Partagez | .
 

 The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

MessageSujet: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 18:19

Vasiliy Josenitch
Papers please
Nom complet : Vasiliy Josenitch. Son véritable nom est Gouriev, il s'en souvient même si ce nom lui a été retiré quand ses parents ont été exilés lorsqu'il avait dix ans.

Âge : 38 ans.

Statut : Célibataire mais tuteur depuis peu d'un jeune homme de dix-sept ans, son neveu.

Nationalité : Russe.

Groupe & Rang : Animus Vox, Crusade.

Métier : Soldat de la Garde Religieuse.



Who are you
Depuis quand résidez-vous au Dôme ? 
Depuis toujours, c'est ici que j'ai vu le jour aux côtés de ma sœur jumelle, Lidka. C'est ici que j'ai grandi et vieilli. C'est à la fois ma maison, mon refuge et mon sanctuaire. Je n'en connais que l'intérieur, que les entrailles et j'ignore à quoi il peut ressembler de l'extérieur.
Que pensez-vous du Dôme ? 
Pour avoir à quelques occasions conversé avec des immigrants, certains ont vu le Dôme comme une immense cage et d'autres comme l'endroit de la délivrance. C'est bien sûr ceux de la seconde catégorie qui voient le Dôme pour ce qu'il est : notre délivrance, notre seule et unique façon de survivre dans ce monde hostile et instable. Il n'existe aucune autre Puissance capable de faire ce qu'Il fait pour nous, humains, qui tentons de garder en vie ce qu'il reste de ce qu'on a appelé dans les livres par le passé l'Humanité. Le Dôme est tout ce que nous avons, tout ce dont nous avons besoin. Il est tout et ceux qui croient le contraire se fourvoient.
Quelle est votre mission au sein de la communauté (extérieure ou intérieure) ? 
S'il arrive que ma mission aille de paire avec celle de la milice populaire, mon rôle est pourtant bien différent au sein du Dôme. Si je répands la parole de l'Ordre, je veille surtout à ce que la Loi soit respectée : blasphémateurs, traîtres, je fais au mieux pour que les Transgresseurs n'échappent pas à la justice et pour qu'ils soient punis en conséquence de leurs actes. Formé au combat, ma résistance n'est cependant pas que physique : elle est aussi mentale et cela est nécessaire puisqu'il est de mon devoir de mener les interrogatoires des suspects. Lorsque leur culpabilité est avérée, et c'est la plupart du temps le cas, je les conduis sans hésiter moi-même devant la justice. Lorsque je les laisse là, c'est sans un regard en arrière : les choix que nous faisons, nous devons les assumer. Tous. Pour ce qui est de l'extérieur, je n'ai pour l'instant pas été amené à aller agir pour l'Ordre là-bas mais je ne doute pas qu'on puisse décider de m'y envoyer.
Croyez-vous au Dôme et à l'Animus Vox ? 
Je crois. C'est là toute ma vie, toute la raison de mon existence. Cette croyance, cette foi qui m'habite emplit mon cœur et mon âme : elle est inébranlable. Ne vous l'ai-je pas déjà écrit ? Le Dôme est tout. Il est le géant de métal qui veille sur nous, Il est celui qui nous protège, celui qui nous sauve de l'horreur et des impuretés du monde extérieur. Il est grandeur, Il est puissance et c'est pour protéger cette grandeur et cette puissance qu'il faut Lui être fidèle et être fidèle à la Loi. Le contrôle existe pour maintenir la paix et l'ordre et c'est en acceptant ce contrôle et en se pliant à la Loi que nous pouvons vivre cette vie qui est la nôtre. J'estime que c'est une chance de pouvoir vivre ici, j'estime que c'est un privilège de pouvoir dévouer mon existence au Dôme et à ce qu'Il représente. Défier l'ordre c'est défier le Dôme et c'est prendre le risque de bouleverser un équilibre difficilement atteint.
Que pensez-vous de l'extérieur ? 
Horreur. Impureté. Désolation. Mort. Voilà ce que représente l'extérieur pour moi. J'en sais et j'en connais ce que j'ai lu dans les livres, ce que l'on m'a appris et ce que j'ai pu entendre des immigrants à ce sujet et cela me suffit amplement. Il n'y a plus rien pour nous à l'extérieur, il n'y a plus que les vestiges de l'ancienne civilisation qui a presque réussi à cause notre perte. Je n'ai pas le désir d'en savoir ou d'en voir davantage. C'est pour cela que je pense que l'exil est un châtiment bien pire que l'exécution car ce qui attend ceux qui quittent le Dôme n'est jamais qu'une mort lente et progressive. C'est faire preuve de pitié que de mettre fin à la vie d'un Transgresseur plutôt que de l'envoyer à l'extérieur et même s'il nous faut contrôler les entrées à l'intérieur du Dôme, je comprends le désir des immigrants : on ne peut que vouloir s'éloigner de cette horreur qu'est l'extérieur.

