Partagez | .
 

 MELANCHOLIA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

MessageSujet: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 13:06

Luus Vujicevic
Papers please
Nom complet : Le nom des Vujicevic porte ses origines d'une époque révolue, oubliée, souillée. Aujourd'hui, on estime que ce patronyme est le fruit d'un malfrat étranger au pays ou peut-être est-ce purement un alignement improbable de consonnes et de voyelles, tels qu'on les aime. Quoi qu'il advienne, on est fier de porter un tel nom dehors. Vujicevic, les infâmes guerriers à la redoutable morsure, aux cicatrices rouillées et au sang garni de métal. Vujicevic, dont la race est aujourd'hui en voie d’extinction tant la survie est difficile. Dont l'aînée prône fièrement les caractéristiques de la famille. Car Luus, c'est l'enfant Vujicevic par excellence. Le vilain oiseau aux ailes aiguisées. Le corbeau.

Âge : Trente-quatre années ont passé depuis sa naissance. Trente-quatre années parmi lesquelles elle s'est efforcée de survivre face au système, en vain.

Statut : On l'avait prédestinée à se fiancer à un pilleur du clan, un homme ingrat, laid, sale et par-dessus tout, indigne de son amour. Mais on l'avait prédestiné à quelqu'un et pour Luus, c'était déjà quelque chose de trop. Seulement, l'amour est un sujet sans grand intérêt pour cette créature plus mâle que femelle. Alors aujourd'hui, il semble évident qu'il n'y ait personne dans sa vie. Ne la voyez pas pour autant éternelle célibataire car comme chacun, elle se plaît à côtoyer le sexe opposé.

Nationalité : Fût un temps où on lui apprit à parler le russe, à le lire et l'écrire, à le pratiquer et même à l'aimer. Fût un temps où elle effleura le sol sibérien pour la première fois de sa vie, alors qu'elle n'était qu'un rien parmi d'autres. Fût un temps où elle naquit parmi le froid et les tempêtes, parmi la terreur, la douleur et les maux. C'est ce même sol, ce même froid, ces mêmes tempêtes qu'elle côtoie aujourd'hui encore, avec nonchalance. Dehors, au sein de cette éternelle étendue russe. Là où elle est née, où elle vit et où elle disparaîtra à jamais.

Groupe & Rang : Wastelanders, fighter.

Métier : Elle est poussée à atteindre la perfection, de part sa persévérance et sa détermination. Et la perfection, c'est au sein des Black Rowdies qu'elle l'a trouvée, non sans vaincre quelques difficultés. Seconde des Black Rowdies, elle s'épanouie, ou plutôt se plaît à se détruire, parmi le clan des vilains, dira-t-on.



