Partagez | .
 

 Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité

MessageSujet: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mer 7 Jan - 22:45

Kane&Lindley
Rien d'audacieux n'existe sans la désobéissance à des règles



Une heure… Cela faisait maintenant une petite heure qu’on l’avait enfin arraché du ventre de la terre et que ses poumons avaient à nouveau pu se remplir d’oxygène. Elle avait bien cru que cette fois-ci ça allait être la fin. La jeune femme qu’était Julianne avait un don pour s’attirer des ennuis et pour se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment… Mais pour ce coup là, elle n’y était pour rien ! Les consignes étaient pourtant simples. Elle l’avait déjà fait plus d’une fois. Mais elle avait été mise en binôme avec un crétin misogyne qui avait été incapable d’allumer la mèche du bâton de dynamite au bon moment. Le pire c’était qu’il y était resté ! Julianne avait passé près de quatre heures en tête à tête avec son cadavre qui peu à peu refroidissait. Pff… Elle n’avait du coup pas pu les exprimer toute sa sympathie. Durant ces heures enfouies dans les entrailles de la terre, elle avait serré plus d’une fois les dents et s’était retenu d’empoigner ce type à pleine main pour lui cracher au visage ce qu’elle avait sur le cœur. Mais elle s’était résignée. Elle savait que cela ne servait à rien de s’agiter dans ce cas là. Plus elle bougeait moins il y avait d’air… Et moins il y avait de chance pour qu’on la retrouve vivante.
 
Vivante pourtant elle l’étai bel et bien ! Et étrangement, elle savourait chaque entrée d’air dans ses poumons, comme si c’était quelque chose qu’elle avait oublié depuis longtemps. La vie ne tenait qu’à un fil et ce genre d’accident, et bien ça faisait réaliser à quel point cette vie était fragile et précieuse. Elle avait eut de la chance tout de même que l’équipe de secours ne soit pas plus longue. Sinon… Sinon elle serait probablement déjà au fond d’un trou. Enfin d’un certain côté, à qui aurait-elle manqué ? Les enfants de la rue ? Les quelques personnes qu’elle pouvait compter comme amis ?
 
La jeune femme poussa un long soupir, les coudes posés sur ses genoux, la tête baissée, le regard rivé sur les grilles de métal de la plateforme. Elle se redressa lentement, et la jeune femme se passa les deux mains dans les cheveux en levant son regard au ciel. Enfin sur le Dome… On venait de la sauver d’une prison pour la faire revenir dans la sienne. Celle qui l’avait vu grandir et qu’elle ne supportait plus. Ce Dome qui l’oppressait et lui donnait l’impression d’étouffé. Malgré son retour à l’air, Jill avait toujours ce poids sur la poitrine. Elle renifla et elle se passa le dos de la main gauche sous le nez…
 
« -Lindley, laissez moi vous examinez. »
 
Un haussement de sourcils qui voulait bien dire ce qu’elle était en train de penser. Même si son collègue secouriste était quelqu’un de bien, la jeune femme était du genre dur à cuire et ce n’était pas un petit accident de terrain qui allait la faire changer d’avis. Julianne adressa un sourire à son collègue, et elle se redressa, prenant appuis sur ses jambes qu’elle voulait solides. Bon, elle savait qu’elle aurait sans doute dut le laisser la regarder, surtout la blessure qu’elle avait au niveau du front, mais ça passerait. Comme à chaque fois.
 
La jeune femme tourna alors les talons, et elle fit quelques pas, posant sa main sur son crâne au niveau de sa blessure. Wouha ça faisait bien mal quand même ! Une fois rentré chez elle, ça irait mieux. Elle allait s’allonger un peu et demain elle serait à nouveau d’attaque pour une nouvelle journée. Une nouvelle journée misérable pensa-t-elle alors que son regard se posait sur les machines qui l’entouraient.
Ce qui lui mettait les nerfs en plote s’était qu’il allait falloir qu’elle rende des comptes pour une boulette qu’elle n’avait pas commis ! Mais bon de toute façon son boss n’était pas vraiment du genre à prendre son partie. Alors comme à chaque fois, elle allait serrer les dents, encaisser, lancer un ou deux regards noirs. Que pouvait-elle faire d’autre de toute façon ? Elle faisait juste partie de la basse classe, de la main d’œuvre, de la misère…
 
La jeune femme porta sa main à sa bouche et elle toussa à plusieurs reprises. Cela la fit même s’immobiliser et se tenir à la barrière de sécurité. Elle chercha à calmer sa respiration, inspirant et expirant lentement par la bouche. Elle avait bouffé pas mal de poussière durant l’éboulement… Oh comme elle se sentait sale… Elle n’avait plus qu’une envie, rentré chez elle et se nettoyer des pieds à la tête. Retirer ce débardeur qui autre fois était blanc, et ce pantalon mille fois reprit. Frotter sa peau pour qu’elle redevienne blanche… Laver toute cette saleté… Elle se passa à nouveau la main sur le front, et elle soupira en voyant une trace de sang rouge vif…
 
Le rouge… La fraternité… Oui… Elle y avait pensé lorsqu’elle était enfermée sous terre. La voix de son père, ses histoires qu’il aimait lui raconter… Oui, et si tout ça était vrai… Mais comment trouver ? Comment se renseigné sans être dénoncé ? Il allait falloir qu’elle soit prudente. Très prudente… La jeune femme jeta un dernier regard au sang sur ses doigts, et elle reprit sa marche. Deux pas, rien de plus avant qu’elle ne heurte de plein fouet le torse d’un homme. Elle jura avant de relever les yeux sur celui qu’elle venait de percuter :
 
« - bordel de… »
 
Mais elle ne termina pas sa phrase…     






©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 13 Jan - 18:24


Tu ressembles  un fantôme de mon passé...

❝ Mieux vaut pour chacun sa propre loi d'action, même imparfaite, que la loi d'autrui, même bien appliquée. ❞



La lumière se balançait au sommet de la pièce, éclairant vaguement le visage de celui qui était assis dans cette sombre pièce, faisant face à ce commandant de pouvoir. Le visage en sang, le regard fuyant, il n'avait d'autres choix que de faire volte-face aux conséquences de ses actes. Actes pour lesquels Edern Kane l'avait arrêté en cette journée routinière pour le milicien. Dos contre le mur, les bras croisaient et son regard sombre posait sur le suspect, il observait dans son mutisme, l'interrogatoire musclé que faisait endurer l'un de ses hommes à cet immigrant. Il n'obtenait aucune réponse à ses questions et cela avait le don de pesait sur les nerfs d'Edern qui poussa un long soupir d'exaspération face à la situation. Son regard se baissa avec lenteur sur le sol sali par les précédents Hommes qui s'étaient retrouvés en ces lieux, jusqu'au moment où un bruit se mit à retentir dans la pièce. Edern se redressa sans même un signe d'attention à l'égard du suspect et se dirigea d'un pas certain jusqu'à la porte que venait d'ouvrir avec précaution l'un de ses hommes. Quelques mots furent échangés entre le subalterne et son supérieur qui décida de laisser cet interrogatoire à son second qui acquiesça d'un léger signe de tête.

Edern était en tête du groupe qui s'était formé à sa suite, se retrouvant à être escorté par trois de ses hommes qui marchaient sans jamais le dépasser, laissant ainsi paraître aux yeux de tous, qui était la haute autorité en cet instant. Aucun regard pour les habitants du Dôme qui l'avait vu grandir. Le paysage changeait au fur et à mesure de ses pas, gardant toujours son froid regard fixait son but, la destination où il était appelé. Une affaire qui concernait les bas quartiers du Dôme. Endroit où la Milice se rendait bien trop de fois mais qui s'avérait être rarement une partie de plaisir comme en ce jour alors qu'un accident avait eu lieu dans le quartier des ouvriers. Un endroit qui permettait ce Dôme, cet antre de vivre en toute plénitude.

L'odeur acte du métal vint agresser les narines du Commandant de la Sécurité alors qu'il continuait d'avancer d'un pas certain jusqu'au lieu de l'accident où il ne tarda pas à se faire percuter par l'une des ouvrières au vu de son visage recouvert de poussière mais le sang qui s'y était mélangé le fit réagir avec rapidité. Ses doigts empoignèrent son bras avec une certaine vélocité afin de la retenir à lui, l'empêchant d'agir stupidement afin de fuir sa présence mais il relâcha bien vite sa poigne alors qu'il se mit à piocher dans sa mémoire au vu de la familiarité qu'il pouvait percevoir dans ses yeux.

- " Julianne Findley ! "

Fille de son enfance. Relation uniquement tissait par leurs pères qui partageaient un même regard à l'égard de cet endroit qui renferme bien trop de secret, bien trop de mensonges et dont les histoires n'avaient cessé de leurs êtres comptés dans leurs tendres jeunesses. Mais seule l'ignorance l'un envers l'autre les liait véritablement alors qu'Edern a toujours vu en cette femme, une rebelle, une ouvrière bien loin de ce qu'il aspirait à devenir. Un opposé dont il aurait aimé ne jamais croisée la route... Mais la vie en avait décidé tout autrement et la preuve en était en cet instant bien précis alors qu'il gardait son sombre regard sur elle alors qu'il fronçait peu à peu les sourcils. Que faisait-elle ici ?

- " Je vois que tu n'as jamais nourri d'autre aspiration professionnelle que celle de travailler dans la cave du Dôme. "

Edern releva son sombre regard pour observer les environs, jetant un coup d'oeil à ses hommes qui interrogeaient le personnel médical qui se trouvait déjà sur les lieux alors qu'un autre s'était accroupis aux côtés du corps qui rendait cette affaire bien plus complexe que ce qu'avait laissé soupçonner les mots de son subalterne.

- " Tu vas rester ici encore un moment ! Va t'asseoir et ne bouge pas ! J'arrive ! "

Son ton ne laissait en rien le droit à la parole. Edern était un homme qui savait se faire entendre mais aussi écouter et la preuve en était qu'il ne laissait guère le choix à Jill' d'agir à son bon vouloir tant qu'il était présent. Sa main lâcha son bras après un dernier regard pour cette fille avec qui il était déjà en conflit perpétuel quelques années auparavant et se dirigea vers ses subalternes
qui n'attendaient que lui. Il balaya du regard le corps de la victime, mais aussi le trou d'où provenait les deux ouvriers tout en échangeant quelques brèves paroles avec les personnes présentes en ces lieux. Il finit par retourner auprès de la jeune femme, posant les poings sur ses hanches, il se lança :

- " Qu'est-ce qu'il s'est passé Jill' et je veux toute l'histoire ! "

Edern ne pouvait réellement dire qu'il connaissait la jeune femme qui se trouvait face à lui, il ne connaissait d'elle que ce visage et ce regard qu'il avait reconnu au moment où elle l'avait percuté mais tout s'arrêtait là. Julianne n'était qu'une inconnue pour le Commandant de la Sécurité, il ne savait en rien si elle était capable de tuer ou non, si elle avait la capacité de mettre à feu et à sang cet endroit, de risquer sa vie pour cela... Tout cela lui était inconnu et c'était la raison pour laquelle, en cet instant, il la voyait plus en tant que coupable qu'innocente face à tout ce qui se révélait être comme une évidence à ses yeux.

- " Et pas de mensonges ! "

L'obscur regard qu'il lui portait en cet instant,  lui faisait ouvertement comprendre qu'il n'apprécierait aucunement une quelconque finesse d'esprit ou petit jeu d'esprit dont elle avait sûrement acquis le secret avec les années tout comme ceux qui se trouvaient dans les bas fonds du Dôme autant que dans les hautes Sphères de l'antre...

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 13 Jan - 22:13

Kane&Lindley
Rien d'audacieux n'existe sans la désobéissance à des règles



Alors qu’elle venait de percuter le torse d’un homme avec une assez soudaine violence qui la déstabilisa un peu, la jeune femme sentit que l’on agrippait sans le moindre ménagement son bras. Malgré la douleur que cela lui fit ressentir, elle aurait probablement chuté si on ne l’avait pas retenu. Julianne venait de cracher ses poumons en se tenant à la rambarde et même si elle n’était pas prête à l’avouer, elle avait quelques vertiges à cause du manque d’oxygénation dut à l’éboulement. Une légère grimace s’afficha sur son visage alors qu’elle levait les yeux sur l’homme qui la retenait un peu trop près de lui à son gout. Mais lorsque son regard se posa sur lui, elle ferma les yeux en plissant les sourcils et après un soupir elle souffla :
 
« -c’est la journée des bouffons… »
 
Voilà qu’elle venait de tomber nez à nez avec Edern Kane. Monsieur jemeprendspourundieuenpuissance ! Il ne manquait plus que ça ! Plus que lui pour que sa journée soit vraiment un fiasco total ! Lorsqu’il relâcha enfin son bras, la jeune femme prit soin de masser sa peau, et elle répliqua entre ses dents serrées :
 
« -Lindley. Monsieur j’ai pas de mémoire. »
 
Même si Edern était commandant de la sécurité, cela ne le plaçait pas à un rang supérieur pour la jeune femme. Julianne et lui se connaissaient depuis déjà un bon nombre d’années. Dès le premier jour elle n’avait pas pu le voir, et cela ne s’était jamais arrangé avec les années. Elle l’avait toujours trouvé arrogant et prétentieux ! Trop précieux de sa personne aussi. Maintenant qu’il avait réussit à prendre du galon, il n’en était que plus agaçant. Vous savez comme une couverture qui gratte. Cela faisait quelques années qu’ils ne s’étaient pas croisé. Sans doute depuis la mort du père de Julianne… La jeune femme le toisa du regard lorsqu’il lui fit une réflexion sur son travail, et elle ne se priva pas pour répondre :
 
« - faut bien que y’en ai qui trime pour que monsieur ait son petit confort ! Tu devrais plutôt me remercier. Bonne journée »
 
Mais alors qu’elle s’apprêtait à lui fausser compagnie, elle comprit bien vite par les ordres qu’il venait de lui donner que sa journée était sans le moindre doute, loin d’être finie. Elle eut envie de lui faire ravaler ses paroles mais elle savait qu’elle s’était déjà sans doute mit dans de sales draps en lui parlant ainsi. Surtout devant ceux qui accompagnait monsieur le commandant ! Julianne jeta un regard noir à Edern alors qu’il s’éloignait un peu. Regard qu’elle détourna bien vite pour chercher la moindre faille. Elle n’avait aucune envie de rester ici, et surtout aucune envie de répondre aux questions de ce type. Malheureusement pour elle, alors qu’elle venait de faire trois pas de côté pour se frayer un chemin en direction de chez elle, un des subalterne d’Edern lui demanda à nouveau de rester sur place. Elle haussa à nouveau les yeux au ciel comme pour bien faire comprendre à ce mec qu’il la saoulait franchement, puis elle traina des pieds avant d’aller s’assoir un peu plus loin.
 
Les genoux presque sous le menton, les coudes posés dessus, posture pas vraiment féminine il fallait bien l’avouer, mais elle n’était là pour faire du charme à qui que se soit. La jeune femme était sur son lieu de travail, et elle sentait vraiment très mal ce qui allait finir par lui tomber dessus. Lorsque les pieds d’Edern apparurent dans le champ de vision de Jill, la jeune femme ferma les yeux. Toute l’histoire. Mais que voulait-il entendre ? La vérité ou une version amélioré qui lui prouverait en quelque mot qu’elle était coupable ? La jeune femme serra à nouveau les dents, et après avoir ouvert les paupières, elle répondit, les yeux rivé sur le sol :
 
« -On va se mettre d’accord tout de suite, c’est Julianne Lindley ok ? Julianne tu répètes après moi ? »
 
Elle avait relevé son regard sur Edern en disant ces derniers mots. La jeune femme n’était pas stupide, elle savait qu’elle jouait avec le feu. Même si il appartenait à son passé, Edern n’en était pas moins que le commandant de la sécurité. Il avait un grade, de l’importance. Mais lui devait-elle du respect pour autant ? De son point de vu à elle, la réponse était non. Elle ne prenait pas le soin de respecter quelqu’un qui ne le faisait pas à son égard. Et avec lui et bien c’était le cas.
 
« -on va faire court aussi si tu veux bien. C’est pas bien compliqué. Il a pas su allumé la mèche quand il le fallait. Ça à fait boom et malheureusement pour lui, ça lui a pèter à la gueule. Avant que tu ne poses la question la réponse est : non je l’ai pas buté. »
 
Elle, elle ne voulait que faire son boulot et un jour se barrer d’ici ! Comme si elle avait besoin d’une accusation de meurtre ou un truc du genre ! Elle ne le connaissait même pas ce type d’ailleurs ! Elle savait juste qu’il n’avait pas été réglo avec elle. Qu’une nana à ce poste ça ne plait pas à tout le monde. Elle n’avait pas eut le temps de lui dire ses quatre vérité en face. La jeune femme se leva à nouveau, et elle se frotta les mains entre elle avant de dire :
 
« -bon ba ce ne fut pas un plaisir, mais salut. »
 
Elle porta deux de ses doigts à son front et elle fit un petit signe de tête à Edern pour lui signaler qu’elle allait partir et que l’entrevue était terminée pour elle.
 
 







©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 13 Jan - 22:55


Tu ressembles  un fantôme de mon passé...

❝ Mieux vaut pour chacun sa propre loi d'action, même imparfaite, que la loi d'autrui, même bien appliquée. ❞



Alors que leurs pères avaient toujours partagés une relation complice sûrement dû à leurs principes et leurs idéaux liés, ils n'en n'étaient pas moins l'opposés pour leurs descendants qui n'avaient jamais réussi à créer une quelconque relation entre eux deux. Ils se déplaisaient l'un à l'autre et cela ne s'était jamais estompé avec les années. La preuve en était en cet instant alors que la jeune femme qu'il avait toujours connu venait de frôler l'insubordination. Edern décida de mettre cela sur le contre-coup de leurs retrouvailles loin d'être enjoués et resta silencieux face à sa remarque. L'affaire était sa mission, sa préoccupation première alors la jeune femme allait devoir attendre avant d'attirer son attention. Ce qui ne tarda pas au moment où il écorcha son nom, ce qui eut pour effet de faire réagir spontanément Julianne :

- " Findley ou Lindley, peu importe. Ce n'est pas vraiment ce qui me préoccupe pour le moment et ça devrait en être de même pour toi car tu es dans de beaux draps ! "

C'était le moins que l'on puisse dire. Julianne se trouvait sur une scène de crime, aux côtés d'un corps abandonnait par sa propre âme depuis quelques heures déjà au vu de sa raideur plus que visible. C'était cela qui importait au Commandant et non le véritable nom de sa première suspecte mais cela venait semblablement d'échapper à Julianne.