Eclipsed Heart


Parlons peu mais parlons bien : de lui. Lui, il est croyant. Quand on le croise et qu'on a l'occasion de discuter avec lui, c'est la première chose qui frappe et en général c'est instantané : il respire la foi, il en déborde même et c'est cela qui le rend extrémiste. Il l'est oui, véritablement : il voit tout en noir ou tout en blanc, il n'y a absolument pas de place pour le gris dans sa vie. Pas de milieu, juste les extrêmes et c'est normal pour lui. Il ne comprend pas que cela puisse déranger ou choquer. De même, la façon dont il se montre intransigeant envers les Transgresseurs : là encore, il ne comprend pas pourquoi certains s'en étonnent. L'intransigeance est nécessaire, capitale, vitale pour maintenir la paix à l'intérieur du Dôme parce qu'elle est fragile cette paix, il en a parfaitement conscience. D'ailleurs, être détaché des événements et des personnes va de paire avec cette intransigeance. N'allez pas croire que son cœur est mort, ce n'est pas cela, c'est juste qu'il a appris à se détacher des autres et à être complètement fermé à l'empathie si besoin, encore une fois parce qu'il désire ardemment maintenir la paix en place et c'est d'ailleurs ce désir qui fait de lui cet homme loyal et fidèle au Dôme, à l'Animus Vox et à la Loi. En plus de cette loyauté infaillible, il sait également se montrer particulièrement obstiné au quotidien. On lui reconnaît également comme qualité d'être calme et réfléchi : la tête sur les épaules, il ne dit ou ne fait jamais rien au hasard, bien au contraire. Il pense, il jauge, il estime avant d'entreprendre une action. C'est tout cela qui fait de lui un soldat exemplaire et un membre apprécié de l'Animus Vox. On remarque souvent un autre aspect chez lui : le fait qu'il soit renfermé. Il a du mal à partager et à se lier, il a du mal à s'ouvrir mais par contre, lorsque cela arrive, il a le mérite d'être entier avec la personne concernée. En parlant d'être entier il l'est dans le bon comme de la mauvais car s'il existe bien un mauvais trait de caractère chez lui, c'est son côté rancunier. Le pardon ? Il ne connaît pas. Quand les actes entraînent de la souffrance, il ne sait pas pardonner. Il ne sait tout simplement pas. Sans doute est-il trop marqué par ce qu'il a pu vivre dans le passé et ce qu'il a vécu récemment n'a fait qu'amplifier cette fâcheuse manie qu'il a de condamner et de ne pas accorder d'absolution. D'ailleurs, c'est également ce qu'il a vécu qui a fait de lui quelqu'un de soupçonneux. On lui a trop menti alors, à présent, il a tendance à voir le mal partout, même là où il n'y en a pas.

All of these lines accross my face
tell you the story of who I am


I.

Ses doigts se resserrent autour des miens. Je fais pression contre sa peau. Je la serre moi aussi, fort, fort, fort. Je suis collé à elle, elle est collée à moi : on pourrait nous prendre pour des siamois. On les entends les adultes discuter. L'homme essaye bien d'expliquer la situation au couple qui lui fait face mais pour l'instant, ils ne semblent pas vouloir changer d'avis : ils veulent une fille pas un garçon. Pourtant, on leur propose deux enfants alors qu'ils sont venus en chercher un mais non : leur choix semble arrêté et plus les secondes passent, plus je commence à me sentir mal. Si Lidka a les larmes aux yeux, moi je garde tout à l'intérieur : je ne vais pas leur montrer, je ne veux pas leur montrer. Je dois être fort, c'est papa qui l'a dit quand les soldats sont venus les chercher, lui et maman. « Sois fort Vasiliy et veille sur ta sœur ! » qu'il a crié avant qu'ils ne lui mettent un sac noir sur la tête. J'ai été séparé de Lidka, on m'a posé des questions auxquelles j'ai pas su répondre et après j'ai retrouvé Lidka : à l'orphelinat. C'est là qu'on nous a dit que papa et maman avait aidé des gens à avoir un bébé alors que c'était interdit. C'est là qu'on nous a dit qu'ils avaient été jugés et envoyés à l'extérieur du Dôme. Alors Lidka a pleuré. Moi, j'ai pleuré le soir, dans mon lit, quand j'ai été sûr que personne ne me voyait. J'ai pleuré en silence. Les jours sont passés. Puis les semaines. Puis les mois. Les enfants qui sont grands sont pas ceux que les couples recherchent le plus, c'est ce qu'on nous a dit. Les couples veulent des bébés, des enfants plus jeunes. Lidka et moi on a le même âge, dix ans, parce que nous sommes jumeaux. Et puis moi, je fais plus grand mon âge. On me le dit souvent ça mais c'est pas de ma faute si je suis plus grand et plus carré que les autres garçons. C'est pas de ma faute si mon visage il est trop sérieux pour le visage d'un enfant de dix ans. J'y peux rien si je suis comme ça. Lidka, elle, elle est belle. Elle est douce. Elle est tendre. Alors, c'est surprenant que personne ne veuille d'elle. Enfin, personne ne voulait d'elle : jusqu'à aujourd'hui. Eux, ils veulent d'elle mais pas de moi.

