Partagez | .
 

 Experiences for Life [Jarek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

MessageSujet: Experiences for Life [Jarek]   Sam 10 Jan - 22:20


Experiences for Life
Les méthodes sont souvent contestées mais les résultats sont vénérés.

Le soleil était à peine sortit de son doux écrin noir alors que la jeune femme était déjà sur le pied de guerre. Elle ferma son sac à dos en récapitulant les choses essentielles à prendre en pareilles circonstances. Des bougies, un couteau, un extrait d'une plante permettant la paralysie totale d'un corps pendant deux heures et un cahier usé dont la plupart des pages avaient été griffonnées par une écriture féminine très appliquée. Des chiffres, des mots, rien de cohérent pour qui savait regarder. Ses cheveux blonds étaient soigneusement attachés en un chignon lâche et son maquillage était inexistant. C'était une grande journée pour Sveyta. Pas de celles forcément très agréables en vérité. Lorsque la femme allait chercher des cobayes dans le quartier des immigrants, elle avait toujours peur de se faire reconnaître. Elle chassa de son esprit ses doutes avant d'aller voir comment se portait son époux. Allongé sur un lit, un tuyau dans l'estomac, il semblait être aussi paisible que pendant un sommeil profond sauf qu'il était prisonnier de son propre corps. Connaissez-vous quelque chose de plus horrible ? Moi non plus.

Sveyta le salua d'un baiser sur le front, tendre envers son mentor et elle lui remit la couverture correctement. Mais l'homme savait qui lui avait fait ça. Qui d'autre que la seule personne en qui il avait confiance ? Sa propre épouse... Sans plus de formalités, la jeune femme quitta son domicile, le sac sur les épaules. Il fallait qu'elle aille demander un garde du corps afin de ne pas attirer trop l'attention avec ses habits propres et ses cheveux lavés. C'était un met de luxe pour les immigrants, Sveyta ne le savait que trop bien. Passant devant plusieurs bâtiments, la dame n'entra que dans le dernier. C'était le genre d'endroit qui ne payait pas de mine mais qui était toujours doté de ce qu'on cherchait voir mieux. Elle se dirigea vers une personne qui était chargée de l'accueil, expliquant brièvement ce qu'elle venait faire. Quelques minutes plus tard, elle obtint un lieu de rendez-vous directement dans le quartier de son enfance. Sveyta aimait l'efficacité.

Le soleil commençait enfin à bien montrer son museau quand la jeune scientifique se dirigea enfin vers le quartier et le lieu de rendez-vous. Elle détestait marcher aussi longtemps mais elle n'avait pas le choix après tout. La femme arriva au bout d'une grosse demi-heure à un coin de rue. Les lieux étaient calme et très peu peuplés, tant mieux pour Sveyta. Elle ne cessait de regarder derrière son dos, ayant tellement peur d'être reconnue même si cela faisait environs vingt ans qu'elle avait quitté ce quartier sordide et la misère qui allait avec. La femme se rappelait tellement de choses de cet endroit... C'était à la fois les seuls rues qui avaient connus son bonheur d'enfant. Sa mère lui manquait parfois, comme maintenant mais elle devait faire face, continuer de toujours rester droite, obnubilée par sa nouvelle vie et sa quête insatiable de connaissance. Elle poussa un profond soupire, attendant désespérément que ce fameux contact arrive enfin. Elle avait hâte de chercher un cobaye et de recommencer à faire ses travaux sur les humains.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Experiences for Life [Jarek]   Dim 11 Jan - 18:30