Ce petit-jeu, ce petit rituel qui finissait souvent en dispute reprenait comme si le temps ne s'était jamais écoulé depuis leurs conversations d'enfant alors qu'ils se chamaillaient de la même manière du vivant de leurs pères. Mais malheureusement le temps avait su faire son oeuvre sur chacun d'eux, propulsant Edern Kane à un poste de responsabilité, de direction qui ne pouvait pas laisser passer de telles paroles devant ses subalternes dont l'oreille était sûrement tendue en leur direction :

- " Ne fais pas la victime de notre monde Jill' ! Tu as choisis ta place et j'ai choisis la mienne en obtenant ma place dans les hautes sphères de notre Dôme ! "

Son ton était ferme comme toujours chez Edern qui savait faire preuve d'une autorité naturelle autant à l'égard de la population que de ses hommes qui avaient su le respecter avec le temps. Et ce fut par ce même ton qu'il lui demanda ou plutôt ordonna de ne pas bouger car toute cette histoire n'était pas encore fini pour elle. Il s'éloigna durant un court instant mais assez pour que cette dernière tente de lui échapper mais ce n'était sans compter l'intervention de l'un de ses hommes, ce qui eut pour effet de le faire sourire en coin avant de revenir jusqu'à elle peu de temps après sa tentative d'évasion.

Edern osa la surnommer de nouveau Jill et cela lui attira les foudres de l'intéressée qui fit preuve d’insubordination non masquée à son égard. Ce fut au tour du commandant de perdre patience alors qu'il s'approcha dangereusement de la jeune femme, pointa son doigt en sa direction alors que sa mâchoire se contracta et que son regard se sévit :

- " Je ne suis plus le gamin que tu as connu Julianne mais le Commandant de la Sécurité et tu me dois le respect même aussi hypocrite puisse-t-il être venant de toi ! Alors tu te tais ou sinon je te mettrai aux arrêts. Me suis-je bien fait comprendre ? Oui monsieur ! Répète après moi Jill' ! "

La voix d'Edern avait monté crescendo au fur et à mesure qu'il remettait la jeune femme à sa place sous le regard interloqué de ses hommes qui se mirent bien vite à baisser la tête de craine de croiser le regard froid de leurs supérieurs et de s'attirer ses foudres déjà bien attiser par la suspecte.

Kane se recula quelque peu, attendant l'histoire qui venait de coûter la vie d'un ouvrier et qui venait de mettre en danger celle de Julianne quelques instants plus tôt. La voix de cette dernière n'était pas des plus amicales et cela ne l'étonna guère, préférant ne rien relever pour le coup. Le choc et les accusations qu'il portait à son attention n'était peut-être pas des plus agréables pour l'intéressée et ce fut la raison pour laquelle il resta silencieux face au ton qu'elle employa pour s'adresser à lui.

- " Allumer la mèche trop tôt ? Je croyais pourtant que vous aviez un protocole à suivre, je me trompe ? "

Il poussa un soupir tout en gardant ses mains posaient sur ses hanches alors que son regard s'éloigna jusqu'au corps qu'emballer ses hommes. Pourquoi avoir allumer la mèche trop tôt ? Pourquoi faire exploser cet endroit ? Que faisait Julianne en ces lieux ? Quels étaient les ordres ? Qui les avaient donnés ? Un nouveau soupir alors qu'il posa de nouveau son sombre regard sur celle qui se trouvait au centre de tout cela et qui venait de lui faire salut, prenant ainsi la décision de partir sans qu'il ne puisse dire un quelconque mot.

Edern se saisit de nouveau de son bras avec fermeté, lui faisant ainsi comprendre que le temps de partir n'avait pas encore sonné pour elle.

- " Minute papillon ! Où penses-tu allé ainsi ? Je n'ai pas encore finis avec toi et tu resteras là autant de temps que je l'aurai décidé ! Si tu n'es pas contente, on peut très bien aller en salle d'interrogatoire. Qu'en penses-tu ? "

Kane était peut-être sur le territoire de la jeune femme, il n'en restait pas moins que le Dôme tout entier était son terrain de jeu. Alors poursuivre l'interrogatoire en ces lieux ou dans le complexe de la milice, cela n'avait que trop peu d'importance aux yeux d'Edern qu'il fit de nouveau asseoir avec une certaine fermeté, ne lâchant qu'après son bras :

- " Le même tempérament que ton père ou que du mien ! Rebelle et ne crois qu'en ses propres règles mais ils l'ont payés de leurs vies ! Alors obéis pour une fois au risque que cela ne te cause que plus d'ennuis que tu en as déjà ! "

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mer 14 Jan - 21:10

Kane&Lindley
Rien d'audacieux n'existe sans la désobéissance à des règles


Dans de beaux draps ? Non mais minute là ! Il lui prenait quoi à lui ? Elle venait de passer au bas mot cinq ou six bonnes heures enfermée sous terre en compagnie d’un cadavre, elle n’avait qu’une envie s’était de rentrer chez elle prendre un peu de repos, après tout elle en avait bien le droit, et monsieur était en train de faire des sous entendus ? Mais il voulait lui faire comprendre quoi exactement en disant cela ? Qu’est ce qui était en train de germer dans sa tête ? Il… Non ?! Il ne la croyait tout de même pas coupable de meurtre ! La jeune femme eut un petit sourire cynique. La victime ! Non ce n’était pas vraiment son genre. Elle, elle ne marchait pas sur les autres pour bien se faire voir. Elle ne reniait pas ses racines pour pouvoir assouvir une envie folle de pouvoir et de puissance. Edern lui avait déjà donné la nausée plus d’une fois, et voilà que cela recommençait. Elle avait renoncé à le comprendre depuis longtemps. Enfin, elle n’avait même jamais cherché à la comprendre parce qu’elle savait qu’ils n’étaient pas fait pour s’accorder. Ils étaient bien trop différents dans l’âme.

« -ah pardon, j’avais oublié ton petit complexe… Va s’y je t’en pris fais toi plaisir. Rabaisse-moi… » Elle laissa passer quelques secondes et ajouta : « -ça va mieux ? Tu te sens plus puissant ? »

Une petite voix dans sa tête lui disait qu’elle aurait sans doute mieux fait de a fermer pour une fois en face de lui. Qu’il y avait sans doute du vrai dans tout ça, qu’elle allait devoir répondre devant la justice du Dome d’un acte qu’elle n’avait pas commis. Se mettre Edern à dos n’était sans doute pas la meilleure des solutions pour elle. Mais elle n’y pouvait rien, il l’exaspérait ! Malgré son envie de partir d’ici, la jeune femme fut contrainte à rester dans le coin, et à attendre que son cher interlocuteur veuille bien revenir près d’elle. Elle eut une envie folle de lui faire ravaler son sourire, mais elle préféra garder le regard baisser jusqu’à ce qu’il arrive près d’elle. Comme pour lui montrer qu’elle n’en avait rien à faire de son statue ou de sa personne.

Oh visiblement elle venait de le piquer là où il fallait ! Voilà qu’il haussait le ton ! Et qu’il pointait le doigt dans sa direction. Non, il n’était plus un gosse ça elle l’avait bien vu. Elle décida d’en rire et de continuer sur le chemin de la provocation. Alors elle fronça les sourcils et elle le dévisagea durant quelques secondes. Puis elle écarquilla les yeux, comme si elle venait de se rendre à l’évidence, et elle déclara :

« -mince alors ! c’est vrai ça ! On dirait bien que tu te rases maintenant ! »

Du respect ? Non, mais là son doigt il pouvait se le foutre dans l’œil ! La jeune femme n’avait aucune envie de ramper devant lui et elle n’allait pas lui accorder si facilement ce qu’il demandait de façon si grossière.

« -ça me fera des vacances, mais t’aura certainement un problème d’eau chaude… »

Encore une fois, ses paroles étaient déplacées, et elle en était consciente. La mettre aux arrêts… Et après ? Ils viendraient la chercher parce qu’elle faisait partie des meilleurs techniciens qui se trouvaient ici. Parce que sans elle, certaine partie de ses machines ne fonctionneraient pas longtemps. Elle était peut-être insigifiante là toute de suite, un petit grain de sable. Mais un grain de sable qui pouvait faire enrayer les rouages bien huilé du confort de la haute société du Dome. Oui monsieur, non mais écoutez le ! Il avait prit la grosse tête… La jeune femme ne put s’empêcher de faire une petite grimace pour se foutre de lui. Comme si elle allait répéter ça. C’était bien mal la connaitre.

Julianne voulait en finir vite, alors elle fit un bref rapport à Edern, et elle se leva pour prendre congé, le saluant comme si l’entretient était fini. Elle avait délibérément évité de répondre à sa question. Il venait de prouver en quelques secondes son niveau d’incompétence sur le terrain qu’il était en train de fouler et cela n’aidait pas la jeune femme à le supporter ne serait ce qu’un peu plus. Lorsqu’il l’attrapa une nouvelle fois par le bras, Julianne se figea sur place, baissant son regard noir sur les doigts trop blancs d’Edern sur sa peau noircie par la poussière. Elle releva les yeux sur lui, et elle le défia du regard. Puis un sourire toujours aussi ironique s’étira sur ses lèvres avant qu’elle ne dise :

« -en salle d’interrogatoire ? Tu préfèrerais un endroit plus intime pour nos retrouvailles c’est ça ? »

Elle avait parlé clairement et assez fort. Elle avait bien vu que les subalternes d’Edern écoutaient leur conversation. Et elle savait aussi, elle en était certaine, que son attitude ne mettait pas le commandant de la sécurité dans la meilleure de position. Elle ajouta entre ses dents d’une voix plus basse mais toujours avec autant de mordant :

« -lâches moi maintenant. »

D’une parce qu’il lui faisait mal, de deux parce qu’elle n’était pas un animal ou encore une migrante apeurée. Elle était citoyenne du Dome et elle avait des droits. Rebelle ? S’il le disait… Pourtant pour l’instant, il n’avait vu que peut de chose. Oui, la jeune femme avait un caractère fort, intrépide et assez imprévisible. Et ce qu’il ajouta ne la fit pas changé d’attitude pour autant.

« - mais c’est que tu es mignon à vouloir me protéger. Et si je n’obéie pas tu va faire quoi ? Hein Edern ? Etre commandant de la sécurité te donne le droit de frapper et torturer qui tu veux ? Même sans raison valable ? Juste par envie ? »

Debout juste à côté de lui, trop près selon elle, elle ne détournait pourtant pas le regard.  

 

   





©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 18 Jan - 0:22


Tu ressembles  un fantôme de mon passé...

❝ Mieux vaut pour chacun sa propre loi d'action, même imparfaite, que la loi d'autrui, même bien appliquée. ❞





Tant d'années étaient passées depuis leur dernière rencontre, donnant l'impression à Edern que c'était dans une toute autre vie qu'il voyait à nouveau la femme se tenant devant lui. Mais plus il conversait avec elle et plus il se rendait compte que rien n'avait changé entre eux deux. Toujours cette même haine, cette même incompréhension de l'un et l'autre, les menant incessamment au conflit. Julianne ne le connaissait pas et cela en était de même pour lui à son égard. La preuve en était qu'elle croyait qu'il tentait de la rabaisser afin de se sentir supérieur à elle alors qu'il ne faisait que son travail... Enfin plus ou moins. Après tout, c'était elle qui avait choisis de se retrouver au-dessus de lui sur l'échelle sociale. Elle aurait pu, pourtant, espérer à plus grand mais il n'en était rien. Travailler le métal semblait être l'unique sommet qu'elle pouvait atteindre contrairement à lui qui inspirait à bien plus grand au fur et à mesure du temps. Mais pour le moment, il était commandant de la sécurité, un poste qui ne nécessitait pas de faire usage de piètre parole afin de se sentir supérieur car il l'était, tout bonnement.

- " Mon complexe ?! " Il se mit à rire avant de reprendre " Je n'ai pas besoin de te rabaisser, tu sais très bien me montrer que je suis supérieur à toi. Tu es en dessous de moi sur bien des points. "

Un soupir ne tarda pas à franchir la barrière de ses lèvres en entendant de nouvelles paroles qui frôlèrent l’insubordination comme toujours lorsqu'il conversait avec Julianne. Même lorsqu'ils étaient enfant, elle ne cessait d'être cynique à son égard et il en faisait tout autant mais tout cela avait changé. Edern n'était plus un simple enfant, il avait des responsabilités et un statut qui intimidait, obligeant le respect à son égard ou tout du moins, à l'égard de la fonction qu'il représentait au sein du Dôme. Un facteur qui semblait avoir échappé à Jill en toute apparence.

- " Porte un peu d'attention à tes propos Julianne parce que tu vas voir que les années ne m'ont pas apportées que de la barbe comme tu sembles le sous-entendre ! "

Le temps lui avait aussi apporté une fonction, des pouvoirs qui se mariaient parfaitement avec sa personnalité toute façonnait par son grand-père qui avait toujours fondé de grand espoir en l'unique héritier du nom Kane. Son père quant à lui, avait su lui apportait une part de son caractère qui restait enfouis bien profondément, ne se montrant aucunement au risque de s'attirer des ennuis ou de paraître faible aux yeux de ses hommes.

- " Je trouverai bien un volontaire pour être formé à ton poste pendant que tu feras ton temps à la prison du Dôme ! Ne doutes pas de ma ténacité ! "

Tout ce que voulait Edern, c'était de mettre cette affaire au claire, d'obtenir les réponses à ses questions mais aussi, apporter la vérité aux proches de la victime. La petite histoire de la jeune femme ne le convint pas réellement et alors qu'elle s'apprêtait  s'éloigner de lui, il posa sa main sur son bras, resserrant peu à peu son emprise tout en la retenant à lui. Si elle croyait s'en sortir aussi rapidement, c'était peine perdue !

Sa mâchoire se contracta en entendant les paroles de Julianne qui eut pour effet d'attirer l'attention de son équipe et pour cela, il n'eut aucunement besoin de lever les yeux en leur direction pour savoir que leurs regards étaient posés sur eux en cet instant même :

- " Si tu veux t'en sortir en usant de ton corps, tu t'es trompée de commandant ! Je ne suis pas à acheter et encore moins de cette façon."

Edern était un homme à femme, il était charmant, charismatique et sa place au sein de l'High Ground entraînait bien des femmes à s'approcher de lui mais ce n'était jamais sérieux pour lui et jamais professionnelle non plus. Un suspect restait un suspect et cela jusqu'au bout.
Sa remarque n'avait su que l'énerver d'avantage et le fait qu'elle demande à ce qu'il la relâche ne le fit que resserrer d'avantage son emprise autour de son bras, la défiant tout autant du regard qu'elle le faisait à son égard.

- " Tu as raison, je n'ai pas tous les pouvoirs. "

Edern esquissa un bref sourire, laissant paraître sa résignation à poursuivre sur les menaces infondées qu'il prononçait, relâchant Julianne par la même occasion. Le commandant tourna des talons sans un regard pour la jeune femme avant de s'arrêter et de faire un signe de tête à l'égard de ses hommes qui passèrent les menottes à Julianne.

- " Julianne Lindley " Il appuya sur le nom de famille avant de poursuivre alors qu'il se retourna pour lui faire face, un sourire satisfait sur les lèvres " Je vous arrête pour insubordination à l'égard d'un représentant de la loi du Dôme. "

Edern s'approcha d'elle, encrant son regard dans le sien tout en lui montrant ouvertement qu'il était plus que ravis de faire preuvre d'abus de pouvoir à son égard ou tout du moins, c'était sûrement l'idée qu'elle devait en avoir sur l'instant et ajouta à son attention :

- " Tu as voulu jouer, alors on va jouer mais pas sûr que cela te plaise vraiment à la fin."

Le commandant de la sécurité donna quelques ordres à ses subalternes restant sur le terrain avant de passer devant Julianne, leur faisant comprendre qu'il était temps de partir dorénavant. Direction la salle d'interrogatoire. Son antre, son terrain. Là où il avait tous les pouvoirs...

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 18 Jan - 20:50

Kane&Lindley
Rien d'audacieux n'existe sans la désobéissance à des règles



Il n’avait pas changé. Enfin si, il était pire qu’avant. Son niveau de condescendance était à la limite de l’explosion ! Hautain et supérieur… Sur de lui au possible. Et cette petite pointe de jemeveuxmenaçant, c’était aux yeux de la jeune femme complètement ridicule. Nianiania ! Les années ne m’ont pas apporté que de la barbe… Je suis supérieure à toi. Pff… Pas changé, juste empiré. Julianne avait toujours eut du mal avec ce genre de caractère, mais là elle essayait tant bien que mal de prendre sur elle. Malheureusement, sa fougue et son franc parlé ne l’aidait pas. Ça ne l’aidait jamais il fallait bien l’avouer. Mais elle n’arrivait pas à faire autrement que d’être elle-même. De toute façon elle ne voulait pas renier ce qu’elle était.
 