« J'vais nulle part sans toi. » murmure-t-elle tout bas à mon oreille.

Je tourne mon visage vers elle et je l'observe en silence en pressant encore un peu plus sa main contre la mienne. Je lui souris doucement. J'voudrais pouvoir lui dire qu'elle ira nulle part sans moi. J'voudrais pouvoir lui dire que je ne veux pas qu'elle s'en aille mais je lui dirai pas. J'peux pas lui dire. Si j'lui dis, elle va être malheureuse parce qu'ils vont l'emmener. Je le sais. Et, quand finalement j'entends l'homme dire au couple qu'il serait bien que Lidka puisse me rendre visite au moins une fois par semaine je ferme les yeux. Lidka doit comprendre en même temps que moi parce qu'elle lâche ma main pour venir m'enlacer et s'accrocher à moi en hurlant. Je passe d'abord mes bras autour de sa taille puis, alors que son nouveau père tente de la faire lâcher en lui parlant doucement, je pose mes mains autour de ses poignets pour la forcer à lâcher : elle le fera pas sinon, j'le sais. Il en profite pour la prendre par la taille et la porter. Elle crie Lidka. Elle pleure. Elle pleure toutes les larmes de son corps alors qu'elle tend les bras vers moi en hurlant mon prénom. Et moi, j'reste là, à la regarder en souriant parce que je peux faire que ça : lui sourire pour la rassurer. Elle va avoir une nouvelle famille, c'est bien. Moi ? Je vais rester là, c'est comme ça. Faut pas qu'elle soit triste. Faut pas qu'elle pleure. Pourtant, c'est tout ce que je vois : ses larmes encore, encore, et encore. Finalement, ils partent tous les trois et je me retrouve seul avec l'homme. Alors, mon sourire s'efface mais j'arrive à ravaler mes larmes. Il vient poser une main qu'il veut tendre sur mon épaule et je relève mon regard vers lui : il me sourit avec douceur.

« Tu as agi comme un homme. »
« Je sais. » je lui réponds avant de me détourner de lui.

Même si j'ai agi comme un homme, ce soir encore je vais pleurer dans mon lit parce qu'on m'a arraché ma moitié. Je vais pleurer oui, mais en silence. Encore. Toujours.

II.

Je referme délicatement mes bras autour de la taille de Lidka alors qu'elle me serre avec force contre elle. Il en a toujours été ainsi : elle est plus démonstrative alors que moi je suis plus sur la réserve. Pourtant, cela fait un an que nous ne nous sommes pas vus, je devrais être plus démonstratif mais je suis ainsi et ma sœur jumelle m'aime pour ce que je suis et non pas pour ce que je pourrais être. Je termine par me reculer et nous nous observons un instant un silence. Un an c'est court mais en même temps c'est très long : assez long pour que ma sœur m'observe avec une étrange moue sur le visage. Elle termine par me dire qu'elle trouve que j'ai changé. Peut-être ai-je encore grandi oui, que ma carrure s'est elle aussi un peu élargie mais je sais que le changement qu'elle perçoit est plus profond parce qu'elle me connaît par cœur : elle a son regard planté dans le mien et elle voit dans mes yeux ce qu'il y a de différent en moi. En écho, je lui réponds que je perçois moi aussi un changement chez elle. Nous suivons tous deux des chemins différents mais cela ne nous empêche jamais de nous retrouver : c'est le principal. Je termine par m'installer sur une chaise en bois et Lidka s'installe en face de moi et croise les jambes. Je ne me souviens pas l'avoir jamais vue faire ça : elle ressemble davantage à une femme qu'à une adolescente avec cette attitude. Quand les mots sortent de sa bouche, c'est cependant l'adolescente qui parle et non la femme qu'il m'a semblé percevoir à l'instant.

