hui et vous montrer comme Aries, c'est trop un ange, et tout et tout, mais les révisions et les préparatifs du Réveillon m'ont noyé - ces enfoirés (et je veux vous faire un truc pas dégueulasse, quoi). J'commencerai donc comme tous les autres : demain ! Sauf que, demain, on sera tous encore bourrés, à chanter sur les tables "We are the champions", tralala, donc bon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 38 ans.
Origines : Serbo-croates.
Métier : Haut-juge à l'immigration.
Indulgences : 1848
Localisation : Migdal tower.
Avatar : Fassy Fapy
Souvenirs : 527
Double compte : Huxley Rezh

Your identity
Situation: Marié.
Croyances: Lunatiques.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Mer 31 Déc - 18:06

J'ai écris une fiche de personnages en étant bourré une fois, ça collait tellement bien à mon personnage What a Face
Aller bon courage et bonnes fêtes mon petit I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t49-never-regret-thy-fall-o-icarus-of-the-fearless-flight-for-the-greatest-tragedy-of-them-all-is-never-to-feel-the-burning-light http://after-us.forumactif.com/t76-we-all-make-choices-but-in-the-end-our-choices-make-us-bilal http://after-us.forumactif.com/t89-another-way-to-die-bilal
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Jeu 1 Jan - 17:12

Bienvenue Wink
Y a intérêt que ça décoiffe pour que tu nous fasses attendre comme ça !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc
avatar
Age : 34 ans
Origines : Roumaines
Métier : Médecin
Indulgences : 1156
Localisation : Emporia District
Avatar : Tatiana Maslany <c> Sil
Souvenirs : 137

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Jeu 1 Jan - 20:03

Bienvenue

_________________


But in this twilight, our choices seal our fate

The pull on my flesh was just too strong Stifled the choice and the air in my lungs Better not to breathe than to breathe a lie So crawl on my belly 'til the sun goes down I'll never wear your broken crown I took the road and I fucked it all away Now in this twilight, how dare you speak of grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.after-us.net/t90-most-men-and-women-will-grow-up-to-love-their-servitude-and-will-never-dream-of-revolution http://www.after-us.net/t115-ellie-come-in-she-said-i-ll-give-you-shelter-from-the-storm

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 9:48

T'es toujours un poète, toi, quand tu veux. Nan mais sérieusement :
Citation :
Croyez-vous que les radiations vont se ranger dans une petite boîte et disparaître de la surface de la Terre pour la rendre belle, propre, et vierge comme ta soeur ?... comment ? quoi ? c'est une question totalement con ? C'est justement ce que j'étais en train d'me dire !

C'ey beau.


(bon allez, sur ce, j'retourne à mes révisions gnii )
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 10:34

Bienvenue dans le coin !!! Je sens que ton personnage va être sympathique !!! Bon courage pour la rédaction de ta fiche !! Il nous faudra un lien
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 11:08

Trisha Milošević a écrit:
T'es toujours un poète, toi, quand tu veux.
Je fais mon maximum pour t'faire rêver, bébé.

Et, non, non, Jarek, bien tenté, mais J'AURAI PAS DE LIEN avec un taulier de l'Immigration.
(et merci à trinité adminesque de ses encouragements, parce que j'l'avais pas encore fait)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 11:14

Czer a écrit:
Trisha Milošević a écrit:
T'es toujours un poète, toi, quand tu veux.
Je fais mon maximum pour t'faire rêver, bébé.

Et, non, non, Jarek, bien tenté, mais J'AURAI PAS DE LIEN avec un taulier de l'Immigration.
(et merci à trinité adminesque de ses encouragements, parce que j'l'avais pas encore fait)

Ouai mais il est à la Crimson Brotherhood aussi du coup si tu veux être relativement tranquille ou même quelqu'un qui te fait entrer en douce dans un premier temps, je suis ton homme !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 11:16

TRAÎTRE ! TRAÎTRE ! /me va le gueuler jusqu'au bureau du Haut-juge à l'Immigration.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 11:18

Czer a écrit:
TRAÎTRE ! TRAÎTRE ! /me va le gueuler jusqu'au bureau du Haut-juge à l'Immigration.