Experiences for Life
Sveyta Màcovers & Jarek Volkov
Ce matin, il se sentait étrangement un peu plus léger. C'était un sentiment qu'il ressentait plutôt rarement. D'habitude, il se traînait chez lui et partait au boulot avec un goût amer d'avance. On lui avait déjà dit que s'attendre à de mauvaises choses ne faisait que apporter de mauvaises choses. Certainement un truc de l' Animus Vox. Encore une stratégie pour tenir les gens au fond du trou où ils étaient nés et les garder tranquilles ? Ca devait bien marcher, leurs recettes, étant donné la situation actuelle. Composer avec les merdes qui lui tombait dessus et essayer de rendre le tout moins horrible sans éveiller de suspicions était quelque chose qui ressemblait à un numéro d'équilibre impossible, mais il maintenait les apparences depuis six ans maintenant. Bien entendu, ça n'avait jamais été facile et il avait quelques fois manqué de se faire découvrir. Ces erreurs, ces fausses peurs lui avait apprit à faire attention à ses arrières et à forger ce visage si froid et intransigeant. Il avait même entendu que certains immigrants l'appelaient le boucher. Il venait prendre des immigrés pour les interroger et ils revenaient rarement, se retrouvant en procès ou ils disparaissaient purement et simplement. Il avait réussi à organiser quelques évasions discrètes à travers le réseau caché de la Crimson Brotherhood, mais son manège ne devait pas arriver trop souvent sinon on aurait vite fait de venir fourrer des nez inconvenants dans ses affaires.

Sur le chemin, son esprit avait vagabondé. Il avait pensé à Eleni et à tout ce que cela voulait dire pour eux. Il n'avait aucune idée de où il était entrain d'aller avec tout ça. Comme si il avait besoin d'une vie privée remplie alors même qu'il essayait de raviver la flamme chez ses frères et sœurs d'armes. Mais les anciennes légendes avaient du mal à revenir. Comment le blâmer ? Le vieux Harper avait tout perdu et plus encore. Lui demander de se remettre en service et risquer de se faire tuer, cette fois, c'était beaucoup. Mais Jarek était persuadé qu'un symbole comme lui, ne s'abattant pas et se relevant, serait bien plus puissant qu'une nouvelle mascotte. Faire comprendre qu'ils ne se laisseraient pas abattre si facilement, ça, ça allait bousculer les hauts placés qui ne descendaient que rarement près des portes. Traversant les beaux quartiers, les moins beaux quartiers et arrivant au quartier des immigrés, son humeur avait été bien entamée. Chaque jour, il espérait que toute cette merde finirait par devenir habituelle et ne plus autant le choquer. Pourtant, il semblait que ça le révoltait chaque jour un peu plus. Arrivant au bureau des miliciens, il se renseigna pour savoir si il y avait du nouveau. Il lut rapidement le registre pour constater que des types de l'Animux Vox étaient passé plus tôt ce matin et que quelques médecins étaient descendus. Il n'y avait rien dans le rapport d'accidents, ce qui était plutôt positif considérant la situation actuelle, avec les portes qui s'ouvraient à de nouvelles personnes.

« Au fait, Colonel, il y a une nana, une scientifique, elle a une autorisation pour prélever des cobayes. » Il releva la tête et s'approcha du jeune milicien. Ce dernier lui montra le papier. Jarek le saisit et le lu rapidement avant de passer par l'armurerie attraper sa matraque et son couteau de service. Il plia et mit le papier dans la poche. Un jour viendrait où le nom de tout ces scientifiques qui avaient considéré les gens comme des insectes auraient ce qu'ils méritaient, c'est à dire, bien pire que ce qu'ils faisaient subir à ceux dont ils avaient décidé le destin, un peu comme une entité toute puissante. Il sortit ans la cours de la milice, près des portes de sécurités qui étaient ouvertes sur autorisation express de hauts gradés uniquement. Il la vit de manière assez évidente, attendre toute seule près des portes. De l'autre côté, la maladie, l'odeur de la misère humaine et la tristesse. Avait-elle seulement trouvé des chaussures pour se rendre dans un coin comme ça ? Le colonel s'avança avec son visage bien connu de tout le monde, froid, inexpressif et dur. Il termina de fixer sa ceinture où sa matraque et son couteau étaient bien apparents. Ils servaient plus d'avertissement que de véritables armes. Il avait à s'en servir de manière très sporadique. On questionnait rarement son autorité, surtout lui.