« Alors, je veux que tu me racontes tout ! Tu as appris quoi ? »
« Tout un tas de choses. » je lui réponds calmement.
« Oui mais quoi ? » insiste-t-elle.
« Je ne peux pas te le dire. »
« Quoi ? »
« Tu sais bien que je ne peux rien te dire. » je lui répète.

C'est connu et su de tous : quand on est appelé pour devenir un novice et qu'on passe l'année suivante enfermé, ce qu'on apprend là où l'on va doit rester entre les murs, c'est comme ça.

« Allez, tu peux bien me dire quelque chose. »
« Non, je ne briserai pas mon vœu. »
« Vasiliy ! »
« Non. »
« Mais je suis ta seule famille ! »
« Je sais, mais non. Désolé. »

Elle soupire et j'esquisse un sourire désolé. J'ai juré. J'ai prêté serment. Je ne le briserai pas.

« Bon... Tu as appris à lire et à écrire ? Tu peux me le dire ça ? » finit-elle par demander, vaincue.
« Oui, je peux te le dire et oui, j'ai appris. »
« Génial ! Tu as lu quoi ? »

Nouveau sourire désolé.

« Mince... Bon. Tant pis. Mais au moins tu sais lire et écrire, je suis fière de toi. »

Mon sourire s'élargit parce que ses mots me font véritablement chaud au cœur.

« Merci. » je termine par répondre à voix basse, mine de rien un peu gêné.

Je ne suis pas du genre à me pavaner : ça n'a jamais été le cas et ça ne sera jamais le cas.

« Et alors, tu as décidé ce que tu allais faire ? Tu as choisi ? »
« J'ai fais mon choix oui. »
« Et ? Attends ! Ne dis rien, je vais deviner. »

J'obéis et me tais. J'attends.

« Tu vas devenir... Un prêtre ? »

Je secoue négativement la tête.

« Euh... Zut. J'étais sûre que tu allais choisir ça. »
« Non. »
« Sûr ? »
« Oui. »
« Ah... Alors... »

Elle marque un silence et après quelques instants, je me décide à lui dire.

« Je vais devenir soldat. »

Nouveau silence. Elle fronce les sourcils.

« Tu veux dire... De la Garde Religieuse ? »
« Oui. » je réponds avec un sourire fier parce que oui, je suis fier de la voie que j'ai finalement choisie.
« Oh... D'accord. »
« Quoi ? » je lui demande car je perçois instantanément le malaise qui vient de s'installer.
« Rien. »
« Si, dis-moi. »
« Non mais c'est juste que je ne t'imaginais pas soldat... »
« C'est à cause de nos parents ? »

Elle ne répond rien et termine par hausser les épaules en soupirant.

« Disons que ça me fait bizarre de me dire que tu vas devenir comme ceux qui nous les ont enlevés... »
« Les soldats de la Garde ne nous ont pas enlevés nos parents : ce sont eux qui ont fait ça tous seuls en trahissant le Dôme. Les soldats n'ont fait que leur devoir. »

Et déjà, dans mes mots, toute ma foi transparaît, toute ma loyauté. Lidka ne répond rien.

« Tu ne penses pas la même chose ? »
« Oh si, je pense la même chose mais toi tu ne penses pas : tu crois, c'est différent. »

Je fronce à nouveau les sourcils ne saisissant pas où elle veut en venir et elle termine par esquisser un sourire triste.

« Tu ne sais pas ce que je donnerais pour avoir ta foi. » termine-t-elle par m'avouer tout bas.
« Je n'ai que ma foi. » je lui réponds également à voix basse sur le ton de la confidence.

Aussitôt, Lidka perd son sourire et je la vois se raidir.

« Merci... »
« Lidka... »
« Tu m'as, moi ! »
« Oui mais... Non. Pas vraiment. Plus vraiment depuis... »
« Tu sais que je me rappelle très bien ce jour-là ? » me coupe-t-elle. « Je me suis accrochée à toi. Si fort... Mais c'est toi qui m'as fait lâcher. Je ne t'aurais jamais lâché sinon, jamais... » poursuit-elle les larmes aux yeux.
« Je sais. »

Je viens prendre ses mains dans les miennes.

« J'ai juste... J'ai fait ce qui était le mieux pour toi. »
« C'est ça : tu as fait, toi ! Alors ne me dis pas en face que tu n'as que ta foi parce que c'est injuste et que ça me fait mal ! »

L'instant d'après, je la serre dans mes bras avec force.