Who are you
Depuis quand résidez-vous/n'êtes-vous plus au dôme ?
Luus n'a jamais vécu au sein du dôme et il n'y a, en elle, aucune intention d'y vivre. Néanmoins, si elle devait y résider pour une quelconque raison, ce serait avec un tel pincement au cœur, qu'elle n'en serait plus elle-même. À ses yeux, le dôme est une bien cruelle cage.
Que pensez-vous du Dôme ?
Le dôme est une mascarade organisée, un orchestre à la symphonie bien rodée et pourtant, tellement fausse. Car la mélodie du dôme, c'est avant-tout un discours propre, net, précis et efficace. C'est une organisation quasi parfaite, un système qui frôle le meilleur, le plus connu ; le système idéal, dit-t-on. Pourtant lorsque l'on creuse un peu plus le trou béant que forme le dôme au sein de l'humanité, on se rend rapidement compte que les notes sont trop graves, les instruments mal accordés et surtout, le chef d'orchestre bien trop corrompu pour être correct. Alors le dôme, c'est une création infâme que l'homme ne cesse de rendre un peu plus imparfait à chaque instant. C'est un orchestre qui ne s'intéresse pas aux goûts des spectateurs, un orchestre qui ne joue que pour son propre plaisir, un orchestre qui ne peut normalement pas subsister face au mécontentement de ses fidèles.
Quelle est votre mission au sein de la communauté extérieure ?
À ses débuts, trouver une place parmi l'immensité de l'extérieur semblait impossible à Luus. Pourtant au fil des ans, à travers les conquêtes et les batailles, les guerres et les prières, elle a su se trouver un rôle qui lui va comme un gant. Un rôle qui colle à sa peau et à son personnage fait de rage et de sang. Ses premières années en tant qu'enfant du pays furent difficiles, bien évidemment. Son père était exécrable avec elle, violent, tyrannique et sans pitié. Les coups pleuvaient sur son corps de pantin, mais au fond, c'était la meilleure chose à faire pour elle. Pour forger son corps de femme, son caractère de feu et son mental d'acier. C'est ainsi qu'elle s'est trouvée. En se confrontant avec la triste réalité, en défiant son propre reflet à la surface d'une eau trouble. Elle a vu les flammes jaillir de son regard étincelant pour s'élever au sein de la communauté. Pour réduire en cendres ceux qui la provoquaient, pour voler ceux qui la répugnaient. Les faibles, les vieux, les autres. L'important est devenu capital, vital même. Et son dévouement s'est tourné vers son clan et non plus vers son paternel. Peu à peu, elle l'a délaissé pour mieux franchir les obstacles qui barraient sa route vers le succès au sein des Black Rhiders. Désormais, elle agit en tant que second. En tant que force et mental. C'est un élément indispensable, un arbre bien accroché dans l'immensité de cette jungle.
Croyez-vous au Dôme et à l'Animus Vox ?
S'il y a bien une chose en laquelle ne croit pas Luus, c'est l'Animus Vox et son prétendu dôme. Un tel système, quel que soit la génération dans lequel il s'inscrit, est purement  impossible à mettre en place correctement. Face à la nature humaine, face à l'égoïsme de l'humain et à sa soif de pouvoir, le dôme ne peut pas fonctionner comme il se doit. L'Animus Vox et ses idées, d'après les dires qui se soufflent à l'extérieur, en sont l'exemple le plus parfait. Face à la bêtise de tous et à la cruauté des plus aisés, face aux dégâts causés par l'homme, personne ne mérite une protection tel que le dôme. C'est pour cela que Luus le méprise au plus haut point. Car une telle monstruosité ne devrait pas exister. Le dôme est contre nature, c'est un pur amas de mensonge fondé sur l’égoïsme d'un gouvernement qui cherche à se protéger de ses propres erreurs, de ses propres maux. Et pour ce faire, il détruit et bannit ceux qui révèlent un peu trop la vérité aux plus aveugles, aux plus faibles, aux plus malchanceux et à tous ceux qui veulent partir. Car le dôme est une cage dans laquelle se livrent d'horribles combats inégaux. C'est une arène où chacun trouvera la mort, peu importe sa place sur la haute et vertigineuse échelle sociale qui y perpétue depuis toujours.
Que pensez-vous de l'extérieur ?
L'extérieur, c'est une jungle aussi fascinante que dangereuse. C'est un véritable terrain de jeu dans lequel s'épanouir, dans lequel s'accomplir réellement. Car sans connaître la souffrance, sans connaître la perte d'un proche, la pauvreté et la cruauté du monde, comment grandir ? Comment devenir celui que le destin nous oblige à être si l'on ne connaît pas ce que nous sommes capables d'encaisser ? L'extérieur est un inlassable combat, une guerre sans fin contre laquelle on ne peut rien. L'extérieur est une route qui se termine par un mur contre lequel on est voué à s'écraser. C'est une longue et perpétuelle noyade avec, de temps à autre, quelques bouffées d'oxygène, quelques leurs d'espoirs vains. C'est un terrain de chasse où le plus faible se voit réduit en poussière par le plus fort, battu par le plus grand, mangé par le plus affamé. C'est, en quelque sorte, un éternel chacun pour soi dans lequel s'est formé des clans. Des gangs, des espoirs réunis, des affamés réunis pour traquer le plus infime des conforts. C'est tout simplement le plus grandiose des jeux, la plus belle vie qu'un humain puisse vivre au sein de cette planète détruite par la bêtise.

______________

Luus, c'est un murmure qui gravite autour d'un cadavre au cœur arraché. C'est un souffle qui s'immisce au creux d'un torse saccagé par la force de ses coups. C'est un zéphyr glacial qui parcourt chaque parcelle d'une peau rendue crasseuse par le temps et par la vie. C'est l'ombre qui glisse le long des pierres et qui suit sa proie jusqu'à la serrer dans ses pauvres mains abîmées. C'est le regard perdu dans le vide du mendiant, le regard oublié de l'enfant. C'est la douce symphonie qui résonne au sein des malchanceux. Le sang qui coule d'une plaie nouvelle. La larme issue d'un souvenir douloureux, de la perte d'un être détruit. C'est le frisson qui parcourt le cou de ses victimes dans leurs derniers instants. C'est le rien de la vie, la peur d'autrui, le malheur des gentils.