La mettre en prison… Et pour quoi ? Elle n’avait pas tué ce type, elle était innocente ! Alors il ne pouvait pas l’accusé pour rien. S’il lui passait les fers simplement parce qu’elle lui avait mal parlé, la jeune femme aurait à nouveau la preuve que le Dome était dirigé par les mauvaises personnes. La jeune femme sourit à Edern, amusée par ce qu’il venait de dire. Trouver quelqu’un pour assumer son poste ? Elle avait envie de lui souhaiter bon courage. Mais elle se contenta de lever les yeux au ciel, et de pousser un long soupire, pour bien lui faire comprendre qu’elle trouvait ses paroles ridicules. Douter de ténacité ? Elle ne doutait pas une seule seconde qu’elle l’avait touché là où il ne l’appréciait pas, et que son égo en avait prit un coup. Alors non, elle ne doutait pas qu’il ferait son possible pour lui faire ravaler ses mots. Mais il ne la connaissait pas assez pour savoir qu’il en fallait beaucoup pour la faire plier.
 
La jeune femme manqua de s’étouffer en se mettant à rire. User de son corps avec lui ? Non mais là c’était vraiment ridicule ! Comme si elle était capable de ça ? Il allait chercher ça où ? Elle répondit en serrant les dents, alors qu’elle sentait la morsure des doigts d’Edern sur sa peau.
 
« - ah tu vois on peut s’entendre de temps en temps ! »
 
Monsieur n’était pas disposé à lâcher son bras, alors elle ajouta avec un petit rictus qui prouvait qu’une fois de plus elle se foutait de lui :
 
« -lâches moi je te dis, tu va salir tes beaux habits. »
 
Ce qu’Edern ajouta en lâchant enfin son bras fit comme retentir une petite sonnerie d’alarme dans la tête de Julianne. Il se résignait ? Oh qu’était-il en train de se passer dans sa tête à lui ? Ce n’était pas normal qu’il se décide ainsi à lâcher la prise qu’il avait physiquement sur elle, et surtout qu’il avoue qu’elle puisse avoir raison. La jeune femme fronça les sourcils en le regardant avancé en lui tournant le dos. Elle le suivit du regard, trouvant ça vraiment louche. Surtout le petit sourire qu’il avait esquissé.
 
Mais lorsqu’il prononça la sentence, la jeune femme haussa les sourcils. Elle se mit à sourire bougeant doucement la tête de gauche à droite. Voilà, il venait de le faire. On appelait ça un abus de pouvoir… Julianne se passa une main lasse sur la nuque, et elle finit par tendre ses mains afin que les larbins d’Edern lui passent les menottes. Celui qui s’occupa de ça le fit avec une telle douceur que la jeune femme lui jeta un regard des plus noirs. C’était bien sur ironique. Il venait de lui torde les bras dans le dos… Ah les hommes… Edern s’approcha à nouveau d’elle, et la jeune femme lui sourit, le regardant fatiguée d’avance. Elle l’écouta, et elle répliqua :
 
« -je suis fière de toi, tu aura au moins appris à dire mon nom de famille correctement aujourd’hui. »
 
Elle se savait innocente. Il ne pouvait rien contre elle. Mise à part lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à lui parler ainsi. Julianne finirait par dire oui, oui d’accord pardon de t’avoir heurté dans ta sensibilité, même si elle n’en pensait pas un mot. A nouveau elle poussa un long soupir en le regardant donner quelques ordres, et lorsqu’il lui fit signe de le suivre, elle ne bougea pas d’un centimètre.
 
Oui la jeune femme était têtue, oui elle savait qu’elle n’aurait pas dut parler ainsi à cet homme qui maintenant était un gradé du Dome. Mais c’était plus fort qu’elle ! Si il avait été aimable des les premières secondes de l’entrevue alors ça ne se serait pas passé ainsi. Mais il avait commencé alors elle était juste rentrée dans son jeu. Enfin s’il voulait lui faire voir sa jolie salle d’interrogatoire, alors elle allait lui faire plaisir et le suivre. La jeune femme jeta un nouveau regard noir à l’un des subalternes d’Edern, lui permettant ainsi de comprendre que s’il la touchait, il risquait de passer un sale quart d’heure, et elle se décida enfin à marcher. Elle lança au commandant :
 
« -tu sais, si tu voulais me montrer ton lieu de travail, tu pouvais juste le demander. Mais c’est vrai que les deux bracelets que tu viens de m’offrir son tout simplement superbe ! Merci beaucoup ! »
 
Elle jouait dans l’ironie. Elle n’en avait rien à faire de ce qui allait se passer. De toute façon, elle était fatiguée, alors peut-être qu’elle s’endormirait tout simplement au beau milieu de l’interrogatoire.  

 





©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 20 Jan - 19:11


Tu ressembles  un fantôme de mon passé...

❝ Mieux vaut pour chacun sa propre loi d'action, même imparfaite, que la loi d'autrui, même bien appliquée. ❞





- "Promets-le moi Eddy ! Tu veilleras sur elle dès que je ne serai plus de ce monde. Je t'en prie... "

Son regard rivé sur la jeune femme dont le bras était empoigné avec une violence certaine par ses doigts qui se resserraient peu à peu sur sa prise, il se demandait s'il pouvait tenir cette promesse. Depuis ce jour, Edern s'était toujours demandé pourquoi il lui avait fait cette promesse alors qu'il avait toujours était réticent à approcher l'intéressée. Elle l'avait toujours détestée et cela était réciproque. Alors pourquoi veiller sur elle ?! Parce qu'il l'avait promis à un proche ami de son père. Parce que cet homme lui avait fait hautement confiance en lui confiant ce qui lui était le plus chère sur cette terre. Mais quand il l'entendait, qu'il voyait la lueur de haine dans ses prunelles, il se retrouvait à se battre contre lui-même. Il n'avait pas envie de protéger une femme qui détourner tout en dérision à chaque fois qu'il ouvrait la bouche, se moquant ouvertement de l'homme qu'il était et cela sans aucune pitié ou ne serait-ce qu'une pincée de respect face à sa fonction. D'un autre côté, lui non plus ne la portait pas dans son cœur et n'hésitait pas à abuser de ses pouvoirs contre elle. Des fois il se demandait si son père n'avait pas été trop naïf lorsqu'il lui avait fait promettre une telle chose ?!

Edern se décida en finalité à lâcher sa prise, la libérant de sa ferme poigne mais cela n'était qu'un leurre ! Il était hors de questions pour lui de la laisser partir alors qu'il n'avait toujours pas les réponses qu'il souhaitait au sujet de toute cette affaire. La protégeait ? Pourquoi pas mais elle allait devoir faire des efforts pour qu'il ait, ne serait-ce, que l'envie de le faire et pour le moment, cela était mal barré, il fallait bien l'avouer.

-" Continues de t'enfoncer Julianne, ta situation n'est pas encore assez désastreuse comme ça ! "

Edern perdait peu à peu patience devant l’insubordination de la jeune femme qu'il connaissait depuis toujours. Pourquoi prenait-elle un malin plaisir à se moquait ouvertement de lui et à empirer sa situation ? La rébellion que nourrissait leurs pères semblaient perdurer grâce à Julianne qui ne semblait pas vouloir entrer dans le rang contrairement à lui. Si elle continuait ainsi, c'était elle qui allait se retrouver avec le choix de mourir sur le champ ou de tenter sa chance à l'extérieur, tout comme son père qui l'avait abandonné au sein du Dôme au moment où il avait franchis la porte. Comment pourrait-il tenir sa promesse si elle venait à se retrouver en prison ou à quitter cet endroit ? Peu importe après tout ! C'était sa vie et elle savait se débrouiller, enfin assez pour se retrouver dans les ennuis, ça c'était certains.

- " Tu risques de garder ces jolies bracelets plus longtemps que tu pourrais l'espérer Jill alors ferme-là ! T'entendre me tape sur le système ! "

Edern ne s'était pas retourné un instant en disant cela, continuant de marcher en tête dans les couloirs, parmi les citoyens qui se retournaient sur leurs passages, clamant que c'était une nouvelle victime du commandant, qu'être intègre et penser librement se retourner toujours contre ceux qui se faisaient entendre. Des paroles qui passaient au-dessus de la tête de Kane qui continuait de marcher jusqu'à sa section sans se soucier du regard ou des opinions de ceux qui croisaient leurs routes.

Arrivait devant la porte de métal qui renfermait sa salle d'interrogatoire, Edern se décida à faire face à sa suspecte tout en opinant de la tête afin que ses hommes la libèrent de ses fers. Il entra en premier dans la pièce avant de montrer la chaise où elle allait devoir s'asseoir. La lumière qui éclairait cette salle vide se balancer au-dessus de leurs têtes, laissant apparaître leurs ombres sur le sol métallique sur lequel marchait Kane.

- " Ici, tu ne parles que lorsque je te le demande, compris ?! Tu es sur mon territoire dorénavant ! "

Edern leva les yeux en direction de la porte sur laquelle on venait de frapper et donna l'autorisation à son subalterne d'ouvrir :

- " Je suis là pour prendre la relève Commandant ! "

Les blessures sur les mains de ce dernier témoignaient des coups portaient sur les suspects dont il avait la charge, les forçant à parler et cela sous les yeux de Kane qui n'avait jamais objecté jusqu'à ce jour :

- " Aujourd'hui, je me passerai de vos services Daniels ! "
- " Mais Commandant..."
- "C'est un ordre ! Je ne veux personne dans cette pièce, je m'occupe personnellement de l'affaire aujourd'hui ! Maintenant laissez-nous ! "

Après un bref moment d'hésitation, Daniels tira la porte, laissant ainsi Kane et Lindley en tête à tête mais c'était loin d'être appréciable pour ce dernier qui avait hâte de tirer cette affaire au claire et de ne plus jamais recroiser sa route ! Il se mit à marcher avec une certaine lenteur, tournant autour de sa suspecte en silence.

Un silence pesant comme il aimait alors que seuls ses pas résonnaient de façon régulière dans la pièce jusqu'au moment où il s'arrêta dans son dos :

- " Pourquoi avoir fait exploser cet endroit Julianne ? Quels étaient les ordres ? "

Il recommença à marcher jusqu'à qu'il se retrouve face à elle et ajouta tout en tirant la chaise pour s'y asseoir :

- "Pas d’insubordination, de mots plus hauts que l'autres sinon je me ferai un plaisir de faire venir Daniels qui est un spécialiste en interrogatoire... Spéciale. Me suis-je bien fait comprendre ?"

La protéger... Peut-être qu'il lui était impossible de tenir cette promesse. Peut-être n'était-il plus l'adolescent qui buvait avec avidité chacune des paroles de liberté et de rebellions de son père. Peut-être était-il tout fin de compte l'arme du Chancelier, celui qui n'avait aucune pitié même pour les vieilles connaissances... Obéir aux ordres tout simplement...

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mer 21 Jan - 19:02

Kane&Lindley
Rien d'audacieux n'existe sans la désobéissance à des règles




Situation désastreuse ? Non mais qui était en train de la mettre dans ce genre de situation ? Elle, ce qu’elle voulait c’était rentrer chez elle bien sagement, se laver et aller se coucher ! Et si elle n’était pas tombée nez à nez avec lui, et bien elle serait déjà sans doute arrivée chez elle. Alors de son point de vu à elle, elle n’était pas en tord. S’il avait commencé par un « bonjour, je suis désolé Julianne mais il va falloir que tu restes parce que j’ai besoin de tes réponses » alors oui, elle aurait sans doute été un peu plus coopérative.
 
Lorsque la sentence se fit entendre Julianne n’en revint pas. Quoi ? Il l’arrêtait simplement parce qu’elle s’était foutue de lui ouvertement devant ses subalternes. Edern et son égo démesuré ! La jeune femme ne cessait de se dire qu’elle n’aurait pas dut se lever le matin même. C’était une journée qu’elle souhaitait oublier très vite ! Même si maintenant qu’elle avait les menottes aux poignets, elle doutait fort de pouvoir s’allonger dans son hamac ce soir.
 
Oh monsieur lui demandait si poliment de se taire comment pouvait-elle ne pas plier à sa demande ! Julianne serra les dents lorsqu’elle l’entendit dire cela. Non mais vraiment il se prenait vraiment pour quelqu’un de supérieur ! Ok très bien, il voulait qu’elle se taise, et bien il allait être servit. Elle se mordit la langue pour ne rien répondre, et elle le suivit silencieusement. Au milieu des regards qui se posaient sur elle, elle vit un ami qui travaillait avec elle. D’un signe de tête elle lui fit comprendre qu’elle ne voulait pas qu’il intervienne. Cela ne servait à rien qu’il se retrouve lui aussi avec les menottes aux poignets.
 
Le seul bruit que Julianne émis durant la marche jusqu’à la salle d’interrogatoire où on l’emmenait bien malgré elle, fut un bruit de toux. Elle avait la respiration un peu sifflante et il fallait bien avouer que la marche forcée qu’on lui imposait ne l’aidait pas vraiment de ce côté-là. Lorsqu’on lui retira ses fers, elle prit le temps de se masser les poignets avant de bien vouloir lever son regard qui était toujours aussi noir, sur Edern. La salle dans laquelle elle se trouvait était des plus glauques… Elle n’avait aucune idée de ce qui avait pu se passer ici, et d’un certain côté elle ne souhaitait pas en savoir d’avantage. Julianne poussa un soupir, avant de prendre place sur la chaise que lui avait désigné Edern.
 
Elle s’installa en croisant les bras sous sa poitrine, le regard fixé sur le mur devant elle. Les dents toujours serrées, elle écouta les consignes de son bourreau. Ah il voulait qu’elle parle maintenant ?! Non mais il ne devait pas vraiment savoir à qui il s’adressait. Il avait oublié à quel point la jeune femme pouvait être têtue ? Lorsqu’il lui avait adressé la parole, elle ne l’avait pas regardé. Gardant son regard fixé sur le mur devant elle. Elle ne bougea pas lorsque la porte laissa entrevoir un homme de main d’Edern. Oh parfait ! Il s’occupait personnellement d’elle ! Elle allait devoir le supporter combien de temps ? Jill se contenta de prendre une grande inspiration, comme pour montrer aux deux hommes qu’elle était en train de s’ennuyer.
 
Lorsque la porte se referma, la jeune femme eut la sensation qu’on venait de sceller sa tombe. Mais le petit jeu d’intimidation d’Edern la fit sourire doucement. Il pensait vraiment qu’il allait lui faire peur en agissant ainsi ?  Quoi qu’il pensait d’elle, la jeune femme était innocente, elle le savait et elle allait le lui prouver. Mais il fallait encore que monsieur veuille bien la croire. Ça s’était un autre problème.

Mais s’était quoi ces questions ? Enfin c’était surtout la tournure de la phrase qui dérangeait la jeune femme. Comme si elle avait décidé d’elle-même de faire sauter cette cavité. S’il voulait les consignes, c’était à son supérieur à elle qu’il fallait poser les questions. Elle garda le silence, et lorsqu’il reprit sa marche afin de lui faire face, le visage de la jeune femme était à nouveau fermé. Plus de sourire. Elle daigna le regarder lorsqu’il eut terminé, plantant ses yeux verts dans les siens. Un sourire en coin s’afficha alors sur les lèvres fines de la jeune femme et elle demanda avec ironie :
 

« -heu… non… J’ai du mal à saisir là… Tu veux que je parle maintenant c’est ça ? C’est drôle, je croyais que ça te tapait sur le système de m’entendre. Il faut savoir ce que tu veux. »
 
Ah Julianne… Pourquoi toujours vouloir jouer avec le feu et défier l’autorité du Dome ? Oui parce que c’était ce qu’était Edern. Un représentant de l’autorité suprême du Dome. Ce Dome qu’elle ne supportait plus et qui l’écrasait de toute sa puissance. Elle aurait sans doute dut réagir comme les autres, avoir peur de cet endroit lugubre dans lequel elle se trouvait. Avoir peur de se trouver seul à seul avec cet homme. Mais elle n’avait rien à perdre dans sa si misérable vie comme se plaisait à la décrire son interlocuteur. Pourtant c’était assez simple de sortir d’ici. Elle racontait sa version des faits, et elle était dehors. Enfin techniquement c’était ainsi que ça devait se passer.   
 
 

 





©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Lun 26 Jan - 0:16

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

La réputation qui précédait celui qui se tenait debout devant Julianne était bien loin d’être infondée. Homme de loi, il était intransigeant avec les coupables et n’hésitait pas à employer la manière forte pour obtenir les réponses à ses questions. Un homme qui ne se salissait jamais les mains mais qui avait le pouvoir de faire disparaitre quiconque s’obstinait à se dresser sur son chemin. Bien des citoyens du Dôme en avait fait les frais et cela sans jamais enfreindre les lois qui faisaient régner l’ordre en ces lieux. Mais ce Commandant n’existait pas en cet instant, devant celle qu’il avait toujours connu et sur qui, il veillait afin de ne jamais manquer à sa parole. Des mots échangés bien des années plus tôt et dont la femme qui se trouvait devant lui ignorait tout. Il était seulement Edern Kane, un individu que l’on pouvait aisément décrire comme un homme imbu de sa personne, cynique et froid mais qui tenait une parole aussi vieille que la froideur qu’ils nourrissaient au sein de leur relation indescriptible. Un homme dont ignorait tout Julianne, qui ne contentait nullement son sourire suffisant devant ses paroles plus que sérieuse. Elle ne semblait pas prendre conscience de l’ampleur de sa présence en ces lieux avec lui, de ce dont il était capable et de ce qu’il venait d’empêcher d’avoir lieu en refusant que Daniels n’entre dans cette pièce. Les idées reçues qu’elle nourrissait à son égard par le simple fait qu’elle disait le connaitre, étaient infondées. Personne ne connaissait l’homme qu’il était. Ce que disaient les gens se retournant sur son passage n’était nourri que par les dires, par sa réputation et par l’image qu’il tentait tant bien que mal de maintenir. Tout cela aidait par une éducation des plus strictes et rigoureuses reçus dès la disparition soudaine de son père dans le monde extérieur qui en effrayait plus d’un alors que pour d’autre, ne cessait de nourrir des histoires d’aventures et de liberté dont ils n’avaient qu’avidité de connaitre. Ce dont ignorait Julianne en cet instant, c’était qu’Edern avait la possibilité de détruire sa vie en quelques paroles, la faisait disparaitre ainsi du Dôme sans que personne n’ose s’interposer de peur d’en faire les frais comme bien nombres en avaient payé le prix par le passé.