« Pardon. Je ne voulais pas te blesser. Je t'aime. »
« Plus que tout ? »
« Plus que tout. Tu es ma moitié. Pour toujours. »

Le silence ensuite et rien que notre étreinte. Finalement, je me recule pour plonger mon regard dans le sien.

« Et toi ? Qu'as-tu fait durant cette année ? »

Elle esquisse un sourire quelque peu gêné et je vois ses joues prendre une teinte rosée.

« J'ai rencontré quelqu'un. »

III.

Je suis adossé contre le mur, les bras croisé, j'attends. L'attente me semble terriblement longue et quand la porte s'ouvre, j'aperçois la chevelure blonde de Lidka avant que la porte ne se referme. Je m'approche du soldat qui vient de terminer de l'interroger. Je sais mon visage neutre mais intérieurement, c'est le chaos parce que ma vie a changé à l'instant où moi et les autres soldats avons pénétré à l'intérieur de la maison de ma sœur et mon beau-frère pour les arrêter tous les deux en raison de la suspicion de trahison.

« Alors ? » je dis à voix basse.

Le soldat me regarde d'abord en silence avant de soupirer.

« Elle n'a pas cherché à nier, elle a même tout avoué. »

J'ai l'impression de recevoir un coup en plein cœur : elle a avoué. Elle a...

« Tout ? »
« Tout et les mots qu'elle a employé... Vasiliy, j'ai du mal à croire que cette femme puisse être ta sœur jumelle... » ajoute-t-il tandis que mon regard se détourne de lui pour se perdre dans le vide.

Il ne s'agissait que d'une dénonciation. Cela aurait très bien pu être un mensonge puisque nous n'avons pas trouvé le couple qu'ils ont supposément aidé en protégeant la femme enceinte illégalement. J'entends le soldat m'expliquer qu'ils ont été jusqu'à aider le couple à quitter clandestinement le Dôme afin qu'ils puissent rester avec leur enfant à l'extérieur. Des fous... Tous autant qu'ils sont.

« Et mon beau-frère ? » je termine par lui demander en relevant mon regard vers le soldat.
« La même chose : il a tout avoué. Quant à ton neveu... »

Mon cœur se serre : Misha. Il a seize ans, il a très bien pu être au courant de la situation et les aider.

« L'interrogatoire a été long, nous devions être certains mais il ne sait rien. Sa mère lui a bien laissé sous-entendre récemment qu'ils risquaient leurs vies mais elle n'a pas expliqué pourquoi. »
« D'accord... Est-ce que je peux la voir ? »

La demande sort d'elle-même, les mots franchissent mes lèvres sans que je puisse les retenir.

« Vasiliy... »
« Quelques minutes, je ne demande pas plus. »

Il regarde autour de lui et je le fixe.

« Je ne ferai rien de stupide si c'est cela qui t'inquiète. »

Et il sait qu'il peut avoir confiance : mes états de service sont excellents. Personne n'a rien à redire.

« Tu n'auras qu'à frapper à la porte quand tu auras terminé. » termine-t-il par dire.

Quelques secondes plus tard, me voilà assis face à ma sœur. Je vois nettement que ses yeux sont rougis et gonflés à cause des nombreuses larmes qu'elle a versées. Ses poignets sont accrochés à une chaîne qui elle-même est attachée à la table : elle ne peut presque pas bouger.

« Vasiliy... »

Mais je la coupe.

« Comment as-tu pu faire ça ? Après ce qui est arrivé à nos parents ? Après ce qui nous est arrivé ? Comment as-tu pu ?... »
« J'ai fait ce qui était juste, ce qui est était bien Vasiliy, c'est tout. »
« Non... Non, aider un couple dans l'illégalité c'est tout sauf bien ou juste. C'est mal. C'est agir contre le Dôme lui-même. As-tu perdu l'esprit ? »
« Au contraire, j'ai toute ma tête. Quelque chose va mal ici. Ce système... Les choses ne devraient pas se passer comme ça Vasiliy. »

Je l'observe, n'en revenant pas de ce que j'entends et pire, n'en revenant pas de voir la conviction briller dans les yeux de ma sœur. Ma sœur...

« Qu'est-il arrivé à ma sœur ? Je ne la vois plus... »
« Mais elle est là, devant toi ! C'est moi ! » dit-elle en tentant de tendre les mains vers moi, en vain.
« Je ne vois rien, où est-elle ?... »
« Elle a juste cessé d'être aveugle c'est tout ! Elle a décidé de se battre pour un monde meilleur ! »
« Mais tu t'entends ? Il n'y a pas de monde meilleur Lidka ! Le monde meilleur c'est ça, c'est le Dôme ! C'est tout ce que nous avons, tout ce dont nous avons besoin ! »

Les épaules de Lidka s'affaissent et un sourire désolé naît sur ses lèvres.