Car Luus, c'est avant-tout une créature plus animale qu'humaine. Une bête sauvage, indomptable, rendue intrépide par la force des coups encaissées jadis. Car plus la cage de l'animal est grande, plus grand il est. Et pourtant, Luus n'est pas de ces bêtes rendues imposantes par leurs redoutables physiques. Son sourire aiguisé n'est pas une mascarade et quant à ses piques, peut-être vaut-il mieux ne pas s'y frotter. Car n'oublions pas que Luus est une rose au double jeu. Aussi fragile que piquante, aussi belle que mortelle. Mais cette incarnation du malheur n'est pas ce que l'on croit. C'est un oiseau que l'on ne peut saisir, aussi agaçant que fascinant. Aussi glaciale que le sang qui s'échauffe dans ses veines. Et aussi forte physiquement que mentalement fiable.

Car Luus, c'est une femme fidèle. Son dévouement envers une cause est le synonyme même d'une éternelle perpétuité. C'est un cycle infini, une promesse qui s'étend au-delà des horizons et qui dépasse les espérances de chacun. Elle n'abandonne jamais ses quêtes et arrache de force ce qu'elle désire à autrui. Elle gravit les marches qui la mène vers son but ultime à une vitesse folle. Car Luus, c'est une femme déterminée, perfectionniste qui ne fait pas les choses à moitié. Elle n'épargne personne, pas même elle-même. Ses coups envers son propre corps, ses griffes sur sa propre peau et ses infâmes cicatrices en sont la preuve. Elle n'a aucune indulgence envers quiconque, pas même envers les siens. C'est un tyran, un démon, une bête sans scrupule, féroce, qui reste prête à détruire pour réussir.

Car Luus sait ce qu'elle veut. C'est une conquérante, une passionnée de victoire, de gloire et de respect. Elle trace sa route sans regarder autour d'elle le nombre de corps écrasés par son égoïsme, son ingéniosité et sa cruauté. Car ce qui compte, c'est la survie. La sienne, cela va de soi, mais surtout celle des siens. Car son clan, c'est son sang. Son tout, de sa renaissance à sa perte. C'est la vie qui la mènera à sa mort, sans aucun doute. Elle est assez maligne pour le savoir, pour le ressentir même. Car Luus, c'est une femme intelligente, objective et observatrice face au monde qui l'entoure. Alors forcément, son sourire se cache derrière son regard de fer. C'est une déprimée, une fourbe qui se laisse vivre sans barrière pour mieux mourir un jour ou l'autre.

Tell me your story


Nos mobiles les moins puissants sont ceux dont nous avons compris la nature.  Il arrive que nous pensons faire des expériences sur autrui alors que nous les faisons sur nous-mêmes. Quelle est notre capacité à pardonner notre prochain de ses erreurs ? L'esprit humain est un éternel mystère dont l'unique détenteur de la clé est géniteur d'énigmes. D'où vient ce questionnement, ce besoin de résoudre les mystères de la vie alors que les questions les plus simples restent sans réponse. Qui sommes-nous ? Que sommes-nous ? Pourquoi sommes-nous ? Peut-être serait-il préférable de ne pas s'interroger sur la nature humaine, mais de simplement vivre notre quotidien tel que nous sommes destinés à le vivre. Suffit-il de nous élever parmi tant d'autres en attendant patiemment le jour où nous chuterons ? Nous pensons être maître de notre destin, nous pensons être capable de décider de notre propre sort sans que quiconque ne s'y oppose. Mais avons-nous réellement décidé de mourir ? Le mendiant peut-il reprendre sa vie en mains et s'accomplir parmi les riches ? Notre chute est-elle le fruit de notre volonté ou le résultat d'une série d'événements destinés à notre perte ? Est-ce l'évolution et la science qui nous guident, qui nous poussent à nous élever parmi les hommes ? 