Tournant autour d’elle tel un vautour autour de sa proie, posant des questions qui auraient pu paraitre insensé à bon nombres d’Hommes, il tentait de démêler toute cette histoire afin de libérer de toute accusation celle qu’il tentait tant bien que mal de protéger. Combattant contre lui-même pour tenir une promesse bien vielle dorénavant mais qui restait malgré tout, gravait dans l’esprit d’Edern. L’insubordination dont elle faisait preuve continuait de peser sur les nerfs de Kane qui se trouvait à devoir jouer de bien des efforts pour se contenir et l’envoyer directement devant la porte du Dôme. Peut-être que la rébellion dont elle faisait preuve n’était que les prémices d’un souhait bien plus grand de ce lever contre le Dôme, de faire entendre sa voix et d’obtenir sa liberté… Un souhait qu’il nourrissait de temps à autre alors qu’il repensait à son père mais qu’il tentait de faire taire bien vite au risque de se laisser envoûter par des comtes pour enfant.

Un soupir s’échappa des lèvres d’Edern alors qu’il perdait peu à peu patience devant la jeune femme qui se tenait face à lui. Quant allait-elle comprendre qu’il lui accordait une faveur en l’entrainant, seule en ces lieux, sans témoins ou hommes de mains ?!

- « Julianne, s’il te plait, tente d’avoir un tant soit peu de respect à mon égard ! »

Peut-être que tout fin de compte, ce n’était que peine perdue et qu’agir comme à son habitude restait la meilleure manière pour faire parler Julianne. Daniels n’était pas des plus recommandables et son agissement à l’égard des suspects le faisait craindre par tous les citoyens du Dôme à l’exception de ses supérieurs qui trouvaient en lui, une aide qui n’était pas toujours superflus.

- « Aucun témoin, aucun soldat de la milice pour nous observer ou prendre note de notre conversation. C’est une faveur que je t’octroie et tu n’en as même pas conscience ! »


Edern se leva de nouveau de la chaise pour commencer à fouler le sol salit par les années, faisant ainsi les cents pas afin de tenter d’apaiser sa colère qui commençait à se faire ressentir dans chacune de ses paroles :

- « Ta rébellion va te causer bien plus de soucis que tu ne pourrais t’en douter Jill’ ! Soit tu parles ou soit je fais appel à Daniels pour qu’il arrange tout cela ! »

Le Commandant de la sécurité ne perdit pas de temps, ne lui laissant aucunement le temps de répondre et se dirigea vers la porte ou deux hommes attendaient afin de veiller à la sécurité de la salle d’interrogatoire :

- « Où est le lieutenant Daniels ?! »
- « Au fond du couloir Commandant. »
- « Faites-le moi appeler et de suite ! »

Edern referma la porte s’en se soucier de savoir si son homme allait obéir car il eut bien vite sa réponse. Le frapper que reçu la porte ne pouvait provenir que de Daniels qui, d’un air sévère, entra dans la pièce après l’accord d’Edern qui s’appuya dos au mur, son regard posait sur son subalterne.

- « Voici Julianne Lindley. Suspecte dans le meurtre qui a eu lieu dans la journée. Meurtre ou accident, j’aimerai obtenir des réponses Daniels ! »

La protéger ? Pas pour le moment ! Il était en train de faillir en sa parole en acceptant la présence du lieutenant en ces lieux mais il avait des comptes à rendre. Sa place, son confort personnel et le rachat de son nom après la rébellion causait par son père était à sa charge. Il se devait d’agir ainsi… Ou tout du moins, il tentait de s’en convaincre…

- « N’abusez pas trop de votre autorité lieutenant ! Elle n’est pas comme les autres ! Soyez indulgent sinon je me verrai sévir à votre égard. Suis-je bien clair ?! »
- « Oui Commandant ! »



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Lun 26 Jan - 19:34


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...
Depuis combien de temps leurs routes ne s’étaient-elles pas croisées ? Si les souvenirs de Julianne étaient bons, cela faisait deux ans. Ce jour là, elle n’était pas prête de l’oublier puisqu’il s’agissait du jour où elle avait adieu à jamais à son père… Elle se souvenait dans les moindres détails de cette journée qui lui avait fait si mal et qui avait comme marqué au fer rouge son cœur, y laissant à jamais une blessure. Après l’incinération, elle était restée quelques minutes seule, parce qu’elle avait besoin de dire au revoir une dernière fois à son cher père. Edern s’était permis de l’approcher… Elle n’avait d’ailleurs pas comprit pourquoi il avait été présent dans l’assemblé ce jour là. Elle se rappelait de sa main qui s’était posé sur son épaule. Elle s’était dégagée avec violence, comme s’il l’avait brulé par ce simple geste. Puis elle l’avait fusillé du regard, et les mots comme souvent avait dépassé sa pensée. Elle lui avait dit qu’il n’avait aucun droit d’être ici. Qu’elle ne voulait pas de sa pitié et qu’il pouvait aller se faire voir avec sa fausse compassion. Jamais elle ne l’avait revu depuis ce jour, et elle devait bien reconnaitre qu’elle aurait aimé que cela continu.

La violence de sa réaction n’était en rien justifiée. Mais ce jour là, elle avait juste mal et elle n’avait pas supporté la possibilité de montrer à Edern qu’elle pouvait parfois être faible. C’était un de ses plus gros défauts… Et malgré les années qui passaient, elle ne parvenait pas à changer ce côté de sa personnalité. Aujourd’hui, le voir en fasse d’elle faisait remonter des souvenirs qu’elle aurait préféré garder bien enfouit en elle. Cela faisait aussi remonter le côté sombre de sa personnalité. Elle savait qu’elle n’aurait pas dut lui parler ainsi, et qu’au fond il n’avait jamais rien fait pour qu’elle le déteste, mais c’était plus fort qu’elle. Il n’avait pas de raison valable de la retenir ici.

Alors ce fut encore avec ironie qu’elle se mit à sourire en entendant la lassitude dans la voix d’Edern. Oh voilà qu’il disait s’il te plait… C’était presque mignon venant de lui. Ce qu’il disait était presque risible. Comme si c’était une chance infinie de se retrouver ici, entre quatre murs avec lui. Ah elle était belle la justice du Dome ! Violence, menaces… Consciente de quoi ? Qu’il pouvait ainsi faire d’elle ce qu’il voulait ? Que personne ne pourrait savoir ce qui lui était arrivé ? Elle avait conscience qu’elle était mal… Mais la révolte qui grondait en elle depuis déjà trop longtemps la poussait à défier l’autorité du Dome. A défier Edern.

« -ne me parles pas de ta milice. »  répondit-elle d’un ton cassant.

Non, elle ne voulait pas en entendre parler. Pourquoi tous les hommes qui gravitaient autour de sa vie n’étaient autres que des menteurs et des pantins aux services du Dome ?! Alek faisait partie de cette foutue milice, et c’était à cause de ça qu’elle l’avait pour ainsi dire virée de sa vie. Elle souhaitait tirer un trait sur lui, tourner la page sur leur histoire, voir même déchirer la page afin d’oublier vraiment cet homme à qui elle avait confié son cœur, et qui l’avait trahit.

Ce ne fut qu’un regard plein de défi qui répondit à Edern. Julianne n’avait pas peur de l’homme dont parlait le commandant de la sécurité. Au moins elle pourrait témoignée une fois sortie d’ici de la violence dont faisait usage le Dome contre des gens innocents.

« -hum la patience n’est pas ton fort visiblement Eddy… »

Voilà ce qu’ajouta la jeune femme alors qu’il venait d’ouvrir la porte afin de mander le dénommé Daniels. Lorsque les présentations commencèrent, Julianne fixa le nouveau venu, sans le moindre sourire. Elle répliqua juste à l’encontre d’Edern :

« -mais arrête avec tes insinuations de meurtre ! Je te l’ai déjà dis, j’ai tué personne ! »

Elle n’avait certes pas dit grand-chose, mais ça elle l’avait pourtant dit ! Alors soit il voulait vraiment qu’elle soit accusé à tord parce qu’il la détestait vraiment. Soit il avait un problème d’audition… Julianne se massa l’arrête du nez en fermant les yeux durant quelques secondes alors qu’Edern donnait ses ordres. Elle le regarda à nouveau. Que voulait-il dire par un « pas comme les autres » ? Il y avait quelque chose chez lui qu’elle avait du mal à saisir. Il semblait nourrir le même dégout qu’elle avait pour lui, mais en même temps, il semblait vouloir la protéger. A sa manière bien sur…

Julianne poussa un soupir en levant les yeux sur le plafond, toujours avec autant de provocation. Elle fronça les sourcils en constatant qu’Edern sortait de la pièce et elle lui lança :

« -ta raison sors d’ici. Ça serait dommage de te salir les mains ! »

Julianne reporta son attention sur son nouveau bourreau, et elle le défia du regard. S’il avait pour habitude de voir les femmes se mettre à pleurer ou fuir, vu qu’elle n’était pas attachée, et bien il allait être déçu du spectacle.

« -c’est vraiment dommage de risquer d’abimer un si joli visage. Mais crois moi ma belle je vais te faire baisser les yeux. Et ravaler ton côté rebelle. Tu va me dire tout ce que je veux entendre… »

Un petit sourire en coin s’invita à nouveau sur les lèvres de Julianne. Elle serra les dents et elle encaissa la première gifle qui vint lui fouetter le visage. Plusieurs suivirent, et la force de l’une d’elle lui fendit la lèvre inférieure. Cela n’empêcha pas la jeune femme de relever la tête et de sourire à nouveau. Son  bourreau l’empoigna alors par les cheveux, et la fit se mettre sur ses pieds. Jill serra les dents à s’en fendre la mâchoire, alors qu’elle supportait le souffle chaud de son bourreau près de son oreille. Non, elle ne parlerait pas de cette façon. Il en était hors de question.

Elle ne sut pas combien de temps tout cela dura… Mais lorsque le dénommé Daniels recula enfin, la laissant le soufflé coupé prostré dans l’un des coins de la pièce, elle avait la tête qui tournait, la lèvre en feu, et mal dans tout le corps. Elle posa son crâne contre le mur, et elle toussa avant de cracher du sang sur le sol.  



fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 27 Jan - 19:53

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Le ton cinglant qui résonna dans la pièce n’était que les prémices d’une victoire à venir pour Edern qui resta malgré tout, impassible devant les soupçons d’énervement de sa suspecte qu’il ne quittait pas un instant du regard. Tentant de la perçait à jour. La milice… Il savait pertinemment à quel point il détestait sa milice comme elle le disait si bien alors qu’il ne faisait que la diriger sans en être pour autant, le propriétaire. Elle avait su en subir les frais que de côtoyer cette dite milice qui était crainte au sein du Dôme. Ancien amour ou homme d’une enfance partageait malgré eux, elle n’avait su que côtoyait des hommes dont elle répugnait la carrière et leurs dévouements aveugles à une cause qui ne faisait que détruire tout ce qui se dressait sur leurs passages. Ce n’était guère l’avis d’Edern même si des fois, sa raison prenait le dessus sur sa loyauté et lui faisait ainsi comprendre que sa vie n’était peut-être celle que son grand-père avait pris tant de temps à dessiner pour lui.

Malgré toute attente, ce fut au tour d’Edern ou familièrement appelé « Eddy » par Julianne mais aussi son père, qui perdit patience à son tour, menaçant comme toujours les personnes se trouvant à cette même place. Mais cela ne restait pas pour autant des mots en l’air, il tenait chacune de ses paroles et la preuve en était qu’il ne tarda pas à faire appel, sans un mot de réplique à l’égard de Julianne, l’homme dont il avait évoqué le nom quelques instants plus tôt.

Après avoir fait poliment les présentations entre son homme de main et sa suspecte, il donna les ordres de ce dernier. Ordres auxquels Julianne n’hésita pas à répliquer sans une once de respect à son égard. Une habitude qu’elle se devait de perdre au risque de s’attirer les foudres d’hommes bien plus puissants que lui au sein de cette entité :

- « Alors que s’est-il passé là-bas ?! Qui a donné l’ordre de cette démolition qui aurait pu aussi te coûter la vie Julianne ?! »

Son ton laissait transpercer sa colère, faisant légèrement sursauter Daniels qui était nullement habitué aux états de colères de son supérieur, d’autant plus en présence d’un suspect.
Edern se pinça l’arête du nez tout en poussant un soupir et décida de quitter la pièce, tentant de trouver des réponses hors de ses murs alors qu’il laissait la jeune femme aux mains de Daniels tout en le mettant en garde. Elle n’était pas n’importe qui à ses yeux. Il la connaissait depuis toujours pour ainsi dire et son père avait su montrer à son égard, une grande confiance dont il ne semblait pas mérité à ce jour.

Edern ne prit même pas la peine de répondre au ton condescendant de la jeune femme, quittant la pièce sans même un regard pour elle ou son subalterne. Il referma la porte derrière lui et y resta un moment avant de se rendre jusqu’à son bureau où il semblait être appelé d’après les dires d’un de ces gardes. Ce n’était d’autre que celui en charge de l’enquête qui lui faisait un rapide résumé sur son enquête préliminaire mais qui était bien loin d’être terminée. Le commandant ne fit qu’acquiescer à ces paroles avant de tourner des talons, ne souhaitant pas laisser trop de temps à Daniels pour obtenir des réponses. Il savait de quoi il était capable et combien de fois, il avait dû faire preuve de dureté à son égard pour qu’il apaise ses pulsions de violences qui parfois, étaient plus qu’utiles. Mais en ce jour, la suspecte n’était pas une immigrante mais bel et bien une personne qu’il connaissait depuis bien longtemps maintenant.

Le commandant demanda à faire ouvrir la porte de la salle d’interrogatoire, insistant même devant l’hésitation d’obtempéré de ces deux hommes qui se tenaient devant lui. Il comprit alors bien vite leurs réticences alors qu’il s’avança dans la sombre pièce. Daniels semblait essoufflait, ses poings ensanglantaient témoignés des coups donnés mais lorsque son regard se posa sur Julianne, alors son cœur rata un battement et son regard changea du tout au tout. La noirceur de ses yeux n’avait alors d’égal que la force qu’il décupla pour propulser Daniels contre le mur, empoignant son uniforme avec fermeté :

- « Je vous ai demandé de ne pas abuser de votre autorité lieutenant ! »
- « Elle ne voulait pas parler ! »
- « J’en ai rien à foutre ! Vous avez désobéit à un ordre direct lieutenant ! »

On frappa à la porte et la voix d’un des miliciens se fit entendre, souhaitant savoir ce qui se passait en ces lieux. Edern relâcha son emprise sur Daniels tout en rassurant ses hommes mais lorsque le silence revint dans la pièce, ce dernier décrocha une droite en plein visage du lieutenant qui tomba au sol.


- « Osez me désobéir une nouvelle fois et vous prierez jusqu’à votre dernier souffle que l’on vous tue ! Me suis-je bien fait entendre ?! »
- « Oui Commandant ! »

Un dernier regard noir pour son Lieutenant et Edern se dirigea en toute hâte en direction de Julianne qui était confiné dans un coin de la pièce, l’obscurité masquant une partie de ses blessures dont le commandant avait aisément connaissance. Il posa deux doigts sous son menton en douceur :

- « Je voulais juste qu’il t’intimide mais pas qu’il lève la main sur toi… Je suis désolé Jill’… »

Edern ne voulait pas se racheter une conscience en prononçant ces quelques paroles mais était totalement sincère. Il était inquiet et plus que désolé de l’état dans lequel elle se trouvait. La protégeait… Ce n’était pas une manière de faire si l’on voulait protéger quelqu’un…

Il posa une main dans son dos pour l’aider à se relever et l’attira jusqu’à la chaise où elle était initialement assise :

- « Julianne… J’ai juste besoin de savoir pourquoi cette explosion… »



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mar 27 Jan - 22:58


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...



« La violence est le dernier recourt de l’incompétence. » Isaac Asimov
 
Le Dome… Ce Dome que tant de gens aimaient, admiraient et voulaient protéger de tous les dangers qui pouvaient ébranler sa structure. Il n’était en réalité qu’injustice, violence et corruption. Voilà les mots qui décrivaient au mieux le Dome selon la jeune femme qu’était Julianne. Plus les années passaient, plus elle le détestait. Elle ne rêvait que d’envol, que d’air frais sur sa peau, et de liberté. Elle souffrait intérieurement de toutes ces brimades, de cette rigueur et de cet encadrement rigide qu’imposait le Dome. Pourtant cela aurait pu être bien différent. Ce lieu protégé de l’extérieur aurait pu être une terre d’asile,  un nouvel Eden. Une terre promise offrant vie, douceur et plénitude. Mais aussi sécurité, sérénité et bien être. Malheureusement, cela faisait bien longtemps que la jeune femme avait cessé de croire en de telles futilités. Le Dome avait ce pouvoir de corrompre les âmes et les cœurs. De faire ressortir ce qu’il y avait de plus mauvais dans la race humaine. Et cela la répugnait.
 
L’homme qui venait de s’en prendre à elle n’en était qu’une preuve de plus. Comment pouvait-on frapper ainsi quelqu’un, une femme de surcroit, seulement parce qu’un homme qui prétendait être au dessus vous en avait donné l’ordre. Comment pouvait-on mettre entre parenthèse sa propre volonté, son propre libre arbitre et sa conscience. Ce Daniels était l’exemple même que le Dôme noircissait l’essence même de l’homme.
 
Julianne n’avait pas desserré les dents, et aucun cri n’avait passé ses lèvres, si ce n’était qu’un petit gémissement qui à dire vrai avait plus sonné comme un grognement. Forte tête, rebelle… Ils pouvaient bien l’appeler comme ça leur chantaient. Elle avait des principes, qui pouvaient sonner comme de l’entêtement pour certain. Elle ne parlerait pas, et ce n’était pas la violence qui l’obligerait à le faire. Visiblement Edern ne la connaissait pas suffisamment pour savoir que ce n’était pas de cette façon qu’il fallait agir avec elle.
 