« Je trouve ça tellement triste... »
« Quoi ? »
« Toi... La façon dont tu es aveugle... »
« Je ne suis pas aveugle : je vois, je suis sur le droit chemin. Toi, tu t'es égarée. »
« Pourquoi ? Parce que je ne pense pas comme toi ? Parce que je n'adore pas ton foutu Dôme ?! »
« Tu blasphèmes... »
« Je m'en fiche ! Tu ne comprends pas que c'est injuste ? Que des gens sont malheureux ? »
« Parce qu'ils ne sont pas capables d'apprécier ce qu'ils ont déjà ! »
« Et ceux à qui on refuse les enfants, hein ? Est-ce que tu p... »
« Tu as un enfant ! » je la coupe une nouvelle fois, ayant du mal à contrôler ma colère moi qui suis d'ordinaire maître de mes émotions. « Ou plutôt devrais-je dire que tu as eu un enfant parce que soyons clairs : jamais tu ne le reverras, jamais. Tu vas être déportée, ton mari aussi, et plus jamais vous ne reverrez Misha. »

Aussitôt Lidka se tait et se ferme.

« C'est à lui que tu aurais dû penser avant tout. Rien qu'à lui, au fait qu'en vous faisant prendre, il allait se retrouver orphelin, comme toi et moi. En voulant améliorer ce monde qui n'avais pas besoin de l'être, tu l'as rendu pire pour ton fils. Tu voudrais être félicitée pour ça peut-être ? »

Elle ne répond rien.

« Où sont passées tes remarques pleines de conviction ? »

Toujours rien. Les larmes coulent en silence sur ses joues et les miennes me montent aux yeux.

« Tu aurais dû penser à moi aussi... »

Sa bouche s'entrouvre doucement.

« Tu te souviens quand tu m'as dit que je t'avais, toi ? Que je n'avais pas que ma foi ? Et maintenant, je t'ai perdue, pour toujours. J'ai perdu ma sœur, ma moitié. Jamais je ne te le pardonnerai. Jamais. »

Sur quoi, j'essuie mes larmes avant de me redresser.

« Attends ! Promets-moi de veiller sur Misha ! »

Je m'arrête la main sur la poignée et me retourne pour la regarder.

« Je t'en prie ! »
« Il est assez grand pour prendre soin de lui, non ? »
« Non ! S'il te plaît ! Il n'a que seize ans ! »
« Bientôt dix-sept ans. J'étais un homme à son âge. »
« Vasiliy, je t'en supplie ! Je ne veux pas qu'il soit seul ! Promets-moi de tout faire pour le prendre avec toi ! »
« La décision ne m'appartient pas. »

Je frappe à la porte.

« Je t'en supplie ! » continue-t-elle.

La porte s'ouvre.

« Vasiliy ! Il est ta seule famille ! »

Je sors.

« VASILIY ! »

La porte se referme derrière moi.


IV.

Je referme la porte après que Misha soit entré. Il pose son sac au sol et se met à regarder autour de lui. Alors qu'il se tient là, debout, au milieu de ce qui sert de pièce principale à mon modeste logis, je me souviens du jour où je l'ai tenu pour la première fois dans mes bras après sa naissance, je me souviens du bonheur d'être devenu oncle, de l'envie de moi-même fonder une famille un jour qui n'a jamais pu se concrétiser car la seule femme que j'ai jamais aimée a fini par me quitter car selon elle, ma foi prenait trop de place et qu'il n'y avait pas assez de place pour elle. Je regarde Misha et je vois le fils que j'aurais pu avoir si on avait pu m'aimer comme je suis capable d'aimer. Ses cheveux clairs me rappellent Lidka mais il a les yeux de son père, ça ne fait aucun doute. Aujourd'hui, malheureusement, au-delà de la jolie couleur de ses yeux, je vois une ombre planer : l'ombre de la tristesse, de la douleur d'avoir perdu ses parents. Nous n'avons que très peu parlé de tout ceci, le principal ayant été dit. Il a accepté le sort de ses parents puisqu'ils ont trahi le Dôme. Il a ensuite accepté de venir vivre avec moi, même s'il est déjà assez grand pour s'occuper de lui-même : tout comme j'ai terminé par vouloir respecter la dernière supplique de celle qui fut jadis ma sœur, lui-même a voulu respecter le désir de sa mère. Il termine par poser son regard sur moi et j'esquisse un sourire que je veux le plus réconfortant possible.

« C'est ici que tu vis alors ? » me demande-t-il tout bas.