Il y avait quelque chose sur cette Terre qui avait prédestiné Luus a un grand avenir. Une force supérieure, indomptable, insaisissable même, qui l'avait poussée à faire de grandes choses. À avoir de grandes et belles ambitions, un rêve adroit et ignoble. Car sur cette Terre de glace et de poussière, il y avait quelque chose de bien plus fort que les hommes. Quelque chose qui dépassait leur génie et qui brisait leur égoïsme en mille éclats de verres. Cette chose, c'était le destin.
Elle n'était qu'une enfant lorsque son père lui confia les secrets de ce monde à travers une éducation tyrannique. Les coups s'abattaient sur elle au rythme des saisons, au rythme du temps et des envies de cet homme cruel. Aujourd'hui encore, elle se souvient de la force avec laquelle il s'acharnait sur elle. Plus les nuits tombaient, plus la rage était forte. Il arrivait parfois même qu'elle cesse de réagir à ses maux, tant la douleur était insurmontable pour la jeune fille fragile qu'elle était. Ses cris résonnaient à travers l'horizon, son cœur battait la chamade à chaque instant tandis qu'il levait le poing pour mieux l'abattre sur elle. Toujours un peu plus haut, toujours un peu plus fort. Et puis parfois, il sortait les dents et les griffes. Les cicatrices qui parcourent chaque parcelle de son corps en sont l'ultime preuve ; elle n'était qu'une poupée de chiffon dans les mains de ce monstre. Monstre, dira-t-on parmi les plus tendres. Mais Stas Vujicevic n'était pas un monstre. D'ailleurs, il ne le sera jamais. Car la triste vérité sur Stas Vujicevic, c'était qu'il n'était qu'un pantin dans ce monde de créatures infâmes. Il n'était que le fruit pourri d'un arbre tordu et surtout, planté dans une terre empoisonnée. Cet enfant du pays, cet enfant des plaines sibériennes, comme il se plaisait à le dire, a grandi avec une bande de malfrats désorganisés, désabusés et par dessous tout, encouragés par les possibilités qu'offraient cette terre. Il a côtoyé très tôt les plus vilains, les plus mauvais et les plus immondes des hommes. Il a commis très tôt les plus vilaines, les plus mauvaises et les plus immondes conneries du monde. Et il est devenu très vite le plus vilain, le plus mauvais et le plus immonde des pères. Car il n'avait que dix-sept ans lorsqu'il se retrouva avec une gamine sur le dos. Gamine qui, par ailleurs, n'était même pas de son propre sang, ni de celui de quiconque. C'était une fille trouvée dans un vieux bâtiment en ruine, rouillée par la vie, abîmée par le temps. Maigre, sans défense, avec une peau un peu trop blanche, des cheveux un peu trop sombres et un regard un peu trop brillant pour qu'il puisse y résister. Alors il a suivi son destin, l'unique maître de ses maux et de ses paroles. Il a ouvert les bras face à cette demoiselle qui s'est empressée de s'y réfugier. Et le résultat en fut irradiant tant il était parfait par ses imperfections. D'abord, il fut perturbé par cette seconde bouche à nourrir. Son groupe n'apprécia pas la chose et, sans grande surprise, il se retrouva banni des siens. Ils traversèrent, mains dans la mains, les montagnes et les paysages du pays. Il chercha vainement pendant des années un refuge pour celle qui était son tout. Celle qui était son rien, son unique espoir, sa réussite et, sans exagération, sa vie.