Alors qu’elle se tenait le dos collé contre le mur froid de la salle, le souffle court, tentant de se remettre quelque peu des coups qu’on venait de lui porter, les derniers mots d’Edern résonnèrent dans sa tête. Comme si sa vie lui importait ! Qu’est ce que ça aurait bien pu lui faire qu’elle meurt elle aussi dans cet accident ?! La seule chose qu’il voulait c’était savoir pourquoi elle avait soit disant tué cet homme. Encore une fois, en pensant ainsi, il prouvait qu’il ne connaissait rien d’elle. Certes, elle avait des envies d’évasion, mais elle n’était pas une criminelle. La vie était quelque chose de précieux pour la jeune femme, et elle était incapable de l’ôter à qui que se soit. Même s’il s’agissait d’un crétin misogyne.
 
Lorsque la porte de la salle s’ouvrit, la jeune femme se tendit à nouveau, comme si elle s’attendait à nouveau à ce qu’une pluie de coups vienne s’abattre sur elle. Mais ce ne fut pas le cas. Non, bien au contraire. C’était Edern qui venait de faire son retour dans la pièce. Julianne avait un peu de mal à comprendre tout ce qui se disait à quelques mètres d’elle. Elle avait la tête qui tournait, et la raclé qu’elle venait d’encaissé conjugué à ses émotions de la journée ne l’aidait pas vraiment à pouvoir analyser les choses.
 
Elle haussa un peu l’épaule par pur geste de reflexe de protection lorsque quelqu’un s’approcha à nouveau d’elle. Non pas qu’elle avait peur. Elle n’était pas certaine d’avoir à nouveau la force physique de résister… Pourtant, elle le savait, elle ne devait pas céder. Garder la tête haute. Lorsqu’elle sentit deux doigts venir se positionner sous son menton, elle ferma les yeux en serrant les dents. Puis Edern se mit à lui parler et elle sentit à nouveau la force de la colère monter en elle. Désolé ? C’était tout ce qu’il trouvait à dire ? Et il croyait vraiment que cela allait l’aider ? Julianne détourna la tête, détachant ainsi son menton des doigts du commandant, comme s’il venait de la brûler par ce simple geste. Alors qu’il passait une main dans son dos et qu’il voulu l’aider à se relever, la jeune femme souffla :
 
« -ne me touches pas… »
 
Il pensait à quoi ? Qu’elle allait lui tomber dans les bras et se mettre à pleurer comme une fillette ? Qu’il allait pouvoir la voir faible et avoir la joie de la voir enfin à terre. Qu’il allait pouvoir enfin jouir de se supériorité vis-à-vis d’elle ? C’était vraiment mal la connaitre. Alors qu’elle venait de se remettre sur ses jambes, elle fit un mouvement d’épaule afin de se détacher de lui. Elle toussa à nouveau, elle s’essuya la lèvre inferieur en s’asseyant à nouveau sur la chaise. Son regard se posa sur le sang qui venait de lui tacher le dos de la main, et sans bouger la tête, elle releva seulement un regard noir sur Edern.
 
Même si elle donnait le change par sa prestance et le regard qu’elle envoyait à Edern, Julianne souffrait. Elle avait l’impression d’avoir le crâne compressé dans un étau, et elle sentait son cœur battre dans ses tempes. Ses poumons étaient en feu, et chaque inspiration lui faisait mal. Elle eut du mal à déglutir, et le gout du sang dans sa bouche lui donna la nausée.  
 
Juste besoin de savoir ? Mais elle lui avait dit ce qui s’était passé. Le problème était qu’il ne l’écoutait pas ou qu’il ne voulait pas l’entendre plus tôt. Elle souffla alors en ne détournant pas le regard, la mâchoire serrée plus par la douleur que par l’envie de montrer à Edern qu’elle le haïssait à cet instant.
 
« -je te l’ai déjà dis. »




fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Mer 28 Jan - 23:11

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Il n’en avait pas le droit… Il n’en avait pas le droit de la rendre si vulnérable, si fragile pour le simple fait que son enquête n’avançait pas et qu’elle était, à ce jour, sa seule suspecte. Il avait osé lever la main sur elle, même si ça n’avait pas été lui qui avait senti sa main frappée sa peau salit par l’explosion. Mais cela était tout comme. Il avait donné l’ordre à son homme de main d’obtenir des réponses mais jamais il ne se serait douté de la retrouver dans un tel état. Si son père… Leurs pères le voyait agir de la sorte, ils seraient bien loin d’être fière de celui en qui, ils avaient fondés tant d’espoir. Fils unique et porteur de la vérité qu’il avait voulu tant faire communiquer pour l’un et protecteur de son unique enfant pour l’autre. Mais en cet instant même, il n’était rien. Son grade, sa fonction ou le quartier qu’il vivait importait peu. L’homme qu’il était ne méritait pas tout cela… Il n’était rien… Et il s’en rendit bien vite compte alors que son regard se posa sur la jeune femme blessée qui se trouvait face à lui. Le mouvement de recul qu’elle eut à son égard n’étonna guère Edern qui était dorénavant habitué à un tel écart entre eux deux. Il se souvenait encore du geste de recul qu’elle avait eu alors qu’il avait posé une main rassurante sur son épaule, ne souhaitant plus être l’homme qu’elle détestait mais seulement un ami. Un seul instant où leur haine mutuelle n’existerait plus. Mais cela avait été vain comme à chaque fois qu’il avait osé un geste à son attention.


- « D’accord… » Dit-il dans un soupir de renoncement.

Après tout, il était l’homme qui avait su élever la voix pour faire en sorte que son arme, son homme de main applique ses ordres mais cela avait dépassé ses pensées, son imagination. Il ne lui avait jamais voulu du mal et pourtant, c’était ce qui avait fini par arriver malgré lui et à cause de lui.

Il l’aida tout de même à se remettre sur ses jambes avant qu’elle ne se détache à nouveau de lui, comme s’il la répugnait au plus haut point que rien que le fait qu’il soit proche d’elle la dégoutait.
Edern resta malgré tout à ses côtés, l’accompagnant jusqu’à la chaise où elle se laissa choir alors qu’il se mit à poser une énième fois sa question. Edern était peut-être préoccupé par l’état de la jeune femme, il n’en perdait pas moins ses objectifs. Il avait des comptes à rendre à des plus hauts passés sur les raisons qui venaient de briser la tranquillité apparente du Dôme.

- « Tu ne m’as rien dis Julianne. Pas assez du moins… »

Il poussa un nouveau soupir tout en baissant les yeux sur le sol tâchait des anciens suspects qui avaient crachés eux aussi leurs sangs sur le béton qui recouvrait la pièce, mêlant tour à tour leurs ADN pour ne faire qu’un : Les victimes du Dôme pour ainsi dire. Son père s’était retrouvé là à son tour dans un passé bien lointain dorénavant, faisant partie lui aussi, de ses cracheurs de sang… Et c’était au tour de son unique fils de le faire couler comme d’autres hommes l’avaient fait avant lui. Il ferma les yeux à cette pensée qui lui serra le cœur. Il ne valait pas mieux que ceux qui avaient empêché son géniteur d’exprimer ses convictions à voix hautes.

- « Daniels… » Il se racla la gorge afin de reprendre contenance « Allez me chercher de l’eau bouillante et la trousse de premier secours. »
- « Commandant ?! »
- « Ceci est un ordre lieutenant ! »

Edern n’avait guère pris la peine de lever son regard sur celui qui avait frappé la femme qui se trouvait devant lui. Daniels eut un moment d’hésitation, lançant un regard noir à la suspecte avant de quitter la pièce.

- « Je n’aurai pas pensé qu’il lève la main ainsi sur toi. »

Le commandant se leva tout en prenant une profonde inspiration, évitant soigneusement de croiser le regard de Julianne alors qu’il marchait en long dans la pièce, faisant les cents pas sans un mot et cela durant tout le temps que mit son subalterne pour ramener ce dont il avait besoin afin de panser les plaies de la jeune femme.

Lorsqu’il revint, Edern lui demanda de poser le tout à même le sol près de Julianne avant de quitter la pièce sur le champ. Il finit par s’approcher d’elle et trempa délicatement une compresse dans de l’eau chaude avant d’approcher sa main du visage de la jeune femme :


- « Laisse-moi faire…Pour une fois… S’il te plait. »

Edern Kane n’était pas uniquement le commandant froid et intransigeant qu’il laissait paraitre. Lui aussi avait une âme, une conscience mais aussi un cœur derrière cette façade plus qu’armée qu’il laissait paraitre.


- « Et non, je n’efface pas les preuves de ton interrogatoire. Daniels en subira les conséquences, tu peux me croire ! »

Il remit à l’eau la compresse qui se mit à rougir au contact du sang encore frais de Julianne.

- « Je vais avoir besoin de toi Jill’ mais pas en tant que suspecte mais en tant que partenaire. Je vais avoir besoin que tu viennes interroger ton supérieur sur ce qu’il s’est passé. »

Edern reposa la compresse, délicatement, sur le visage de la jeune femme avant de poursuivre :

- « Dès lors que cette enquête sera close, je te laisserai tranquille et tu n’entendras plus jamais parler de moi ! Je pense que le marché est honnête, tu ne trouves pas ?! »

Il esquissa un maigre sourire qu’il disparut aussi vite qu’il était apparu, se concentrant de nouveau sur les blessures ensanglantées de la jeune femme. Qui aurait cru que leurs routes allaient se croiser de nouveau après l’enterrement du père de cette dernière ?! Et il doutait que cela soit la dernière fois que leurs routes se croisent en ce Dôme ou en son extérieur…


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Jeu 29 Jan - 23:12


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...




Pas assez ? Du point de vu de Julianne, elle en avait dit suffisamment. Elle lui avait dit que c’était un accident et que même si elle n’appréciait pas l’homme qui avait trouvé la mort dans cette explosion, elle ne l’avait pas tué elle-même. Ce n’était pas non plus un attentat. La jeune femme aimait son travail même si parfois il était fatiguant et qu’il ne répondait pas à ses envies d’évasions, mais jamais elle n’aurait eut l’idée de faire sauter à la dynamite ce conduit par simple volonté révolutionnaire. De plus elle aurait également pu perdre la vie quelques heures plus tôt. En plus, si ça avait été elle qui avait été à l’origine de tout ça, elle se serait certainement arrangée pour percer une faille afin de pouvoir affaiblir le Dome et lui donner la possibilité de sortir d’ici. Non, il s’agissait d’un simple accident qui avait eut lieu parce qu’on avait donné les consignes à la mauvaise personne.
 
De toute façon, pour le moment, elle n’était pas prête à desserrer les dents et en dire plus. Après ce qu’elle venait de subir… Ce n’était pas avec un petit désolé et un excuse moi qu’Edern allait obtenir quelque chose d’elle. C’était en quelque sorte trop facile. Et au cas où il ne l’aurait pas encore comprit, Julianne possédait un caractère forte, et elle n’était pas prête à baisser sa garde maintenant. Lorsqu’il baissa les yeux, elle garda son regard fixé sur lui. Ses prunelles étaient toujours aussi noir et si elle avait pu lui faire mal par ce simple regard elle l’aurait fait volontiers. Elle défia également le dénommé Daniel, comme pour lui montrer que ses coups et sa violence à son égard ne l’avait pas ébranlé et qu’il avait échoué.
 
Un petit sourire sarcastique s’afficha dans les coins des lèvres de la jeune femme lorsqu’elle entendit les nouvelles paroles d’Edern. Etrangement, à ses oreilles cela sonnait faux. Il l’avait menacé avant de faire venir cet homme. Il lui avait fait comprendre qu’elle allait certainement trop loin et qu’elle allait le regretter. Alors elle répliqua froidement :
 
« - pardonne-moi de ne pas te croire. »
 
A marché de long en large il lui donnait le tournis. Pourtant elle tentait de rassemblé toutes les forces qui lui restaient pour ne pas faiblir. Pourtant elle souffrait dans tout son corps et elle avait une envie folle de s’allonger afin de faire passer le malaise qu’elle tentait de contenir en elle. Elle avait bien comprit ce qu’il voulait faire en demandant de l’eau chaude et des compresses, mais elle n’était pas vraiment du même avis que lui. Et lorsqu’il approcha sa main, elle eut un mouvement de recule en le défiant du regard. Regard qu’elle détourna un instant lorsqu’il lui demanda poliment de le laisser s’occupé de ses blessures. Elle grimaça au contact de la compresse sur sa lèvre meurtrie avant de répliquer en regardant Edern avec toujours le même regard noir :
 
« -je n’ai rien dis. »
 
Non, elle n’avait rien dit et elle n’était pas vraiment en état de penser non plus. Effacer les preuves… Oui maintenant qu’il venait d’en parler, c’était une chose qui pouvait sembler évidente. Mais sur l’instant, elle n’y avait pas pensé une seule seconde. Elle fronça les sourcils avant de les hausser en écoutant ce qu’ajouta Edern. Besoin d’elle ? Pour quoi faire ? Partenaire ? Oh que voulait-il dire par là ? Enfin, elle ne répliqua rien et elle se contenta d’écouter ce qu’il exprima pour se justifier.
 
« -tu n’as pas besoin de moi pour ça. »
 
Elle ne voyait pas en quoi sa présence pouvait être utile. Il n’avait qu’à convoquer son supérieur, lui demander les fais et voilà. En quoi cela changeait la donne qu’elle soit présente ou non ? La jeune femme avait une relation cordiale avec son supérieur. Ils s’entendaient plutôt bien, même si il ne lui accordait pas la même importance qu’à ses employer du sexe fort. Pourtant, elle avait déjà reçu ses félicitations pour son travail. Il était content ce qu’elle accomplissait, et il reconnaissait le savoir faire dont elle faisait preuve. Elle ne pensait pas qu’il dirait du mal d’elle. Une nouvelle grimace alors qu’il venait de poser à nouveau la compresse sur son visage. Alors qu’il était en train de tenter de pactiser avec elle, la jeune femme lui saisit la compresse des mains. Elle était une assez grande fille pour s’occuper d’elle toute seule et cette proximité que cela engendrait entre eux la mettait mal à l’aise. Comme si à nouveau elle manquait d’air. Elle tamponna sa lèvre baissant un instant les yeux, avant de répondre :
 
« - vu la taille du Dome, et ton poste en son sein, on sera amener à se recroiser. Alors ne dit pas n’importe quoi. »
 
Julianne ferma les yeux durant quelques secondes en se pinçant l’arrête du nez. Elle était fatiguée et elle n’avait aucune envie de devoir retourner sur son lieu de travail simplement pour faire avancer l’enquête de monsieur qui était pourtant simple à résoudre. Elle poussa un long soupir avant de regarder à nouveau Edern et de déclarer :
 
« -Ecoutes. Je t’ai déjà dis ce qui s’était passé là-bas. Les consignes étaient claires et net. Mais je n’étais pas celle qui devait allumer la mèche. Pas vraiment ma faute si mon boss préfère faire confiance à des hommes plutôt qu’à une femme. Il a allumé la mèche trop tôt. C’est un accident. »
 
Pas d’énervement dans sa voix cette fois-ci. Elle avait juste été claire sur les faits. Pourtant elle ajouta :
 
« -je pense que malgré ce qui nous oppose et le fais qu’on ne soit pas proche toi et moi, tu me connaissais sans doute suffisamment pour reconnaitre que je ne suis pas une meurtrière. Non ? »
 
Grande gueule, se laissant un peu trop souvent emporter, avec un tempérament de feu parfois incontrôlable. D’accord, ça elle en était consciente. Mais de là à tuer un homme ?  





fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Sam 31 Jan - 0:34

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Chaque matin, Edern enfilait cet uniforme qui indiquait son statut et son rang aux yeux de tous, se faisant ainsi respecter mais aussi craindre par les habitants du Dôme, son propre peuple. La fonction qu’il occupait n’était pas seulement un titre, il en découlait des responsabilités mais bien plus de sacrifices que ses concitoyens pouvaient se douter et qui pesait bien souvent sur les épaules de celui qui ne laissait paraitre qu’un visage froid et de rudes manières à l’égard de ceux qui se trouvaient en ces murs. Pourtant, ce n’était pas l’homme qu’il était au fond de lui, ce n’était pas le fils qu’avait enfanté sa mère et que son père avait éduqué depuis sa plus tendre enfance afin qu’il devienne un homme écoutant son cœur et avançant avec intelligence dans la vie qui était la sienne. Une part de lui qu’il tentait d’enfuir au plus profond de son être au risque de paraitre faible devant les siens et les hauts dignitaires qui avaient droit de vie ou de mort sur sa personne même s’ils le taisaient, ne faisant que le murmurait de temps à autre pour rappeler leurs pouvoirs à ceux qui se trouvaient dessous.
Pourtant, en cet instant et à l’abris des regards, c’était cette partie de lui qu’il avait laissé paraitre au contact de Julianne en lui demandant pardon des actes commis à son égard, de l’atrocité de son ordre et des marques qui ornaient dorénavant son corps meurtri. Pourtant, cette dernière semblait ne percevoir que ce jeune homme devenu un milicien, un Commandant imbus de lui-même et bien trop confiant pour se rabaisser à de telle banalité.  

- « Fais comme tu veux Jill’ ! »

Il était hors de question pour Edern de tenter de la convaincre de sa sincérité à son égard. Il n’était pas le genre d’individu à se mettre à genoux et à supplier pour qu’on le pardonne. Préférant plutôt faire les cents pas tout en ignorant volontairement la jeune femme qui se trouvait dans la pièce jusqu’à que Daniels ne se décide à revenir et finisse par quitter la pièce pour les laisser seuls.