Cette voix, j'ai l'impression de ne pas la reconnaître. Elle est voilée, tout comme son regard et cela me fait mal. J'aurais voulu qu'il n'ait pas à subir tout ceci. J'aurais tant voulu qu'il soit épargné...

« Oui. » je termine par répondre en m'avançant et en allumant les bougies une à une pour que nous puissions y voir plus clair. « Ce n'est pas grand chose mais... »
« J'allais dire que c'était vide mais pas grand chose ça marche aussi. »

Pas d'agressivité : je sais que c'est une simple constatation de sa part et je ne peux pas lui en vouloir parce qu'il est clair que je suis loin de vivre dans l'opulence.

« Je suis habitué à me contenter du strict minimum. »
« T'en fais pas, ça m'ira très bien. C'est juste que ça manque... »
« De vie. »
« Oui. Maman te l'a déjà dit, c'est ça ? »
« La seule fois où elle est venue ici elle me l'a dit oui. »

Un silence. De plomb. Je termine par le briser.

« Le tour va être vite fait. J'ai vidé la chambre pour que tu puisses t'y installer. » je lui explique en l'emmenant jusqu'à la dite chambre.

Misha m'observe en fronçant les sourcils.

« Mais tu vas dormir où toi ? »
« Dans l'autre chambre. »
« Je comprends pas... Pourquoi tu ne m'as pas installé directement dans l'autre chambre plutôt que de retirer tes affaires ? »
« Parce que l'autre chambre n'a pas de lit. »
« Oh... »
« Oui. J'ai toujours vécu seul ici alors... »
« Non mais c'est bon, tu gardes ton lit, je vais prendre l'autre chambre moi. » 
« Hors de question. Tu prends le lit, j'essaierai d'en récupérer un rapidement pour moi. »
« Je veux pas que tu dormes par terre, ça me met mal à l'aise. »
« Je prendrai le canapé alors, en attendant. »

Et nouveau sourire de ma part.

« Pourquoi tu fais tout ça ? » termine-t-il par me demander.

J'ignore s'il est touché ou gêné par mes attentions.

« Parce que je veux que tu te sentes ici comme chez toi, que tu t'y sentes bien. C'est tout. »
« Merci. »

Et là, il me sourit, pour la première fois depuis que ses parents ont été exilés. Il est maigre le sourire, mais il est bien là. Quelques minutes plus tard, nous sommes installés autour de la table et tandis qu'il me parle de son travail, une idée germe dans mon esprit.

« Tu sais, je pourrais t'apprendre des choses si tu veux. »
« Comment ça ? »
« Là où j'ai été formé, on m'a beaucoup appris. J'ai appris entre autres à lire et à écrire. Ce sont des choses que je pourrais t'apprendre, si tu le souhaites. »

J'ignore d'où cela me vient, cette envie soudaine de lui transmettre mon savoir, de lui transmettre un bout de moi.

« Franchement, ça me plairait bien mais, t'es pas censé ne pas me dire tout ça ? Je veux dire, tu risques pas d'avoir des problèmes ? »
« Pas si tu gardes tout ça pour toi, non. »

Il m'observe en silence un instant puis termine par hocher la tête avant de m'offrir son second sourire.

« Alors je veux bien mais... Pourquoi tu fais tout ça ? » me demande-t-il encore une fois.

Et la réponse s'impose d'elle-même.

« Parce que tu es ma seule famille. »

« Il est ta seule famille ! » La voix de Lidka résonne encore dans ma tête.


Behind the Character
BereniceWCL ou Virginie,
IRL j'ai 32 ans ( ). Je passe tous les jours et je poste un RP par semaine. J'ai connu After Us grâce à Bazzart ( ) et j'utilise Paul BADASS Bettany comme avatar   .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 38 ans.
Origines : Serbo-croates.
Métier : Haut-juge à l'immigration.
Indulgences : 1848
Localisation : Migdal tower.
Avatar : Fassy Fapy
Souvenirs : 527
Double compte : Huxley Rezh

Your identity
Situation: Marié.
Croyances: Lunatiques.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 19:21

Me gustas tu

Bienvenue sur le forum, je l'ai déjà dit mais je le répète, excellent choix d'avatar
Bon courage pour ta fiche, si tu as des question n'hésite pas à contacter un membre du staff !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t49-never-regret-thy-fall-o-icarus-of-the-fearless-flight-for-the-greatest-tragedy-of-them-all-is-never-to-feel-the-burning-light http://after-us.forumactif.com/t76-we-all-make-choices-but-in-the-end-our-choices-make-us-bilal http://after-us.forumactif.com/t89-another-way-to-die-bilal