Luus n'avait que neuf ans lorsqu'ils rencontrèrent les Black Rowdies. Déjà, elle était couverte de marques crées par son propre père, par son propre protecteur. Celui qui était à la fois destructeur et bienfaiteur, s'acharnait-elle à raconter aux autres. Alors fatalement, lorsque son père s'intégra à ce groupe de pilleurs, elle suivit. Cette gamine n'avait pas son mot à dire face à ce géant de fers. Du moins, pas immédiatement. Car bien que jeune, Luus était d'ores et déjà rongée par ses propres ambitions. Elle avait en elle un sentiment noir et profond, une colère insurmontable qui était alimentée par la rage de son père. C'était une oiseau de l'aube, une enfant de l'horizon. Un murmure qui agitait la foule tant par sa beauté que par la cruauté dont elle était capable de faire preuve à un si jeune âge. Très vite, elle s'intégra parmi le clan en se faisant discrète. Elle s’efforçait à rester cachée derrière le dos de son père, à se taire devant les mots de cet homme de sang-chaud. Elle était ce que l'on pouvait qualifier d'enfant docile, intimidée par les coups que lui promettait chaque soir son paternel. Chaque heure sonnait pour elle un pas de plus vers la douleur, la souffrance et le désespoir. Et pourtant, plus elle s'avançait sur cette route instable et cabossée, plus elle savait que le chemin serait stable. Plus elle savait que les graviers allaient disparaître pour laisser place à une surface plane, protégée par des barrières, des plumes noires, de la mousse verte pour rebondir et bien évidemment, un éclairage plus que vif. Car c'était ça, sa destinée. Une route longue, sinueuse, difficile à traverser, mais traversable. Telle était l'importance du message que cherchait à lui transmettre son père. Tel était ses paroles face à ce monde bien plus que dangereux. Il fallait se battre pour survivre et la survie n'était possible que si l'on savait ce à quoi s'attendre. Les coups ne pouvaient être encaissés que si elle savait comment les prendre. Et pour cela, il fallait qu'on le lui enseigne. Qu'on lui enseigne comment fonctionne cette Terre nouvelle, ce pays sans queue ni tête, sans lois dans lequel le maître absolu est celui qui cogne le plus fort. Celui qui brise le plus d'os, crache le plus loin et mange le plus faible. C'est ainsi qu'a grandi Luus. C'est ainsi que s'est construite Luus, à l'aide de la beauté et de la terrible sagesse de son père plus que parfait.

Et c'est ainsi qu'elle appris à survivre et à s'élever parmi les siens. Les Black Rowdies étaient ce qu'elle avait de plus chers à ses yeux. Elle le comprit dès son plus jeune âge, lorsqu'ils furent sauvés par ces gens, prétendus sans cœurs et sans scrupules. Mais n'en était-il pas ainsi dans ce monde ? Le monde n'était-il pas sans cœur et sans scrupule ? C'était une éternelle marche qui nécessitait d'écraser quelques hommes tombés à terre, quelques soldats un peu trop amochés par la guerre. Il fallait bien abandonner quelques combattants pour mieux atteindre la victoire. Car les plus faibles, c'était ça qui abattait ce monde. Stas Vujicevic l'apprit à sa fille dès qu'elle fut en âge de comprendre le russe. Il lui apprit à fonctionner telle une horloge, à se battre tel un affamé ravagé par la folie et surtout, à survivre. Au fond, Luus ne devra éternellement sa piteuse existence qu'à cet homme qui, il y a fort longtemps, l'avait sauvée d'une mort plus que certaine. Elle naquit ainsi une seconde fois, dans les bras de Stas. Elle naquit également une troisième fois, dans les bras du chef des Black Rowdies. Non pas qu'elle entretenait une quelconque relation avec lui, ce serait là une infamie que de croire une telle chose. Elle, jeune enfant, jeune fille fragile et pourtant au regard de braise, était protégée par ces hommes qui, peu à peu, devinrent sa famille. Elle grandit avec les siens, avec le sang des victimes de son gang sur les mains. Son éducation, ses connaissances, son intelligence et son apparente fragilité faisaient sa force de caractère. Elle était une demoiselle sans grande pitié, sans grand cœur, sans amour. Sa seule passion était la conquête, la victoire, l'honneur et le respect des autres. On ne pouvait pas dire qu'elle était une enfant guerrière, car comme chacun, elle avait ses faiblesses. Son père était, sans aucun doute, sa plus grande plaie. Et plus les années s'écoulaient, plus cette plaie saignait abondamment. D'abord, ce fut lors d'un pillage qu'elle en subit la première vague écarlate. Son père en revint blessé, presque torturé par la vie qui le quittait au fil des instants. Mais comme elle, il échappa à la mort et à son destin avec un sourire ravageur, avec des dents aiguisées et des ongles plantés dans la terre. Il était la branche cassée de l'arbre qui ne voulait pas tomber et c'en était grandiose.