Sans grand étonnement, la jeune femme tenta un mouvement de recul lorsqu’il pansa ses blessures. Il n’était pas là en tant que commandant mais en tant que… Il ne savait trop quoi d’ailleurs ! Ami ? Non ! Oh que non ! Il n’était pas son ami et ça ne serait sûrement jamais le cas. Il était juste bienveillant à son égard, tout simplement :


- « Mais tu l’as pensé très fort ou alors je t’ai devancée ! »

Il continua de nettoyer le sang se trouvant sur le visage meurtri de Julianne tout en continuant de se haïr pour avoir un tel ordre mais haïssant aussi Daniels de s’être laissé emporter de la sorte ! Alors qu’il rinçait délicatement la compresse, Edern releva ses yeux sombres sur la jeune femme de son enfance


- « Si ! Sinon je te l’aurai pas demandé Jill’ »

Le commandant reposa délicatement la compresse sur ses blessures tout en prenant son temps, faisant attention à ne pas la faire souffrir plus que ses blessures le faisaient déjà.

- « Alors si on doit se recroiser, espérons que cela soit dans d’autres circonstances ! »

Edern aimait son travail, il aimait faire respecter les lois mais beaucoup moins lorsque ça concernait les gens qu’il connaissait comme ça l’étaient en cet instant précis. Il préférait de loin arrêter un trafiquant ou un immigré qu’un citoyen du Dôme qui ne faisait que son travail et qui volait des médicaments pour soigner son enfant. Derrière son imposante stature et son obscur regard, il avait un cœur qui battait et il savait aussi être pris de compassion pour ses égales.

Il laissa la compresse dans l’eau chaude et pansa ses blessures tout en écoutant la voix de la jeune femme qui s’était faite douce soudainement. Finissaient-ils par baisser les armes face à l’autre ? Tout pouvait arriver alors pourquoi pas cela ? Cela fit esquisser un sourire en coin à Edern qui était étonné du ton qu’employa Julianne à son égard alors qu’il croisa son regard avec une certaine…amabilité à son attention.

- « Cela fait longtemps que tu travailles là-bas… Alors pourquoi ne pas te faire confiance pour un tel travail ? L’incompétence d’un homme se voit dès le premier coup d’œil. Comment ne s’en est-il pas douté ?! Un véritable accident ou peut-être, ce qu’il a voulu faire passer pour un accident. Les gens sont loin d’être honnête dans ce Dôme et j’aimerai tirer cette affaire au claire une bonne fois pour toute ! »

Edern termina de poser le dernier pansement sur le visage de la jeune femme mais son regard dévia vite de la blessure qu’il soignait aux prunelles azur de Julianne. Il resta un court instant silencieux avant d’acquiescer à ces dires :

- « Si… Bien sûr… Et rien que le fait de t’avoir emmené ici m’aurait valu une bonne claque de ton père mais aussi du mien ! » Dit-il dans un sourire nostalgique.

Il rangea ce qu’il venait de déranger pour soigner celle qui avait durant quelques instants, sa suspecte principale et poursuivit :

- « On va aller voir ton chef et il va m’expliquer pourquoi il a préféré faire confiance à un incompétent plutôt qu’à toi ! Le moindre débordement Julianne… Tu m’entends, le moindre débordement et tu auras à faire à moi ! »

Son regard s’était durcit à ses mots afin de lui faire comprendre toute l’’ampleur de ses paroles. Aucun égarement ne serait accepté par le commandant qui défiait les lois du Dôme en emmenant une suspecte menait l’enquête avec lui.
Mais même si les preuves ne démontraient pas sa totale innocence, Edern savait qu’elle était incapable d’un tel crime. Rebelle à la langue trop bien pendue, certes mais pas au point de commettre l’irréparable en tuant un autre être humain :

- « On va voir quelle histoire va nous conté ton supérieur et si cela me plait ! Quant à toi, tu te fais discrète. Compris ?! »




✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Sam 31 Jan - 15:58


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...





Présenter des excuses c’était trop facile. Il pensait vraiment qu’elle allait croire à son innocence ? Croire que ce n’était pas vraiment ce qu’il attendait de la part de son homme de main ? Pourtant c’était bien les menaces qu’il avait fait à son encontre. Il lui avait bien laissé sous entendre ce qui allait lui arriver si elle ne se montrait pas coopérative. Alors non, elle n’allait pas sourire et lui dire qu’elle acceptait bien volontiers ses excuses. Parce qu’elles ne valaient rien. Cela faisait bien longtemps qu’il avait perdu le droit de lui adresser ce genre de paroles.
 
Julianne ne cessait de se demander ce qui animait vraiment Edern vis-à-vis d’elle. Ils n’avaient jamais été proches. Ils n’avaient jamais su tisser le moindre lien d’amitié Sans doute parce qu’ils avaient des caractères trop différents ? Pourtant ils s’étaient rencontrés assez tôt dans la vie. Leurs pères étant amis. Elle ne se souvenait pas de la première fois où elle l’avait rencontré, ils avaient 8 ou 10 ans d’écart. Elle savait juste qu’elle était petite. Que ça avait finit en bagarre… Et qu’elle avait été punie. Enfin si, ils avaient été proches une fois… Une nuit… Une erreur… Quelques heures qui avaient prouvé à Julianne que cet homme n’était qu’un profiteur, manipulateur. Elle avait été faible une fois face à lui, et elle s’était promis de ne plus jamais l’être. Elle n’avait que 16 ans, et c’était ce jour là qu’elle s’était vraiment mise à le détester. Elle n’avait jamais plus accepté le moindre geste de sa part à son attention, et ses regards avaient toujours été froids. Elle s’arrangeait même pour fuir la maison s’il rendait visite à son père.
 
Julianne grimaça une nouvelle fois, et elle eut un petit mouvement de tête pour fuir la compresse. Mais aussi les doigts d’Edern et sa présence trop proche. Elle le regarda quelques secondes avant de baisser les yeux en poussant un long soupir. Comme s’il était capable de lire en elle. Ça en était presque drôle… Pourtant malgré les années, les malentendus, la distance, elle savait qu’il la connaissait et qu’il ne pouvait pas le condamner. Tuer un homme ? Non, la jeune femme aimait trop la vie pour pouvoir faire cela. Où alors elle s’en serait prise à quelqu’un de bien plus important.
 
Besoin d’elle ? Pourquoi ? Elle ne voyait pas… Mais elle n’avait pas forcement envie de lutter. Dans le font, elle voulait juste rentrer chez elle, et accepter ce qu’il lui demandait allait encore repousser cette échéance. Elle eut envie de repousser ses mains loin de son visage et de le faire reculer. A nouveau elle avait l’impression de manquer d’air. La présence d’Edern était comme oppressante et elle avait envie de se lever. Pourtant elle prit une grande inspiration, et elle contrôla sa répulsion. Elle se confia en quelques sortes, tentant d’achever cet entretien au plus vite et essayant de prouver à Edern qu’il n’avait pas besoin d’elle.
 
Alors qu’un sourire s’était affiché sur les lèvres d’Edern, elle avait saisit la compresse en le repoussant ainsi quelque peu. C’était une façon de lui dire de reculer. Pourtant il s’obstina à continuer les soins qu’il lui prodiguait tout en lui demandant des précisions. Elle fronça les sourcils en grimaçant à nouveau, éloignant son visage des mains d’Edern alors qu’il plongeait son regard dans le sien. Trop proche. Elle répondit alors, en regardant le sol :
 
« - tu lui posera la question toi-même. Une femme reste une personne du sexe faible surtout dans mon secteur d’activité. Je ne peux pas t’en dire plus. Je ne le connaissais pas plus que ça. Le con d’ordinaire je les évite. » Lâcha-t-elle pour conclure en le fixant à nouveau.
 
Elle ne préféra pas parler de son père ou du sien. Le passé appartenait au passé et elle n’avait aucune envie de raviver des souvenirs. Elle se contenta de lui jeter un regard avant pousser un nouveau soupir alors qu’il avait enfin décidé de ranger. Julianne leva les yeux au ciel en entendant la mise en garde d’Edern. Et elle ne put s’empêcher de répliquer :
 

« -tu aimerais bien…»
 
Elle avait bien vu la sévérité de son regard, mais ce genre de chose venant de sa part n’avait jamais eut aucun effet. A nouveau elle soupira et elle passa une main dans ses cheveux. De toute façon, elle n’avait pas d’autre choix que de le suivre. Pourtant elle n’avait aucune envie de se lever. Elle ne savait même pas si elle était capable de tenir correctement sur ses deux jambes. Elle toussa à nouveau, mettant sa main devant ses lèvres. Elle n’osait même pas imaginer à quoi elle devait ressembler. Couverte de poussière et de sang séché.
 
Si l’histoire lui plaisait ? Quelle objectivité ! C’était assez impressionnant ! Mais d’un certain côté cela n’étonnait pas la jeune femme. Elle n’avait aucune confiance en lui. Elle esquissa une petite moue mi amusé mis ironique avant d’ajouter  son regard rivé sur lui :
 
« -c’est sur que vu l’état dans lequel je suis, ça risque d’être super évident de me faire discrète… Mais je te suis puisque je n’ai pas le choix et que monsieur le commandant en a décidé ainsi. »
 
Elle jeta le compresse dans la bassine non loin, et elle inspira avant de se mettre debout, se retrouvant ainsi encore un peu plus proche de lui. Elle baissa son regard sur lui avant de fermer les paupières pour dissiper un petit vertige. Il n’y était pas allé de main morte l’autre. Elle croisa les bras sous la poitrine, attendant qu’il donne ses ordres. De toute façon, elle n’avait pas le choix.




fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Sam 31 Jan - 17:29

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

La promiscuité qu’il laissait s’immiscer inconsciemment entre eux deux ne semblait pas être au goût de la jeune femme qui ne cessait de le rappeler à l’ordre, continuant et perdurant ce fossé qui s’était dressé entre eux depuis tant d’années maintenant. Si au moins elle connaissait les réelles raisons de ce départ précipité dans sa vie après cette nuit qu’ils avaient tous deux partagés… Mais c’était comme s’adresser à un mur qui ne cesserait de remettre sa parole en doute encore et encore. Mais pourquoi tout cela resurgissait à son esprit alors qu’il avait presque réussi à l’oublier ces dernières années ? Pourquoi le destin s’était décidé à faire recroiser leurs chemins après tout ce temps ? A quoi bon de toute façon ?! La haine était belle et bien présente. Rien ne pourrait remédier à ce qui s’était dressé entre eux depuis le jour de leur rencontre.
Après tout, il n’était qu’un con parmi tant d’autres de qui elle tentait d’éviter de croiser. Enfin, c’était ce qui semblait être le sens à peine masqué des paroles qu’elle échangea avec lui alors qu’il tentait avec une difficulté certaine, de panser ses plaies.

- « Tout comme tu as tenté de m’éviter depuis tout ce temps. » Dit-il en levant son sombre regard sur elle pour finalement le baisser sur l’eau chaude qui avait rougit au contact du sang de Julianne « Je lui parlerai. On verra tout cela en temps voulu. »

Edern se décida à ranger le matériel médical qui avait servi à soigner les plaies de la jeune femme tout en se mettant à sourire malgré lui à la remarque de cette dernière :

- « Non merci. J’ai déjà donné une fois ! Cette fois-ci, ça sera la case prison ma belle ! »

Le commandant se souvenait très bien de la place froide qu’elle avait laissée à ses côtés après la nuit qu’ils avaient partagés tous deux. Une première nuit pour Julianne et une nuit différente pour celui qui avait partagé une même chaleur, une même tendresse avec celle qui dégageait dorénavant, une froideur inconditionnel à son égard à ce jour.

- « Arrête d’user de ta condescendance avec moi Jill’, ça me ferait un peu de répit ! Et je suis sincèrement désolée pour les coups que t’a portés Daniels… »

Edern fronça bien vite les sourcils en voyant les yeux de la jeune femme se clore un court instant, ce qui le fit se dresser avec hâte, posant sa main sur son avant-bras alors qu’il posait un regard plus qu’inquiet sur sa personne :

- « Hey ! Ça va ? Respire. »

Le Commandant de la sécurité retira sa main de son bras avec douceur avant d’éviter une gifle monumentale ou ne serait-ce qu’un regard noir de la part de Jill’. Le ton était quelque peu redescendu entre eux, ce n’était pas le moment que cela ne s’empire de nouveau entre eux deux.


- « Allez viens ! On y va ! »

Edern passa devant pour ouvrir la porte et laissa passer la jeune femme devant lui tout en lançant un signe de tête à ses hommes qui se tenaient derrière lui, complètement interloqué. Il ne voulait pas d’escouade pour le suivre aujourd’hui. Il connaissait le Dôme et avait une certaine… Confiance, si l’on pouvait dire cela ainsi à l’égard de Julianne qui ne risquerait pas de le tuer dès qu’ils seraient seuls dans les couloirs de l’antre qui les séparés du monde extérieur.

- « Tu as des nouvelles d’Alek depuis le temps... ? »

Sujet dangereux voir même périlleux venant de lui mais il ne voulait pas rester silencieux tout le long du trajet. Il sentait le regard de certains membres du Dôme se retournaient sur leurs personnes. Un officier de l’Ordre qui se promenait côte à côte avec une ouvrière. Cela avait le pouvoir de faire parler les plus bavards et attisés la curiosité de ceux qui connaissaient un tant soit peu le  commandant dans toute sa splendeur.

- « Enfin… Ce ne sont pas vraiment mes affaires. »

Au fur et à mesure, la résonnance des voix qui animaient une conversation bien loin d’être amicale attisa la curiosité mais aussi la vigilance d’Edern qui fronça les sourcils, saisissant le poignet de Jill’ pour la freiner dans ses pas, la protégeant ainsi d’une certaine façon alors qu’il passa devant elle.
Un des hommes de la milice que dirigeait le commandant se trouver devant le l'ami de la victime qui se trouvait avec Julianne, se confrontant violemment à lui jusqu’au moment où la voix neutre mais loin d’apporter son calme naturel s’éleva, coupant court à la dispute qui sévissait entre les deux individus :

- « Oh ! Vous allez arrêter ! Soldat, retournez à votre poste et illico presto ! »
- « Des dégénérés dans cette milice, je vous jure ! »

Le milicien se retourna pour tenter de décrocher une droite au suspect principal de l’affaire lorsqu’ Edern arrêta son geste, poussant quelque peu son subalterne en arrière avant de le renvoyer en toute hâte à son poste. Il fit ensuite un signe de main en direction de Julianne pour qu’elle le rejoigne :

- « Il faudrait peut-être refaire l’éducation de vos hommes Commandant Kane ! »
- « Ou la vôtre ! »

L’homme serra aussi fort de la mâchoire que ses doigts se refermaient sur eux-mêmes, la jointure se blanchissant à vue d’œil ce qui amusa intérieurement Edern qui resta aussi neutre qu’à son habitude :

- « Vous avez sûrement entendu parler de l’explosion qui a eu lieu non loin d’ici ? »
- « Bien sûr ! C’est mon ami qui est mort ! »
- « Comment cela se fait-il ? »
- « Je ne sais pas ! Parce que'il avait une incompétente avec lui ! »

Le regard qu’il posa sur Julianne était bien loin d’être au goût du commandant qui se mit à contracter la mâchoire à son tour…











✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Sam 31 Jan - 18:59


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...





« -oh je n’y peux rien si tu le prends pour toi. » répondit-elle en haussant les sourcils avant de détourner le regard comme si cette conversation l’ennuyait au plus au point. Pourquoi ne pas chercher à éviter cet homme ? Qui aurait envie de passer son temps à se trouver sur la route d’Edern Kane. Il était commandant de la sécurité et ses manières de faire étaient connues. Julianne n’était pas du genre à jouer les troubles fêtes, et ce n’était vraiment pas dans ses intentions de se retrouver en tête à tête avec lui. Elle n’avait pas fuit ce matin là. Elle s’était juste rendu compte qu’elle avait certainement fait la chose la plus folle de sa vie. Comment avait-elle pu faire ça ? Qu’est ce qui l’avait poussé ainsi dans ses bras ? Elle ne s’était pas vraiment attendue à ce que quelque chose puisse se faire entre eux. Ils étaient capables de se tuer avec de simples mots… Mais elle aurait tout de même apprécié qu’il vienne lui dire quelque chose. Lui demander pourquoi. Il n’était jamais venu.
 
Elle le provoqua, et ce qu’il répondit ne fut que chose justifié, il fallait bien l’avouer. Il n’avait pas dit non, c’était même lui qui avait commencé ! C’était elle qui aurait mieux fait de dire non. Mais elle se décida de ne rien répondre. Elle ne voulait pas revenir sur tout ça. Elle ne voulait pas qu’il puisse croire que tout ça avait la moindre importance pour elle. Elle se contenta seulement de lui sourire presque amusée. Il lui faudrait une bonne raison pour la mettre derrière les barreaux. Enfin son sourire en disait long.
 
Elle chassa ses souvenirs de son esprit, et elle répliqua sur la discrétion qu’il lui demandait. Un peu de répit ? C’était ce qu’il voulait ? Alors pourquoi la gardait-elle près de lui ? C’était la question qu’elle avait envie de lui poser, mais elle fut prise d’un léger vertige. Mais il se dissipa très vite lorsqu’elle sentit la main d’Edern se poser sur sa peau. Comme elle détestait se sentir affaiblie ainsi surtout devant lui. Mais elle ne s’était pas attendue à ce qu’il se fasse autant de soucis pour sa personne. Elle avait vraiment du mal à saisir ce qui l’animait vis-à-vis d’elle. Quoi qu’il en soit elle répliqua alors qu’il retirait sa main :
 
« -ça va. »
 
Pas de merci, pas de ne t’inquiète pas. Juste deux mots bref et froid. Elle n’avait pas relevé les yeux sur lui, mais elle était presque soulagée qu’il s’éloigne enfin. Jill reposa ses yeux clairs sur lui lorsqu’il ouvrit la porte. Elle n’avait pas la moindre envie de retourner là-bas, et pas la moindre envie d’être vu à nouveau rien qu’avec lui. Puisque visiblement il venait de renvoyer ses hommes. Oui, ça devrait aller, vu son état, il devrait être capable de la métriser seul si jamais il y avait un débordement !
 