« On m'a prévenu que vous vouliez entrer dans le Cerberus Hall pour prélever des cobayes. » Prélever... Ce mot lui écorcher littéralement la langue. Kidnapper. Kidnapper était le mot. Torturer en était un autre pour dire ce qu'elle allait leur faire. Et chantage allait être la manière qu'elle avait utiliser, si ce n'était pas menace quelques fois... Il releva la tête pour la considérer une seconde. Elle était propre sur elle, belle, professionnelle. Elle semblait à peine humaine, à vrai dire. « Màcovers, c'est bien ça ? » Dit-il en lisant l'autorisation. Pas de bonjour, pas de comment allez-vous. Ils n'étaient pas ici pour parler poésie ou faire ami-ami. « Vous avez des demandes particulières ? Hommes, femmes, enfants ? Quelles maladies il faut éviter ? » La question n'était pas de savoir si il y en avait qui n'étaient pas malades, la question était de savoir quelles maladies elle voulait éviter de ramener dans son laboratoire... Avec les moyens mit à dispositions des rares médecins et aides de l'Animus Vox qui étaient autorisés à venir ici, les immigrés vivaient dans un bouillon de germes, virus et maladies qu'ils se refilaient tous ensemble sans s'arrêter. On guérissait d'un mal pour en attraper un autre. Jarel et ses hommes devaient régulièrement se faire tester et obtenir quelques médicaments pour ne pas succomber, eux aussi, au mal de ses êtres qu'on pouvait à peine considérer comme des êtres humains... Grâce à cette dame. Alors qu'il attendait la réponse de la femme il fit un signe de tête à un des gardes qui s'approcha et vérifia ses armes. « On va rentrer en petit groupe. On sera deux à vous protéger. Il faudra faire vite pour éviter que la rumeur ne se répande... » Dès que les immigrés auraient repérés le manège et que le mot se serait répandu, ils allaient potentiellement rencontrer des problèmes. Mais ça, la scientifique devait s'en douter. Du moins, il l'espérait ou sinon, elle allait tomber de haut.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Experiences for Life [Jarek]   Lun 12 Jan - 18:13


Experiences for Life
Les méthodes sont souvent contestées mais les résultats sont vénérés.

Ces rues... Comment pouvait-elle s'en rappeler avec autant de justesse malgré toutes ces années ? C'était comme un vent de nostalgie qui baignait la dame sans qu'elle n'arrive à garder ce détachement qu'elle affectionnait pourtant. Cette odeur immonde, cette impression de saleté et ce bruit presque assourdissant... Tout lui semblait si familier, comme si elle vivait encore chez cet homme qui l'avait fait devenir si méchante. Sveyta avait envie de revoir son ancienne maison, de retrouver la tombe dans laquelle avait été jetée sa mère, sa si tendre et chère maman. À cet instant, c'était sûrement l'être la personne qui lui manquait le plus au monde. Mais elle n'était pas là pour cela. La demoiselle secoua la tête et ajusta son écharpe autours de son cou. Il lui fallait une personne ayant une maladie bien particulière. Elle tenterait de le sauver mais ce n'était pas la priorité, elle le reconnaissait volontiers.

Cela faisait une dizaine de minutes que la scientifique attendait mais elle était du genre patiente malgré ses crises de colères. Elle avait bien un peu de qualité tout de même et celle-ci en faisait miraculeusement partie. Remarquant un homme venir vers elle, Sveyta se tendit légèrement avant de reconnaître la personne censée l'accompagner. Elle avait demandé juste un homme histoire de ne pas avoir de problème mais elle pouvait très bien s'en passer, ce n'était que pure formalité, la dame n'avait pas oublié toutes les caches et les tours qu'on pouvait jouer dans ces rues crasseuses et pourtant parfois si accueillantes par rapport aux autres endroits plus huppés et pourtant si froid. Elle salua d'un coup de tête l'homme avant de l'entendre parler rapidement. Elle aimait l'efficacité, aussi, Sveyta fut ravie qu'il entre directement dans le vif du sujet. Il faudrait moins de papotage et plus d'actes dans les bureaux scientifiques qui étaient au dessus du sien. « Il me faut une personne atteinte d'un dysfonctionnement du cœur. » Elle réfléchit un instant, était-ce sa seule exigence ? Oui, elle voulait étudier le muscle si complexe qui la fascinait réellement.