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 19:47

Muchas gracias

J'hésiterai pas pour les questions, j'ai déjà embêté Yhme . En fait, j'vais t'envoyer un MP parce que j'ai une question qui vient de me venir

Et Paul... Dès que j'ai lu le sujet sur Bazzart ça a été lui parce que voilà quoi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 19:54

Bienvenue sur After Us

Ui embête Bilàl, il aime ça !^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 20:03

Merci Yhme

J'suis allée l'embêter vui ! Au moins, y'aura pas de jaloux What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 34 ans
Origines : Roumaines
Métier : Médecin
Indulgences : 1156
Localisation : Emporia District
Avatar : Tatiana Maslany <c> Sil
Souvenirs : 137

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: Immigrant.


MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Jeu 1 Jan - 20:08

Quel bon choix d'avatar, ça colle tellement Bon courage pour ta fiche !

_________________


But in this twilight, our choices seal our fate

The pull on my flesh was just too strong Stifled the choice and the air in my lungs Better not to breathe than to breathe a lie So crawl on my belly 'til the sun goes down I'll never wear your broken crown I took the road and I fucked it all away Now in this twilight, how dare you speak of grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.after-us.net/t90-most-men-and-women-will-grow-up-to-love-their-servitude-and-will-never-dream-of-revolution http://www.after-us.net/t115-ellie-come-in-she-said-i-ll-give-you-shelter-from-the-storm

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Ven 2 Jan - 7:34

Merci beaucoup Elliott

/me est dégoûtée de devoir aller bosser de ne pouvoir continuer sa fiche que ce soir
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Ven 2 Jan - 9:49

J'ai commencé à lire ta fiche et j'avoue que ce personnage va être superbe vu comment il est pieu et passionné !!! Il nous faudra comploter un petit lien c'est sûr ! En tout cas bienvenue et bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Ven 2 Jan - 10:43

Merci beaucoup

Sa foi va être mise à rude épreuve hin hin

Et avec plaisir pour le lien !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Sam 3 Jan - 0:34

L'histoire est magnifique !

Le seul petit détail qui chiffonne : si Sasha est voué à devenir un scénario, il faudrait lui trouver un autre prénom étant donné qu'il y a déjà une Sasha parmi nous :3

Поздравляю !


Après l'effort le réconfort, tu es validé(e) ! Tu peux d'ores et déjà installer tes valises sur le forum ! Pour ce faire n'oublie pas de lire les annexes scrupuleusement afin d'être certain(e) d'avoir l'univers en tête pour te lancer dans de trépidants sujets. Afin d'être sûr de laisser ton emprunte et t'annoncer aux autres joueurs n'oublie pas de recenser ton avatar et recenser ton personnage ! Tu peux effectuer un certain nombre de demandes pour ton personnage et son histoire en visitant la partie gestion. N'oublie pas de créer ta fiche de liens et ton journal afin de faire ami-ami avec les autres survivants ! Si le coeur t'en dis, tu peux même créer un scénario pour enrichir ton jeu. Pour finir, n'oublie pas que sur AFTER US tu n'es jamais seul et ton avis est précieux pour tous ! Nous t'invitons donc à poser des questions si un point te semble obscur ou même donner des suggestions. Si besoin est, tu pourras signaler une absence dans ce sujet. A très bientôt sur la chatbox ou dans le flood !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Invité

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Sam 3 Jan - 0:45

Merci beaucoup

Je vais éditer (demain car là I AM SO DEAD) pour le prénom car oui, futur scénario
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Origines : Russes
Métier : Éclaireur
Indulgences : 651
Localisation : Shanty way
Avatar : Marie Avgeropoulos
Souvenirs : 556
Double compte : R'kia Tchaïovsky

Your identity
Situation: Célibataire
Croyances: Animus Vox.
Classe de naissance: α ALPHA.


MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   Sam 3 Jan - 1:46

Super Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-us.forumactif.com/t29-yhme-leonov-from-wave-to-storm http://after-us.forumactif.com/t92-yhme-leonova-a-friend-to-all-is-a-friend-to-none#603 http://after-us.forumactif.com/t93-yhme-leonov-uc

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy   

Revenir en haut Aller en bas
 

The weakest part of my life can become the strongest part of my faith # Vasiliy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. My life would suck without you (part II)
» Sara Howe - You'll always be a part of my life...
» (M/Libre) Jay Ryan ◈ Be a part of my life
» Boire pour oublier qu'on est une part d'eux et qu'ils sont une part de nous - Cally & Caleb
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER US :: Apocalypse Please :: I'm radioactive :: Validés-