Et puis, la plaie se remit à saigner quelques années plus tard, lorsque Luus fut bien plus âgée pour comprendre ce qui assombrissait sa route. Son père revint, une seconde fois, abîmée d'une mission. Cette fois-ci, elle ne chercha pas à ralentir le saignement qui se propageait en son sein. C'était la rage, la colère, le mépris et surtout, le dégoût qui coulaient dans ses veines. Son sang se mit à bouillir, sa peau à frémir et elle hurla ses maux à cet homme qu'elle respectait pourtant. La dispute fut violente, les coups pleuvaient sur chacun d'eux et on dût les séparer avant que l'un n'achève l'autre. Mais la dispute fut efficace. Après ça, plus jamais Stas ne leva la main sur sa fille adoptive. Plus jamais Luus ne fut victime de ses coups, sans quoi elle n'hésitait pas à y répondre par la même méthode. C'était l'enfant qui battait son père, l'enfant qui cognait le pauvre type. Pauvre type, son père ne l'avait jamais été. Du moins, pas avant que Luus ne réussisse à s'élever socialement au sein des Black Rowdies. Car plus sa route s’éclaircissait, plus les choses devenaient claires pour Luus. L'amour, le respect et le travail quotidien qu'elle fournissait envers son père la ralentissaient ; elle et le clan, car elle ne se dévouaient pas entièrement à celui-ci. Alors elle enfourcha sa moto avec son vieux paternel et elle roula sur cette route. Elle traversa les horizons, les paysages, les jours et finalement, elle s'arrêta. Lorsqu'elle rentra chez eux, il n'y avait plus de chez eux. C'était devenu un chez elle. Elle avait abandonné celui qui l'avait recueilli. Non pas sans difficultés, cela va de soi. Mais c'était là un sacrifice qu'elle jugeait nécessaire pour le bien de son clan. C'était là une souffrance anormale, mais utile qu'elle se devait d'accomplir. C'était sa dernière mission en tant que pilleur. Elle hurla à la vie ses mots, elle cracha au monde sa douleur et sa rage. Sa férocité était telle que rien ne put la ralentir pendant un temps qui lui sembla bien trop long. Elle souffrait à travers les cadavres qu'elle laissait parfois -bien trop souvent- dans son sillage. Elle agissait avec haine, avec force et avec intelligence pour réussir. Et très vite, elle fut un modèle pour chacun, jusqu'à atteindre le rôle qu'elle convoitait depuis longtemps déjà. Elle se mit à seconder le chef, non pas sans avoir un faible pincement au cœur en songeant aux sacrifices et à la douleur qu'elle avait du causer autour d'elle tout au long de sa vie. Elle se fit la secrète promesse de retrouver son père et de lui régler son compte tout en restant inconsciemment éternellement dévouée à lui. Et à travers les nuits, à travers la pénombre de cette route sans fin, elle comprit. Elle comprit par ses erreurs, par ses morts, par ses victoires et par les siens ce à quoi elle était destinée. Ce pourquoi il l'avait sauvée.

L'homme n'est pas maître de son destin. L'homme est seulement libre de ses choix. C'est donc à lui de choisir la manière dont il affrontera sa destinée avec l'esprit et l'audace qui lui est propre. Au quotidien, nous sommes confrontés à des problèmes qui requièrent notre attention. Ces problèmes sont sans cesse alimentés par des choix ; est-ce une bonne ou une mauvaise chose que nous nous apprêtons à faire ? Si notre destinée nous échappe, sommes-nous responsable de nos actes ? Ces choix que nous pensons irréels, insaisissables sont-ils le fruit de notre propre volonté ou sont-ils dictés par une force supérieure ? Si la maîtrise de notre vie nous échappe, pourquoi s'obstiner à penser ? Il n'y a pas de bon et de mauvais choix, seulement des changements. Ce sont ces changements qui nous guident tout au long de notre vie, qui nous élèvent et nous rabaissent parmi les hommes et qui font de notre vie ce qu'elle est censée être. Ce sont ces changements qui justifient chacun des actes de notre prochain, qui nous rappellent à l'ordre et qui nous empêchent d'atteindre notre quête éternelle. Si tout est écrit, alors ce sont ces changements qui nous promettaient  une vie exceptionnelle qui nous ont trahi. Car aucune vie humaine n'est épargnée par le destin dont l'unique intérêt n'est pas notre vie, mais notre survie.