La jeune femme joua un instant avec son alliance par nervosité à l'idée de se faire reconnaître mais la science passait avant tout, même avant son passé. Elle avait joué sa vie et de son corps pour ça. Il était hors de question pour elle de renoncer. « Je sais déjà dans quelle rue je veux aller. Celle au coin de l'immeuble tout au bout. Il ne me faut qu'une seule personne. » Sveyta omit de dire que que c'était son père qu'elle cherchait en premier. Ensuite, elle savait que le voisin était atteint lui aussi du cœur. C'était risqué mais l'homme était soit décédé soit trop ivre pour se rappeler de qui elle était. Voyant le déferlement de milicien qui allaient les accompagner, Sveyta plissa du nez mais accepta, c'était Jarek celui qui savait comment gérer ça. Elle, elle s'occupait de récupérer quelques spécimens comme disait Zuzana. Penser à cette femme fit sourire la scientifique, c'était bien l'une des rares personnes à qui elle aurait cru se référer un jour.

Elle continuait d'épier nerveusement avant d'inspirer profondément et de se calmer enfin. Tout se passerait bien, tout se passait toujours bien. Et Sveyta avait confiance en les hommes du dôme pour la protéger au besoin même si elle savait se défendre seule. La scientifique se redressa, reprit son port digne et scruta le visage du chef du petit groupe. C'était un homme assez marquant, ses traits étaient communs mais en même temps différents des autres. Quelque chose faisait qu'il semblait unique et plus. La jeune femme pouvait voir dans son regard qu'il était personne d'expérience et qu'il saurait quoi faire, surtout quand le faire. De toute façon, la dame n'avait guère le choix. Elle devait avoir quelqu'un avec une déformation cardiaque pour voir les tenants et les aboutissants. Et le dôme sait qu'elle ne pouvait prendre qu'une personne venant de ce quartier même si prendre quelqu'un de la haute ne gênerait nullement la jeune femme, bien au contraire. Sveyta soupira un peu, semblant déterminée. « Avez-vous des questions essentiels pour votre placement ? » Pourquoi ces hommes avaient-ils décidés de servir les gens comme elle ? La scientifique voyait parfaitement que son garde du corps n'était pas d'accord ou semblait légèrement dégoutté par les méthodes employées par les chercheurs pour finir de redécouvrir les savoirs du passé malheureusement perdus.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Experiences for Life [Jarek]   Ven 16 Jan - 21:32

Experiences for Life
Sveyta Màcovers & Jarek Volkov
La jeune femme semblait très inconfortable et nerveuse. Elle lançait des coups d'oeil nerveux autour d'elle et vers le quartier immigré à quelques mètres d'eux. A la limite, Jarek pouvait comprendre. Les gens de la haute n'avaient pas l'habitude de se retrouver dans un tel trou à rat. Lui, en revanche, se sentait presque mal à l'aise dans sa maison, à l'abri du besoin et des maladies. Toute cette propreté et cet air aseptisé le rendait des fois nauséeux. Non pas qu'il préférait les bas fonds du quartier des immigrés, mais il trouvait que le contraste donnait le vertige. L'homme se sentait beaucoup plus proche des personnes grouillants là où il travaillait que ceux, bien loin de tout ça, qui avaient assez à manger et assez à boire. A force, il avait finit par s'habituer aux déchets, à la crasse et au sang. C'était devenu des parties intégrantes de son environnement et il en avait développé une tolérance qu'il avait peaufiné au fur et à mesure des années. En même temps, que pouvait-il faire d'autre ? Il fallait bien quelqu'un pour faire ce travail... Du moins, c'était ce qu'il se disait au début. Quand il abattait la besogne comme un soldat, bien droit dans ses bottes, bien convaincu du bien fondé de ses actions, sans jamais se retourner. Tout ça, c'était bien entendu avant. Avant qu'il comprenne, avant qu'il n'ouvre les yeux. Les visions d'horreur des jours les plus mauvais lui restaient gravé dans la mémoire. Quelques fois, ils se déformaient en cauchemar dont il n'arrivait pas à sortir, dont il ne pouvait s'extirper. Mais toujours il essayait de revenir à la surface de cette mélasse dégoûtante et nauséabonde : il le devait.