La jeune femme commença à marcher, silencieuse. Elle ne voyait pas ce qu’elle aurait pu dire. Elle ne faisait que mettre un pas devant l’autre, essayant d’éviter les regards qui se posaient sur elle. Elle baissa un instant les yeux en serrant la mâchoire lorsqu’elle entendit la question d’Edern. Julianne ne se retourna pas pour le dévisager. Mais elle aurait aimé savoir d’où il avait sorti ça. Que voulait-il dire surtout ? Comment pouvait-il être au courant ? Mais de toute façon, il répondit lui-même à sa propre question et elle n’aurait certainement pas dit mieux. Cela ne le concernait pas. La jeune femme était restée droite comme un I, et elle n’avait pas marqué de pause dans sa marche, comme si ce qu’il venait de dire ne l’avait pas atteinte.

Ce qui la fit stopper sa marche, fut les doigts d’Edern se refermant sur son poignet. Une nouvelle fois, elle lui jeta un regard assassin. Mais elle fronça les sourcils en le voyant passer devant. Il avait peur pour sa sécurité ? C’était presque navrant en plus d’être ironique. Elle le laissa approcher, et de loin elle tenta de suivre ce qui s’échangeait. Tout avait le don de l’énerver chez lui ! Rien que se signe de la main l’irritait. Elle avança de quelques pas, sans pour autant trop se rapprocher. Elle savait qui était l’homme avec qui parlait Edern. Et Jill n’avait aucune envie de prendre part à la conversation avec se genre d’individu. Elle croisa ses bras sous sa poitrine, essayant d’être patiente. Mais ce qui lui parvint aux oreilles ne lui plut pas du tout. Alors comme elle était à bout de nerfs, elle répliqua en avança d’un pas toujours quelques peu derrière Edern :
 
« -c’est moi que tu traites d’incompétente ?! Re dis le juste pour voir ? »
 
La jeune femme détourna son regard de l’homme et elle s’adressa à Edern :
 
« -ok je suis là pour voir parler avec mon supérieur par avec lui. »
 
Ça voulait dire en quelque sorte : tu ne respectes pas le contact ! Elle avait fait attention à ne pas le tutoyer. L’homme qui se trouvait en face était quelqu’un de mauvais. Et pour une fois, elle aurait aimé qu’Edern soit de son côté à elle.
 
« -une incompétente parfaitement ! Ce genre de boulot c’est pas fait pour les femmes ! Montrer ton petit c** et tes formes ! Si seulement tu étais doué Lindley ! Mais c’est loin d’être le cas ! »
 
La jeune femme braqua son regard sur l’homme qui venait de dire ça tout en serrant la mâchoire à s’en faire mal. Elle ferma les yeux et elle décida de s’éloigner de quelques pas histoire que son poing ne finisse pas dans la figure de ce type.  
 





fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 0:07

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Si au moins elle savait…Si elle tentait de le comprendre, de savoir ce qui s’était passé ce jour-là… Mais seule sa froideur et son indifférence se dégageait d’elle lorsqu’il se trouvait à ses côtés. Pourtant, il ne serait pas parti ainsi si son père n’était pas intervenu dans leur histoire et si elle n’avait pas fui le lit aux premières heures du matin. Autant l’un que l’autre ne lui avait laissé une chance ce jour-là, le rayant ainsi de sa vie. Il était jeune, promis à un avenir au sein de la haute société en intégrant la Milice dont les principes contrastaient évidemment avec ceux qui était devenu comme une ligne de conduite pour tous ceux qui l’avait ou l’entouré encore à ce jour. Mais si Julianne lui avait laissé une chance de s’expliquer même après tout ce temps…Peut-être que…Tout serait différent entre eux. Mais l’entêtement dont ils faisaient preuve autant l’un que l’autre continuait de les deviser, de les éloignés. Malgré les mots de son père qui l’avait éloigné de la fille à laquelle il s’était attaché avec le temps et cela depuis sa plus tendre enfance, il lui avait fait une promesse et il la tiendra jusqu’à son dernier souffle de vie… Mais cela était une histoire qui avait eu lieu bien loin de Julianne qui en ignorait encore et toujours tout le sens de ses actes à son égard. Il n’agissait pas ainsi par simple galanterie ou dans le simple souhait de se racheter une conduite à ses yeux. Tout cela était bien plus profond et plus elle continuerait à l’ignorer et plus cela la protégerait.

Et ce fut cette promesse, cet attachement certain mais indéfinissable qu’il avait à son égard qui décida de poser ses doigts autour de son poignet pour la retenir en arrière. C’était lui qui était en charge de la sécurité, c’était donc à lui d’intervenir face à cette altercation et il était hors de question que Julianne soit mêlée à tout cela tant qu’il n’en avait pas pris la décision. Ce qu’il ne tarda pas à faire en lui faisant un signe de main, lui demandant ou ordonnant de venir, selon le point de vue que l’on portait à la situation.

Contre toute attente, la situation dégénéra de nouveau sous le regard durcit d’Edern qui écarta les bras, leur faisant signe de garder une certaine distance entre eux mais aux mots que prononça l’ami de la victime, le commandant décida de ramener ses bras le long de son corps tout en lançant un regard noir à ce dernier :

- « Oh ! On se calme là ! »

Edern leva son doigt en direction de l’individu qu’il venait interroger et ajouta :

- « Un peu de respect sinon vous allez passer quelques jours au trou ! »
- « Vous croyez que vous allez m’impressionner avec de telle menaces ?! Une femme devrait rester chez elle, s’occuper de la maison comme à l’époque ou sinon user de son petit derrière pour nous faire du bien ! Au moins cela aurait satisfait mon ami au lieu de le tuer ! »

Le commandant baissa le doigt et serra le poing avec violence pour ne pas le frapper. Il était sur une enquête officielle et devait se retenir de mêlée vie privée et vie professionnelle au risque de perdre sa place durant une mise à pied.
Edern posa son regard noir sur Julianne qui risquait de perdre patience à tout moment malgré sa mise en garde et savait pertinemment comme tout cela allait se finir si jamais elle venait à perdre le combat contre sa patience.
Il s’approcha donc d’elle tout en lui faisant comprendre en un regard, de rester tranquille mais ce n’était sans compter sur Niles qui se mit à renchérir dans ses attaques dirigeaient sur la jeune femme :

- « Ils te gardent là-bas juste parce que tu es bien roulée et qu’à tout moment, ils pourront te sauter ! C’est tout ! Ne pense pas que ça soit tes « atouts » professionnels qui te permettent de garder ton job mais seulement ton joli petit c** ! »

Edern se retourna tout en poussant un long soupir d’exaspération face aux inepties que déblatéraient le jeune homme :


- « Oh ! Vous ne pouvez pas la fermer ?! »

L’un des soldats arriva à sa hauteur, le saluant comme tout soldat face à son supérieur avant de se mettre en repos et d’expliquer la raison de sa venue :

- « Vous avez laissé une suspecte sortir sans remplir le dossier D-750.01 »
- « Je sais ! Je le ferai plus tard ! Je suis un peu… Occupé ! »
- « C’est la suspecte du meurtre de mon ami et vous la laissez sortir et vaquer dans les couloirs ?! Belle connerie ! Envoyez-là en taule ou laissez-la moi, je serai quoi en faire ! »

Le commandant saisit son soldat par le bras et l’embarqua avec lui, l’éloignant de Julianne et de celui qui était devenu dorénavant, un suspect et un emmerdeur de première aux yeux d’Edern qui perdait peu à peu patience :

- « Dérangez-moi encore pour une ineptie pareille et votre prochaine mission sera de nettoyé les couloirs du Dôme ! Allez-vous-en maintenant ! »
- « Mais C…. Reçu Commandant ! »

Edern se passa une main lasse sur le visage alors qu’il levait les yeux au ciel tout en se demandant ce qu’il avait fait au bon dieu pour méritait un tel personnel. Mais à peine il eut le temps de se remettre de ses pensées que la voix de Niles résonnait dans les environs.
Kane se précipita à la hauteur des deux individus afin de les stopper dans leurs élans…



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 0:43


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...





Le faite qu’Edern parle d’Alekseï avait quelque peu troublé la jeune femme. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’ils étaient séparés, et qu’elle n’avait eut ou prit aucune nouvelle. Lorsqu’elle avait apprit qu’il appartenait à la milice, elle n’avait pas s’empêché de se sentir trahit au plus profond d’elle-même. Elle avait eut l’impression que tous les hommes qui passaient dans sa vie étaient voué au Dome ! Et comme à son habitude, qui était certainement un gros gros défaut, elle ne lui avait pas laissé le temps de lui expliqué quoi que se soit. Elle l’avait sortie de sa vie même si aujourd’hui encore elle souffrait de ce manque de lui. Parce qu’elle l’avait sincèrement aimé, et elle l’aimait sans doute encore même si elle ne voulait pas se l’avouer. Alors le fait qu’Edern semblait connaitre la nature de sa relation avec Alek fit monter en elle tout un tas de question, qui la dérangeait d’ailleurs.
 
Mais bon, elle n’était pas là pour parler de ça, et d’ailleurs elle ne voulait pas en parler avec lui. Ils n’avaient rien en commun, si ce n’était qu’un passé douloureux et elle n’avait pas envie de lui confier sa vie. Encore moins sa vie sentimentale. Elle serra donc les dents, et le laissa se répondre tout seul.
 
Il y a des jours comme ça, ou vous vous dites que vous n’auriez jamais dut vous lever. Et bien c’était le cas pour Julianne aujourd’hui. Plus les heures s’écoulait et plus elle regrettait vraiment d’avoir ouvert les yeux le matin même. Elle avait bien vu qui était l’homme qu’on entendait presque crier. Et lorsqu’Eddy lui fit signe d’approcher, elle regretta déjà ça.
 
Lorsqu’il attaqua la jeune femme sur ses compétences dans son travail, elle ne put se retenir de répliquer assez violement. Mais elle était consciente que de faire le moindre geste à l’encontre de ce débile ne lui attirerait que des ennuis supplémentaire. C’était pour cela qu’elle avait tenté de prendre un peu de distance, et aussi de faire comprendre à Edern que si elle l’avait suivit jusqu’ici, ce n’était pas pour converser avec ce type.
 
« -c’est quoi ton problème exactement ? » répliqua-t-elle alors qu’Edern venait de faire un pas vers elle et de lui lancer un regard noir. Non elle ne se tairait pas ! On était en train de la traiter plus bas que terre et ce n’était juste ! La justice c’était Edern d’ailleurs ! Mais visiblement il n’était pas disposer à faire quoi que se soit. Elle, on l’avait passé à tabac pour des réponses qu’elle n’avait pas, mais ce type là, il n’y avait personne pour lui faire fermer sa grande gueule.
 
« -tu me reconnais au moins une qualité c’est déjà pas mal ! » lança-t-elle alors qu’il venait de parler de son physique. « -fermes là ! » cria-t-elle à son encontre.
 
Si elle bossait ici c’était qu’elle était compétente. Elle avait apprit jeune, et si ce mec crevait de jalousie c’était parce qu’elle avait été promu deux mois plus tôt à sa place. Une femme au dessus ! Il n’avait toujours pas digéré le truc visiblement. Si les yeux de la jeune femme avaient pu, elle l’aurait tué d’un simple regard. Ce type lui donnait la nausée. Si Edern n’avait pas été sur son chemin, elle lui aurait probablement collé son poing dans la figure pour lui faire ravaler ses paroles.
 
Signe du destin ou hasard, un des hommes d’Edern vint lui parlé et cela donna l’opportunité à la jeune femme de ne plus être sous sa surveillance durant l’espace d’un instant. Elle fit deux pas en direction de son agresseur et elle reprit :
 
« -c’est quoi ton problème ?! Tu crois que je l’ai tué ? »

« -bien sur ! tu pouvais pas le voir ! »

« -oh non ! C’est vous qui avez un problème avec moi et non l’inverse ! Le respect tu connais ?»
 
Niles attrapa Jill par le menton, et elle se retrouva à quelques centimètres de lui. Il colla son corps plein de poussière et de sueur au sien et ajouta presque en susurrant :  
 
« -continue comme ça Julianne et je vais te montrer le respect que je porte ! » Sa main libre vint se poser sur les fesses de la jeune femme, ce qui plaqua ses hanches contre les celles de son interlocuteur. Il ne fallu pas plus d’une seconde pour que le genou de Julianne remonte jusqu’à l’entre jambe de son agresseur avec violence.
 
Il tomba à terre et elle se rua sur lui les jambes coinçant ses bras. Elle posa sa main gauche sur sa gorge et elle approcha à son tour son visage parlant d’une voix menaçante :
 
« -je suis pas certaine d’avoir compris. »
 
La pression de sa main se resserra autour de la gorge de l’homme allongé au sol. Elle était dans un tel état de rage que là, oui elle aurait peut-être été capable de le tuer. Elle ne les supportait pas ces types là qui se croyaient supérieur alors que ce n’était pas le cas. Qui pensait que les femmes n’étaient que de la chaire fraiche aux services de leurs besoins et surtout de leurs envies.
 

« -ah… arr..ete… » Tenta d’articuler l’homme.
« -c’est des excuses que tu comptes me faire ? » susurra-t-elle à nouveau. « -tu veux la vérité ? Ton ami était un gros boulet et il a allumé la mèche trop tôt ! ça a fait boom ! Et pff… »
 
Elle mima l’envol d’un nuage en disant cela, avant de lâcher la gorge de l’homme et de lui mettre une droite en plein visage. Elle était complètement hors d’elle. Au diable Edern et ses menaces !
 
 







fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 14:16

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Les mots s’échangeaient avec une certaine amertume, une certaine violence dans le seul but était d’atteindre l’autre au plus profond et c’était Edern qui se retrouvait au milieu de cet échange qu’il tentait avec une difficulté certaine, d’apaisé. Mais le caractère de feu de Julianne et la colère qu’éprouvait Niles n’étaient pas là pour arranger les choses. Un regard noir à l’attention de celle qu’il connaissait depuis toujours avant de demander le silence à l’autre individu. Edern ne savait plus où mettre de la tête et espérait seulement reprendre le contrôle de la situation avant que tout cela ne dégénère en un acte plus grave que quelques échanges de mots, d’insultes à l’égard de l’autre.
En entendant de nouveau la jeune femme parler, il ne put s’empêcher de pincer les lèvres tout en la fusillant du regard. Tentait-elle d’empirer les choses ou de l’aider ? Car il commençait fortement à douter des attentions de la jolie brune dans toute cette histoire où elle se trouvait être la clé et qui l’aiderait à faire la lumière sur tout cela !

L’échange entre les deux individus devenait de plus ingérable pour le Commandant qui se retenait de mettre Julianne à la porte et d’enfoncer son poing dans l’abdomen de Niles qui osait profaner de telle parole à l’attention de la jeune femme.

- « Vous vous la fermez tous les deux maintenant ! »

Edern n’eut le temps d’ajouter quoi que ce soit que le ciel lui envoya l’un de ses subalternes, lui apportant un certain répit qui fut de courte durée malheureusement. Ce dernier qui était tout nouvel arrivant au sein de la milice n’hésitait pas pour le rappeler à l’ordre, ce qui eut le don d’énerver un tant soit peu plus le Commandant qui ne supportait pas que l’on agisse de cette manière à son égard. Alors que ce dernier tourna des talons pour retourner à son poste, Edern se retourna en direction de Julianne et de Niles dont la situation entre eux avait plus que dégénéré.

La jeune femme avait pris le dessus, empoignant avec une certaine violence, son cou tatoué, l’empêchant ainsi de respirer ou de parler de façon audible. Edern se précipita en leur direction et tenta de se saisir de Julianne mais Niles fut plus rapide que lui et eut rapidement le dessus sur elle. Ce fut donc lui qui devint vite la cible du Commandant qui tenta de s’interposer :


- « Lâchez-là ! »

Mais il n’eut pour seule et unique réponse, que le poing droit de ce dernier en plein visage, faisant chuter Edern qui secouait, remua la tête dans l’espoir de reprendre bien vite ses espoirs. Le nez en sang, il y porta le dos de sa main pour l’essuyer vulgairement et sans exprimer une grimace de douleur mais il a bien plus important à faire.

Niles avait empoigné d’une main le cou de la jeune femme alors que de l’autre, il la caressait de façon vulgaire tout en lui soufflant à la figure avec colère voir haine :

- « Sale petite p*te ! Tu vas payer de ta vie pour ce que tu as fait à Benji ! »

Edern se précipita sur ce dernier, lui donnant un violent coup de pied dans le dos avant de lui assener une droite en pleine mâchoire, ce qui eut pour effet de l’éloigner un tant soit peu de Julianne qu’il empoigna avec force, sa main autour de sa taille, dos contre son torse et tentant de la maitriser comme il le pouvait. Elle faisait preuve d’une force certaine, l’adrénaline et la colère qu’elle ressentait à l’égard de son assaillant n’était sûrement pas innocente dans tout cela :

- « Calme-toi Jill’ ! L’un de vous va finir par mourir et ce n’est pas le but recherché ! »

Edern resserra sa poigne autour de la taille de la jeune femme tout en tendant la main devant lui pour stopper Niles qui se dirigeait vers eux :

- « Avancez encore d’un pas et vous risquerez de passer votre vie à l’extérieur de ce Dôme Niles Benkley ! »

Ces menaces n’étaient pas feintes et bien des citoyens du Dôme en avait payé les frais alors il ne serait ni le premier, ni le dernier s’il continuait à agir de la sorte. Mais ce dernier ne semblait pas prendre les menaces aux sérieux et comme si cela ne suffisait pas, Julianne continuait de se débattre.

La jeune femme ne pouvait pas voir celui qui la maintenait tout contre lui et celui qui se trouvait face à elle. Elle n’avait rien à perdre à cogner l’un ou l’autre malheureusement.  Mais ce n’était pas un risque que voulait le commandant de la sécurité, préférant continuer à supporter les coups de la jeune femme plutôt que de la voir périr sous les mains de ce type !