Je paierais cher pour voir ça ! Après avoir prit ta déposition, je pense qu'ils hésiteront entre le fait de te bannir à vie ou de te torturer et tuer... Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 38 ans.
Origines : Serbo-croates.
Métier : Haut-juge à l'immigration.
Indulgences : 1848
Localisation : Migdal tower.
Avatar : Fassy Fapy
Souvenirs : 527
Double compte : Huxley Rezh

Your identity
Situation: Marié.
Croyances: Lunatiques.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 11:29

Hahaha alors comme ça c'est toi l'objet du complot qui m'a assaillit de questions ? What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t49-never-regret-thy-fall-o-icarus-of-the-fearless-flight-for-the-greatest-tragedy-of-them-all-is-never-to-feel-the-burning-light http://after-us.forumactif.com/t76-we-all-make-choices-but-in-the-end-our-choices-make-us-bilal http://after-us.forumactif.com/t89-another-way-to-die-bilal

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 13:43

Nan, nan, j'me suis juste servi de ton aval pour m'approprier cette possibilité !
Au passage, faut que tu sélectionnes un peu mieux tes gars... regarde Jarek !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 13:45

Hey mwé je vote pour que tu mettes Kovnik dans ton nom vil chenapan ! xD

*C'pas parce que t'es stylay qu'c'est la fête du sliip *

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 14:22

Jarek, c'est moi qui a fait entrer Czer dans le dôme :diego:
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 14:46

Nour Alfarsi a écrit:
Jarek, c'est moi qui a fait entrer Czer dans le dôme :diego:

Ha ben si les non-validés se mettent à déjà faire des bêtises aussi !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Sam 3 Jan - 15:51

Bienvenue m'sieur le clandestin ! :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Jeu 8 Jan - 14:27

« Mikhaïl Domne ? qu'il relance par excès. Il a peur de l'Extérieur comme un immigré des humeurs de Milošević... »
MDR xD

J'ai chialé en lisant ta fiche
J'adore ton perso. J'adore ton style. J'adore ton histoire.

Dés que tu as rempli les formalités je te saute dessus

Поздравляю !


Après l'effort le réconfort, tu es validé(e) ! Tu peux d'ores et déjà installer tes valises sur le forum ! Pour ce faire n'oublie pas de lire les annexes scrupuleusement afin d'être certain(e) d'avoir l'univers en tête pour te lancer dans de trépidants sujets. Afin d'être sûr de laisser ton emprunte et t'annoncer aux autres joueurs n'oublie pas de recenser ton avatar et recenser ton personnage ! Tu peux effectuer un certain nombre de demandes pour ton personnage et son histoire en visitant la partie gestion. N'oublie pas de créer ta fiche de liens et ton journal afin de faire ami-ami avec les autres survivants ! Si le coeur t'en dis, tu peux même créer un scénario pour enrichir ton jeu. Pour finir, n'oublie pas que sur AFTER US tu n'es jamais seul et ton avis est précieux pour tous ! Nous t'invitons donc à poser des questions si un point te semble obscur ou même donner des suggestions. Si besoin est, tu pourras signaler une absence dans ce sujet. A très bientôt sur la chatbox ou dans le flood !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Jeu 8 Jan - 21:45

Oh, Yhme. Saute-moi dessus et je te déshabille. J'veux dire, merci !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   Jeu 8 Jan - 22:10

Attention à ce que tu dis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les mains sales (Aries)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les mains sales (Aries)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES MAINS SALES
» Droite populaire: attention danger fascisme imminent
» Hedenn T. Saether ­† Live. Live out of limits.
» 112 mains serrées—Fanfic by Sacchan AKHTS!
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER US :: Out of the blue :: Anciennes Fiches-