Il devait survivre et voir le lendemain pour aider, pour bousculer et pour planifier le changement d'ordre. Pourquoi était-ce, aujourd'hui, plus difficile qu'avant ? Il en avait vu d'autre. Mais comprendre changeait tout. Quand on avait comprit que rien de tangible ne donnait de la substance à ces règles sordides, tout le château de carte s'écroulait et il n'était plus possible de maintenir l'illusion. Tout cela était injuste. Peu importe ceux qui disaient que c'était nécessaire, ceux qui disaient qu'ils avaient survécu grâce à ça... Tout cela était du vent. Car ne reposant que sur une seule réalité : celle qu'ils vivaient. Impossible de savoir ce qui se serait produit si ils avaient fait autre met, si l'égalité avait guidé chacun de leurs choix. Il fallait essayer. Il fallait donner le choix. Et surtout, il fallait arrêter de tenir tout le monde en otage à cause des richesses accumulées par une minorité.

Cette minorité se tenait à ce moment même devant lui et lui souffla qu'elle avait besoin de quelqu'un avec un problème au cœur. Jarek hocha la tête et réfléchit un instant avant d'être coupé dans ses réflexion par la scientifique qui lui dit qu'elle savait déjà où aller et dans quel immeuble aller. Levant un regard légèrement perplexe vers la femme, le colonel considéra la femme un instant. Elle savait déjà où aller, donc elle savait déjà qui prendre... Car bon, sans consulter les archives de la milice, comment pouvait-elle savoir ? Et même si elle avait consulté les archives... Les miliciens avaient autre chose à faire que garder des dossiers médicaux sur des personnes qui n'avaient même pas assez à manger les trois quarts du temps. Ils gardaient des registres sur les mouvements, les familles présentes et éventuellement les têtes à surveiller. Les maladies ? C'était pour l'Animus Vox et encore, ils intervenaient sur le moment avec ce qu'ils avaient. Ceux qui avaient des dossiers, ils étaient bien trop importants pour traîner dans le coin... Ainsi, lorsque la jeune femme lui demanda si il avait des questions, Jarek fronça les sourcils et croisa les bras tout en demanda : « Vous voulez quelqu'un en particulier. On peut savoir qui ? Je vais bien finir par le découvrir dans une dizaine de minutes, alors autant que je le sache maintenant. » C'était surtout que ça changeait un peu tout le déplacement et le plan. Si ils avaient dû prendre des cobayes au hasard comme c'était souvent le cas, ils attrapaient les premiers venus et partaient avant que ça ne dégénère. Si ils devaient, cette fois, viser quelqu'un en particulier, alors ils devaient prendre plus de temps et potentiellement être encore plus prudent.

« Je ne me souviens pas vous avoir beaucoup vu dans les parages auparavant... Vous la connaissez comment cette personne ? Quelqu'un que vous connaissiez d'avant ? Comprenez-moi, ce n'est pas une requête habituelle que vous me faites là. Je ne vais pas vagabonder avec une scientifique là dedans sans savoir à quoi m'attendre et ce que je cherche...» Curiosité, enquête, suspicion... Dans le dôme, il n'était jamais clair pourquoi quelqu'un posait des questions. Mais une chose était sûre : quand un milicien, haut gradé qui plus est, demandait des informations supplémentaires, il était assez difficile de justifier de ne pas répondre, à moins de vouloir s'attirer des soupçons malvenus. Car bon, cette jeune femme avait beau être protégée par son rang, Jarek pouvait éventuellement faire remonter ces informations à plus haut gradé et mettre la jeune scientifique potentiellement dans la merde. Non pas qu'il prévoyait ça, à ce moment précis, mais il avait surtout envie de savoir dans quoi il s'engageait étant donné que ce n'était pas une mission habituelle. En tout cas, pour le moment, le colonel et ses hommes n'iraient nulle part avant de savoir exactement les tenants et aboutissants de toute cette histoire. Ces portes resteraient scellées si la blonde n'était pas plus précise sur ses intentions.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Experiences for Life [Jarek]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Experiences for Life [Jarek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER US :: The Siberian Dome :: Cerberus Hall :: Hell street-