Behind the Character
Vanessa / SPF
IRL j'ai 18 ans. Je suis là 4 jours par semaine. J'ai connu After Us grâce à Bazzart. Je suivais le projet depuis quelque temps et je suis absolument pas déçue et j'utilise Angelina Jolie comme avatar.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 13:08

Bienvenue dans le coin !! Avec cet avatar, je sens que tu vas nous faire un personnage bien badass !!! J'ai hâte de lire tout ça en tout cas ! Bon courage pour la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 13:13

Bienvenue sur After Us !
Si tu as la moindre question, n'hésite pas venir sur la CB ou à me mpotter :3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc
avatar
Age : 38 ans.
Origines : Serbo-croates.
Métier : Haut-juge à l'immigration.
Indulgences : 1848
Localisation : Migdal tower.
Avatar : Fassy Fapy
Souvenirs : 527
Double compte : Huxley Rezh

Your identity
Situation: Marié.
Croyances: Lunatiques.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 13:48

Oulala ça promet
Bienvenue sur AU !
Bon courage pour ta fiche, on a hâte de lire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t49-never-regret-thy-fall-o-icarus-of-the-fearless-flight-for-the-greatest-tragedy-of-them-all-is-never-to-feel-the-burning-light http://after-us.forumactif.com/t76-we-all-make-choices-but-in-the-end-our-choices-make-us-bilal http://after-us.forumactif.com/t89-another-way-to-die-bilal

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 15:49

Oh Gosh Angelina:fouet:

Bienvenue à toi et bon courage pour ta fichette ! :3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 18:39

Merci à vous Vos avatars sont sublimes et vos personnages très intéressants, j'ai déjà lu quelques fiches et ça confirme mes impressions : je suis amoureuse de ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 18:54

Oh
Toi tu nous fais tomber amoureux de Luus

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 21:38

Oh merci. J'ai bientôt terminé mon histoire, j'espère que Luus vous conviendra et vous plaira. J'ai vraiment hâte de commencer à jouer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 22:18

On va avoir un lien badass toi et moi !! What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 22:23

Je le sens, ça va tonner.
Au passage, j'ai terminé ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 22:52

Juste pour le groupe, ce sont les Black Rowdies :3
Pour le reste... my god faut vraiment un lien badass !!

Поздравляю !


Après l'effort le réconfort, tu es validé(e) ! Tu peux d'ores et déjà installer tes valises sur le forum ! Pour ce faire n'oublie pas de lire les annexes scrupuleusement afin d'être certain(e) d'avoir l'univers en tête pour te lancer dans de trépidants sujets. Afin d'être sûr de laisser ton emprunte et t'annoncer aux autres joueurs n'oublie pas de recenser ton avatar et recenser ton personnage ! Tu peux effectuer un certain nombre de demandes pour ton personnage et son histoire en visitant la partie gestion. N'oublie pas de créer ta fiche de liens et ton journal afin de faire ami-ami avec les autres survivants ! Si le coeur t'en dis, tu peux même créer un scénario pour enrichir ton jeu. Pour finir, n'oublie pas que sur AFTER US tu n'es jamais seul et ton avis est précieux pour tous ! Nous t'invitons donc à poser des questions si un point te semble obscur ou même donner des suggestions. Si besoin est, tu pourras signaler une absence dans ce sujet. A très bientôt sur la chatbox ou dans le flood !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 22:58

Ah oups, j'ai fait six fois la faute sans m'en rendre compte, mais c'est édité. Arrow
Merci pour la validation, c'est du service express

Et pour le lien, cela va de soi, j'ai lu ta fiche et on peut se trouver un truc qui déchire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Sam 3 Jan - 23:07

Ok super :3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc
avatar
Age : 34 ans
Origines : Roumaines
Métier : Médecin
Indulgences : 1156
Localisation : Emporia District
Avatar : Tatiana Maslany <c> Sil
Souvenirs : 137

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Dim 4 Jan - 19:45

Bienvenue sur AU, ton personnage dépote j'ai hâte de voir ce que ça va donner ! Bon séjour parmi nous ! gnii

_________________


But in this twilight, our choices seal our fate

The pull on my flesh was just too strong Stifled the choice and the air in my lungs Better not to breathe than to breathe a lie So crawl on my belly 'til the sun goes down I'll never wear your broken crown I took the road and I fucked it all away Now in this twilight, how dare you speak of grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.after-us.net/t90-most-men-and-women-will-grow-up-to-love-their-servitude-and-will-never-dream-of-revolution http://www.after-us.net/t115-ellie-come-in-she-said-i-ll-give-you-shelter-from-the-storm

Invité

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   Dim 4 Jan - 19:51

Merci à toi
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: MELANCHOLIA.   

Revenir en haut Aller en bas
 

MELANCHOLIA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER US :: Apocalypse Please :: I'm radioactive :: Validés-