- « Restez où vous êtes ! Ceci est un ordre ! »

Edern cracha le sang qui coulait dans sa gorge sans pour autant quitter des yeux le jeune homme qui voyait rouge de rage, ne quittant pas du regard la jeune femme qui se trouvait dans ses bras.
Pourquoi avait-il emmené Julianne avec lui ?! Cela risquait de lui retomber dessus et il craignait les conséquences de son acte si jamais l’un d’eux venait à périr dans ce face à face ! Mélangé vie privée en tant d’innocenter la jeune femme et vie professionnelle en continuant d’enquêter sur cet accident…  Il était bien loin de s’en sortir indemne pour le moment…


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 15:03


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...




Pour l’instant la situation était à son avantage, enfin si on pouvait dire cela ainsi. C’était elle qui menait le combat, elle qui tenait fermement le cou de cet homme qui la répugnait. Cela faisait bien trop longtemps maintenant qu’elle supportait ses façons grossières et les regards qu’il lui portait. Depuis qu’elle avait refusé ses avances quelques mois plus tôt, il ne cessait de lui pourrir la vie. L’accident qui était survenu aujourd’hui n’arrangeait malheureusement rien à  la situation. Elle lâcha sa prise pour mettre une droite en plein visage de son agresseur, mais ce fut certainement ce qui permit à Niles d’échanger les places et les rôles. Jill se retrouva le dos contre le sol poussiéreux, bloqué sous le poids de son agresseur. De loin elle cru entendre la voix d’Edern qui ordonnait à Niles de la lâcher, mais ce dernier ne semblait pas vouloir obéir. Elle profita du fait qu’il frappe Edern pour le tenter de libérer un de ses bras, ne cessait d’agiter les jambes. Mais il était plus fort qu’elle et lorsqu’il approcha son visage bien trop proche du sien, elle serra les dents et tourna autant qu’elle le pu le visage.
 
Julianne sentit l’une de ses mains glisser sur sa joue pour poursuivre sa route jusqu’à sa poitrine et elle se raidit encore plus. Peu à peu elle sentait qu’elle commençait à manquer d’air. La main de Niles ne cessait de se resserrer sur son cou, et Jill commença à se demander si ce n’était pas la fin pour elle. Mais soudainement la pression sur sa gorge disparue alors que le poids qu’exerçait Niles sur son corps s’accentua en retour. Lorsque par miracle elle fut enfin libérée, elle se tourna sur le côté et elle se mit tousser, son regard ne quittant tout de même pas l’homme qui était responsable de ça. Son regard devint encore plus noir et alors qu’elle venait de se mettre à quatre pates dans l’espoir de se relever afin de reprendre le combat, elle sentit qu’on la saisissait et qu’on la soulevait du sol.
 
Julianne se retrouva plaquée contre le torse d’Edern. Il la tenait fermement contre lui tout en lui ordonnant de se calmer. Mais comment pouvait-elle se calmer ? Non, la haine coulait dans ses veines comme un torrent de lave et elle était incapable de faire la part des choses. Ce fut alors avec violence qu’elle se mit à se débattre à nouveau, contre Edern cette fois-ci. Ses pieds ne touchant pas le sol, elle lui donna des coups de pieds, tout en poussant en avant en espérant qu’il lâche enfin prise.
 

« -lâches moi ! » lui hurla-t-elle.
 
Mais sa demande eut l’effet inverse et elle sentit la pression du bras d’Edern se resserrer d’avantage autour de sa taille. Les paroles de celui qui pour une fois tentait sans doute de la défendre, et les bruits de pas tout comme le souffle haletant de Niles lui prouvait qu’il s’approchait à nouveau. Les menaces d’Edern semblait lui faire ni chaud ni froid. D’un certain côté lorsqu’on fait partie de la basse classe et qu’on passe sa vie dans la poussière qu’a-t-on à perdre ? De plus il était certainement autant aveuglé qu’elle par la haine. Son regard qui lançait des éclairs se braqua sur lui, et elle lança avec provocation :
 
« -approches ! Allez ! »
 
Elle ne savait pas d’où elle tirait cette force, surtout après ce qu’elle avait subit dans la salle d’interrogatoire. C’était sans doute la haine qui lui donnait cette force et cette envie de frapper encore et encore cet homme qui ne la respectait pas.
 
Sans vraiment se rendre compte de qui elle frappait, elle envoya un coup de coude dans le haut du torse d’Edern, aussi fort qu’elle le put. Cela eut pour effet de lui faire relâcher la pression et elle parvint à s’extraire de ses bras. D’un bon elle tenta de se ruer sur Niles mais s’était sans compter l’intervention des hommes d’armes d’Edern qui avaient sans doute été prévenu par les cris. L’un d’eux lui barra le chemin, alors que deux autres maitrisaient Niles sous ses yeux. Elle tenta de forcer à nouveau le passag.
 
Un coup au niveau de la tempe, et elle s’écroula sur le sol. Julianne tenta de revenir à elle aussi vite qu’elle le put, clignant des yeux, mais alors qu’elle relevait la tête, elle reçu un nouveau coup dans le bas ventre et un dans le dos qui finir de l’achever. Ce fut alors le néant le plus total dans sa tête. Trou noir. Allongée de tout son corps sur le sol, la tempe en sang, la jeune femme venait de cesser le combat par la contrainte.
 
Elle ne sentit même pas le coup de pieds qui la fit se tourner sur le côté. N’entendit pas non plus les menaces que proféra à nouveau Niles à son attention. Les hommes de main du Dome l’entrainèrent à l’écart, alors que son supérieur arrivait sur les lieux. Il voulu s’approcher de la jeune femme mais une main s’imposa devant lui :
 
« -n’approchez pas. »

« -mais… Je suis son supérieur. Qu’est ce qui c’est passé ici ? Commandant Kane ? »
 
Visiblement il ne comprenait pas. Pourtant il était au courant des altercations qui avaient eut lieu entre la jeune femme et les deux autres hommes quelques temps plus tôt. Il regarda le commandant de la sécurité et il s’exprima à nouveau :
 
« -commandant. Qu’est ce que vous allez faire d’elle ? »
 
 Totalement inconsciente, Julianne gisait sur le sol au milieu de tous ces hommes.









fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 20:06

Tu ressembles à un fantome de mon passé...
Julianne & Edern Lincoln

Cela faisait bien des années qu’Edern n’avait pas croisé la route de la jeune femme qu’il tentait tant bien que mal de maitriser tout en la maintenant fermement tout contre lui, ne souhaitant pas qu’elle se rue de nouveau sur Niles qui n’attendait que cela pour déchainer toute la haine qu’il ressentait à son égard. Un conflit que préférait éviter le Commandant qui en avait déjà subi les conséquences alors qu’il cracha sur le sol, le sang qui coulait peu à peu dans sa gorge. Son bras se resserra autour de la fine taille de Julianne qui à force, réussi à lui donner un violent coup de coude dans l’abdomen, lui coupant ainsi la respiration durant un court instant alors que sa prise se relâcha sur la jeune femme qu’il souhaitait seulement protéger de Niles qui n’attendait que cela. Maudissant cette dernière entre ses dents serrées alors qu’il se maintenait le torse tout en tentant de reprendre une respiration descente, il se retrouva spectateur de l’intervention de ses hommes qui mirent hors état de nuire les deux individus. Son cœur se serra en voyant Julianne tombait au sol, recevant les coups de ses subalternes qu’il arrêta en levant la main tout en haussant un tant soit peu la voix :

- « Laissez-là tranquille ! »

Son subalterne garda son prochain coup en suspens, éloignant doucement sa jambe de la suspecte et reposa son pied à terre sans quitter des yeux son commandant qui était intransigeant une nouvelle fois à l’égard de ses hommes. Edern s’approcha d’elle, se retrouvant partagé entre la colère qu’elle avait su attiser en lui en le frappant et l’inquiétude de la voir dans un tel état mais son attention fut bien vite attiré par le supérieur de cette dernière. Toujours accroupis aux côtés de Julianne, sa main posé sur le bras de cette dernière, il leva néanmoins sa tête en direction de son suspect principal dans cette enquête :

- « Une altercation qui est désormais sous le contrôle de la milice du Dôme. »

Il reposa de nouveau son obscur regard sur le corps inconscient de Julianne alors que la voix du supérieur s’éleva de nouveau dans la pièce, attirant une énième fois l’attention de Kane :

- « On la transporter en cellule pour la nuit et sera remise en liberté dès demain matin. »
- « Je perds un de mes employé et voilà que vous m’en enlevez une autre ! »
- « Pourquoi ne pas lui avoir fait confiance ? »
- « Comment ça ?! »
- « Pour l’explosion. »
- « Je… J’ai trouvé que c’était plus une mission pour Benji. On devait nettoyer la zone pour une construction future… Je n’ai pas réfléchi d’avantage. »

Kane poussa un soupir alors qu’il glissa ses bras sous la silhouette de Julianne, l’élevant du sol sans aucun effort et la disposa sur son épaule tel un sac de sable et s’avança jusqu’au supérieur de l’ouvrière :

- « La prochaine fois, réfléchissez d’avantage. Ça vous évitera de perdre l’un de vos hommes et de me faire gâchez ma journée par la même occasion ! »

L’intéressé n’osa pas riposter à l’attention du Commandant Kane qui au regard qu’il posa sur lui et le ton cinglant de sa voix, ne laissait guère de place à un échange mutuel. Il fit un signe de main en direction de ses hommes qui embarquèrent Niles dans une cellule éloignait de celle où il disposa Julianne avec délicatesse.

Edern venait de l’allonger sur le lit au fond de la cellule et referma un moment la porte avant de franchir de nouveau le seuil de la prison avec de quoi panser à nouveau, les blessures de la jolie brune.

- « Tu m’en as fait voir de toutes les couleurs aujourd’hui Jill’. »

Il esquissa un maigre sourire alors qu’il déposa un pansement sur la blessure que son soldat avait affligé à sa tempe pour l’arrêter coûte que coûte. Des manières qui commençaient fortement à peser sur Edern mais qui restait nécessaire pour le reste de la population. Il glissa une mèche de cheveux derrière son oreille avant de quitter la cellule qu’il prit soin de refermer derrière lui.

Le commandant s’était dès lors, assis sur une chaise en face de sa prison qui était bien loin d’être dorée et l’observa durant un temps qu’il était incapable de définir réellement. Se levant juste pour boire un verre d’eau et manger rapidement sur le pouce, tentant de ne pas se laisser dépérir en attendant qu’elle ne se décide à ouvrir les yeux.


- « Allez Jill’ ! On se réveille ! Tu as assez dormi je crois ! »

Edern n’avait prononcé ses quelques paroles qu’au moment où il aperçut les yeux de Julianne s’ouvrir et prit un malin plaisir à taper contre les barreaux de sa cellule pour la réveiller d’avantage.

- « Tu me dois des excuses tout comme ton ami Niles ! »

A ces mots, il eut le réflexe de poser ses doigts sur ses narines qui semblaient s’être décidé d’arrêter de saigner et se leva de sa chaise. Il ouvrit la porte de la cellule, fit un signe pour dire à Julianne de se décaler quelque peu et pris place à ses côtés :

- « On s’est retrouvé après je ne sais combien d’années et on s’est attiré autant d’ennuis l’un que l’autre en un laps de temps un peu trop court à mon goût ! »

Son ton ne laissait guère de place à la plaisanterie mais laissait percer néanmoins, une certaine inquiétude et bienveillance à l’égard de la jeune femme qui avait souffert des conséquences de ses actes en ce jour…



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   Dim 1 Fév - 21:23


Edern & Julianne
Tu ressembles à un fantôme de mon passé...




Le silence et le noir le plus total… Voilà ce dans quoi était plongée la jeune femme dont le corps gisait inanimée sur sol. La tempe gauche en sang à cause du coup qu’elle avait reçu, et qui l’avait fait plonger dans le sommeil. Elle ne fut pas témoin de l’échange qui eut lieu entre Edern et son supérieur. Pourtant si elle avait pu participer à la conversation, elle l’aurait fait bien volontiers. Son chef était quelqu’un de bien. Et malgré sa condition de femme il la respectait pour les compétences qu’elle avait, mais aussi sans doute parce qu’elle était la fille de Joshua Lindley. Si elle était devenue technicienne en énergie pour le Dôme s’était parce que son père l’avait été avant elle. Il l’avait éduqué seul à la mort de sa femme, alors que Jill n’avait que six ans. Cette perte les avait rapprochés et un lien fort s’était tissé entre eux. Elle était sa fille, mais aussi son fils tout comme sa princesse qu’il fallait à tout prix protéger. Sans doute trop protecteur à son égard comme elle l’avait appris peu de temps plus tôt, lorsque son chemin avait croisé à nouveau celui de Cam. Il avait su lui transmettre son savoir, ses connaissances et son amour du travail bien fait. Mais aussi ce caractère fort et cette pointe de rébellion qui coulait aujourd’hui dans les veines de la jeune femme.
 
Julianne n’ouvrit pas les yeux lorsqu’Edern la souleva du sol comme si elle n’était qu’une plume. Son corps avait dit stop, et elle restait perdue dans la nuit de l’inconscience. Elle avait été mise hors d’état de nuire, et c’était sans doute une bonne chose. La rage et la haine avait aveuglé son jugement et l’avait poussé à la violence dont elle n’était portant pas familière. Mais Niles était allé trop loin, et ses paroles irrespectueuses avaient été la goute d’eau qui avait fait débordé le vase. La fatigue, le choc émotionnel de l’accident conjugué à l’interrogatoire musclé qu’elle avait subit n’avaient sans aucun doute pas aidé.
 
Le corps complètement à l’abandon, la tête ballant dans le dos d’Edern, elle eut un petit sursaut d’éveil lorsqu’il la déposa en cellule. Ses paupières s’étaient entre ouverte et elle avait poussé un mince gémissement de douleur, avant de sombrer à nouveau. Des images incohérentes s’étaient alors entremêlées dans sa tête. Le visage d’Alek était venu la hantée, tout comme celui d’Edern… Les souvenirs de cette nuit passé avec celui qu’elle avait connu depuis sa plus tendre avaient enfin fait leur apparition. La tendresse de ses lèvres, la surprise qu’elle avait ressentit sous ce geste complètement inattendu. Puis la douceur de ses mains sur son corps… Cette sensation d’étouffement puis d’extase provoquée par l’acte charnel qui les avait unis…
 
Elle ne savait pas combien de temps elle était restée inconsciente. Mais lorsqu’elle ouvrit enfin les paupières avec grandes difficultés, le son d’une voix masculine et le bruit sous du métal qu’on frappe lui vrilla les tempes. Julianne avait l’impression d’avoir la tête dans un étau. Elle porta sa main gauche à sa tempe, celle qui la faisait le plus souffrir et elle resta un instant presque surprise de sentir sous ses doigts une compresse. On l’avait soigné ? Qu’est ce qui s’était passé exactement ? Elle ferma les yeux qu’elle avait à peine ouverts, tentant de remettre ses pensées en place alors que des images vues en songes lui revenaient à l’esprit avec violence. Pourtant elle finit par les ouvrir à nouveau,  les yeux plissés par la douleur pour voir qui lui parlait. Edern… Le cauchemar n’était donc pas fini…
 
La jeune femme cligna des yeux plusieurs fois et sa vision se fit plus nette. Elle réalisa alors où elle se trouvait. Des barreaux ? La porte de la cellule grinça lui arrachant une grimace de douleur, alors qu’Edern semblait vouloir faire un brin de causette. Avec beaucoup de difficulté, elle parvint à s’assoir et surtout à se coller contre le mur. Jill remonta ses genoux sous son menton, serrant les dents comme si cela pouvait éviter les vertiges de l’assaillir. Plus elle était loin de lui, mieux s’était. A nouveau elle ferma les yeux, le menton posé sur son bras droit, les deux mains poser sur sa tête. Elle fronça les sourcils lorsqu’il reprit la parole. Cette fois-ci ce n’était pas tant lui qui lui posait problème. C’était simplement le son de sa voix qui résonnait en échos dans sa tête. Qu’avait-il dit d’ailleurs ? Elle répliqua seulement à voix basse, mais d’un ton toujours aussi ferme :
 
« - parle-moi fort… »
 
Oui, s’il pouvait baisser d’un ton cela l’arrangerait beaucoup… Elle sentait les battements de son cœur dans ses tempes et elle avait l’impression que sa tête allait exploser. Elle finit par analyser ce qu’il venait de dire, enfin ce qu’elle avait à peu près comprit et elle répliqua en lui lança un regard noir :
 
« -tu ne peux t’en prendre qu’à toi si on est encore en présence l’un de l’autre. »
 
Lorsqu’il s’était pointé, elle ne souhaitait qu’une chose, rentrer chez elle. Hors monsieur avait voulu qu’elle le suive jusqu’en salle d’interrogatoire. Et si elle se trouvait ici, derrière ces barreaux, c’était encore parce qu’il le voulait. Alors s’il ne voulait pas que leurs chemins se croient, il n’avait qu’à la laisser partir. Elle détourna son regard de lui, en fermant les yeux avec force, alors que le gout de ses lèvres lui revenait en mémoire. Mais pourquoi la vie avait décidé de le remettre sur son chemin ? Ils n’avaient rien à se dire, et rien en commun de surcroit. Seulement une nuit qui avait été une erreur. Une quinte de toux la prit, et elle leva le visage vers le plafond afin de reprendre sa respiration, les yeux toujours fermés.




fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu ressembles à un fantôme de mon passé... [Kane&Lindley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» (M) L'amour fantôme d'un passé
» Quand un fantôme de ton passé revient frapper à ta porte (William&Elena)
» {Modéré} Sur le fil de ton épée dansent les fantômes de ton passé
» Gâteau des fantômes
» Cédric Diggory [ Pouffy-Fantôme ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER US :: The Siberian Dome :: Arcadia District :: Factory hall-